Petit cours de balistique sur les armes à feu. 2eme partie .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Petit cours de balistique sur les armes à feu. 2eme partie .

Message  techhit840 le Dim 11 Jan 2009, 18:49

5-EFFET DE VENT SUR LE VOL DE LA BALLE
L'effet le plus important du vent sur le vol de la balle est de changer sa direction horizontale. Dans le langage de l'artillerie, les angles dans le plan horizontal s'appellent les angles de débattement, et ainsi l'effet d'un vent de travers sur le chemin de la balle s'appelle correctement l'effet de débattement du vent bien que le terme" dérive de vent " soit souvent employé au lieu de cela, plutôt de manière imprécise,. Pour engager des cibles à grande distance, le tireur doit apprendre à estimer les paramètres de la vitesse de vent. La vitesse et la direction du vent peuvent être mesurées par les instruments appropriés, ou être estimées par les observateurs expérimentés à partir des signes tels que le mouvement des feuilles et de l'herbe, et de l'aspect du " mirage " qui est le profil onduleux de la déformation vue par un télescope puissant et provoqué par la réfraction de la lumière passant par
des vagues d'air chaud montant de la terre. Les drapeaux de vent et d'autres indicateurs sont placés à différentes distances pendant la durée de certaines compétitions pour faciliter l’estimation des effets du vent. Le débattement dû au vent dépend de son orientation. Un vent de10-mph soufflant de 3 heures ou de 9 heures a une résultante de 10 mph (16 km/h). Les vents 10 mph de 2, 4, 8 ou 10 heures ont une résultante d'environ 8,7 mph (14 km/h), alors que les vents de 1, 5, 7 ou 11 heures ont une résultante de 5,0 mph (8 km/h) Les vents soufflant de 6 ou 12 heures n'ont aucune influence. La vitesse et la direction de vent ne sont pratiquement jamais uniformes tout au long de la trajectoire (distance de l’arme à la cible), et ainsi le tireur en estimant l’influence du vent doit décider de concentrer son attention sur le vent près de l’arme ou sur le vent le plus proche la cible. La réponse est que les conditions de vent près de l’arme ont un effet beaucoup plus grand
que les conditions près de la cible. Deux exemples hypothétiques illustreront ce point. Pour les deux exemples, supposons que nous tirions une balle de calibre 30 de 150-grains ayant un coefficient balistique de C1=.400 et une vitesse de bouche de 2800 fps (853 m/S), vers une cible à 500 yards (457 m). Pour le premier exemple, supposons qu'un vent 10-mph parfaitement uniforme souffle de 9 heures à travers les 100 premiers yards (91,4 m), et qu'il n'y ait aucun vent entre 100 yards(91,4mètres) et 500 yards(457m). Considérons maintenant la situation quand la balle a atteint 100 yards(91,4m). Nous voyons que le débattement du vent est d’environ 0,8 pouces(2.03 cm), ce qui signifie que la balle est maintenant 0,8 pouces (2.03 cm) à droite de la ligne de visée,
mais également que sa trajectoire est déviée vers la droite sous un angle de 1,6 MoA environ. Sans subir davantage l'influence du vent pendant la distance restante de 400-yards, la trajectoire dans le plan horizontal sera droite, mais l'angle horizontal de 1,6 MoA acquis à 100 yards la portera à 6,4 pouces (16.2 cm) plus à droite de la ligne de visée, pour un effet total de débattement du vent de 7,2 pouces (18 cm) à 500 yards. Pour le deuxième exemple, supposons que les conditions de vent de l’arme jusqu’à 400 yards sont parfaitement calmes, mais qu’un vent de 10-mph (16 km/h) souffle en rafales à 9 heures de 400 à 500 yards. La direction horizontale de la balle demeure orientée sur la cible dans la zone calme jusqu’à 400 yards, où sa vitesse restante est 1959fps (597m/S) environ, quand elle rencontre soudainement le vent latéral à 10-mph (16 km/h). Le vol de la balle entre 400 et 500 yards sera identique à celui d'une balle tirée de la même façon vers une cible situé à 100 yards
avec une vitesse de bouche 1959fps (597m/S), pour laquelle nous constatons que le débattement de vent serait environ 1,3 pouces (3.3 cm).
6-EFFET DE DÉRIVE SUR LE VOL DE LA BALLE
La dérive est un des phénomènes qui contribuent à la déviation horizontale d'une balle (stabilisée par sa rotation) dans le plan vertical de sa ligne du départ. La dérive est une conséquence fortuite du mouvement gyroscopique, qui elle-même est essentielle pour l'exécution satisfaisante de la trajectoire du projectile (balle stabilisée par sa
rotation) .Ce sont les contraintes exercées par l’air qui forcent l'axe d'un projectile à changer constamment sa direction pendant que la trajectoire s’oriente vers le bas, de sorte que le projectile pointe vers l'avant avec son axe presque parallèle à la direction dans laquelle il se déplace. L'angle entre l'axe d'un projectile et la direction dans laquelle il se déplace s'appelle le lacet. Après qu'un projectile (balle stabilisée par sa rotation) ait récupéré des effets de certaines perturbations qu'il a rencontré pendant le lancement, il entre dans une mouvement de lacet relativement petit qui s'appelle le lacet de repos. Au lacet de repos, l'axe est légèrement incliné ascendant et vers la droite pour des projectiles tirés dans une arme rayée à droite, ou vers le haut et vers la gauche pour des projectiles tirés dans une arme rayée à gauche. C'est la composante horizontale du lacet de repos qui cause la dérive. Pour le projectile tiré dans une arme rayée à droite, la composante horizontale du lacet de repos est vers la droite, ce qui permet à la pression atmosphérique ,du côté gauche du projectile ,d'être plus grande que la
pression atmosphérique du côté droit, forçant de ce fait le projectile à dériver vers la droite. La composante horizontale du lacet du repos tend à augmenter lorsque la trajectoire s’oriente en pente rapide vers le bas, et donc la dérive augmente toujours plus rapidement avec l'augmentation de la distance. Les directions horizontales sont naturellement inversées, pour des projectiles tirés dans une arme rayée à gauche. Le calcul de la dérive est relativement compliqué, et ce calcul exige très exactement des informations détaillées sur le projectile qui ne sont pas disponibles pour des projectiles de petit calibre excepté pour quelques uns qui ont des applications militaires à grande distance . Puisque la contribution entière de la dérive à la déviation horizontale de la trajectoire est relativement petite, le manque d’informations détaillées sur chacune des nombreuses et différentes balles qui pourraient être employées pour le tir à longue distance n'affectera pas sérieusement l'exactitude pratique des résultats.
7-LES ÉLÉMENTS DE LA DISPERSION
Dans la description de la répartition des impacts sur une cible , la dispersion se rapporte à la dispersion des projectiles autour du centre du point visé. Une petite dispersion est synonyme de ce qui s'appelle généralement la bonne précision et une grande dispersion est synonyme de ce qui s'appelle généralement précision faible. Les causes de la dispersion sont parfois divisées en deux classes. La première, qui peut s'appeler l'erreur de visée se rapporte à des erreurs dans la direction dans laquelle l’arme était alignée lors du départ du coup . La seconde, qui peut s'appeler la dispersion balistique, se rapporte à des déviations de la balle de son chemin prévu vers la cible après qu'elle ait quitté l’arme. Dans le sens le plus restreint, la limite d'erreur de visée peut se rapporter au degré d'exactitude avec lequel le tireur a aligné sa ligne de mire vers le point visé à l'instant de la mise à feu. Dans
un sens plus général, cependant, l'erreur de visée inclut également l'erreur du tireur dans le choix de son point de visée. Ainsi, par exemple, si la distance arme cible est beaucoup plus grande que la distance pour laquelle l’arme a été conçue , et si le tireur n'ajuste pas son point de visée ou sa ligne de mire afin de corriger cette situation , alors l'erreur d'angle d’élévation ainsi présentée devient une partie de l’erreur totale indépendamment de la régularité avec laquelle il tire avec son arme. La dispersion balistique dépend principalement de la qualité du fusil et des munitions. Si le tireur peut faire des groupements d’une manière satisfaisante avec de petits projectiles aux distances courtes telles que 100 yards ou 100 mètres, cela tient à la qualité du fusil et aux propriétés qui
déterminent la qualité des munitions. Les performances du système arme/munitions ne peuvent pas être transposées aux longues distances à partir des groupements obtenus aux courtes distances, parce que la dispersion verticale aux longues distances dépend très fortement de la variation de la vitesse initiale entre chaque tir, tandis que l'exactitude à courte portée est souvent tout à fait peu sensible à ces variations de vitesse. Considérant que la dispersion balistique dépend de la qualité du fusil et des munitions, l'erreur de
visée dépend de la compétence du tireur et des possibilités du système optique. Les informations sur les conditions d’environnement doivent être fournies par le tireur ou par son entraîneur ou son observateur. Les divers éléments de cette information sont plus ou moins importants, selon / en fonction de la distance de la cible et de l'importance relative de l'effet de chaque élément de la trajectoire. La vitesse initiale, le coefficient balistique, la distance, les conditions de vent et la vitesse de la cible (dans le cas d'une cible mobile) ont des effets relativement grands tout au long de la trajectoire depuis l’arme jusqu’à la cible et doivent donc
être connus le plus exactement. Les différences modérées de la dénivelée entre l’arme et la cible(dans la pente ascendante et inclinée de la ligne de visée arme-cible) n’ont que des effets modérés sur la trajectoire, et donc
des approximations raisonnables de l'angle montée/descente seront généralement satisfaisantes. La dérive (qui est provoquée par le mouvement gyroscopique de la balle) et les effets de Coriolis (qui sont provoqués par la rotation et la sphéricité de la terre) ont des effets relativement insignifiants sur la trajectoire , et ils ne sont souvent pas pris en compte dans le calcul des trajectoires relativement plates qui sont caractéristiques des armes à feu. Néanmoins le système SAMMUT/HORUS est prévu pour prendre tous ces facteurs en compte , parce que tous apportent au moins une certaine petite contribution à l’ensemble de l'erreur de visée. On doit reconnaître, cependant, que ni l'erreur de visée ni la dispersion balistique ne peuvent jamais être réduites à zéro, et donc si une cible est atteinte par le projectile ceci est une question de probabilités, selon la taille de la cible, la compétence du tireur, l’exactitude des informations sur les conditions dans lesquelles le rechargement sera fait, et la dispersion balistique du système arme/munitions. Le tireur devrait apprendre par expérience et identifier normalement les limites longues des distances auxquelles le divers types de cibles peuvent être engagés avec une
probabilité raisonnable de succès.

------------------------

SAVAGE STEVENS 200 7mm08 REM ARMECA FR-F1.
MAS 36 ADF1 .284 WINCHESTER.

techhit840
Membre
Membre

Nombre de messages : 33
Age : 57
Localisation : MONTEUX 84170
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum