Reconnaître un "faux" Remington 1858 : les marquages.

Aller en bas

Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Empty Reconnaître un "faux" Remington 1858 : les marquages.

Message  GM15 le Dim 22 Nov 2020, 13:41

J'ai rangé ce sujet dans la rubrique "Identification et datation", comme celui des "Marquages et poinçons". Il est plus informatif que questionnaire, mais si cette rubrique n'est pas approprié merci aux administrateurs du forum de le déplacer.
 
Rappel des bases de la réalisation d'un faux 1858 :
Une chance pour les faussaires : il existe des "répliques", fonctionnelles, assez proches des originaux et facilement disponibles. Leur production à commencé au début des années 1970, et au moins 13 marques ont produit leur propre copie, avec parfois des variantes.
Mais tous les fabricants de répliques n'ont copié fidèlement qu'un seul modèle dans la "lignée" évolutive de ce que nous appelons en France les "Remington 1858". C'est le "New Model" (ou Model 1863) dans sa version quasi définitive de fin 1863. Soit à partir du No de série +-45 000 pour les versions "Army" (.44") sur les +- 145000 originaux produits.
 
Seules les répliques de ADP / Euroarms et Santa Barbara présentent une carcasse qui se rapproche de celle d'un "Old Model" (filets du canon peu découverts), mais tout le reste tient bien d'un "New Model" tardif.
Les copies des versions civiles "Police" ou "Belt" auraient pu servir mais... il faudrait intervertir le sens des vis traversantes sur la carcasse, vis qui sur les originaux "entrent à droite. Et donc boucher les fraisages de têtes de vis, ce qui laisse des traces.
 
Les faux "1858" tendent donc d'imiter au mieux des exemplaires de cette version ultime de la lignée, que nous devrions d'ailleurs plutôt appeler "Remington modèle 1863". 
 
Les différences de marquage constatées entre "vrai" et "faux" 1858 :
On peut les analyser sur photos, sans demander trop de démontages au vendeur lors d'un achat à distance. Mais on peut les imiter (plus ou moins bien !) et il existe certains "pièges" à connaître pour l'acheteur potentiel.
 
En récapitulatif : Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Tablea12
 Pour faire un faux, il faut donc commencer par enlever tous les marquages "légaux" ou parasites de la réplique. C'est le "défarbage" des américains. Un tel nettoyage, pour être invisible lors d'une inspection poussée, ne doit pas laisser de creux détectables à l'oeil ou au doigt.  Vérifiez, si vous avez l'arme convoitée (ou déjà achetée !) en mains.
A noter que certains exemplaires pourraient avoir été importés sur le marché américain sans, ou avec un minimum de poinçons. Justement pour faciliter ce défarbage, pratique assez courante là-bas  !
 
Il faut ensuite rajouter les marquages essentiels d'un original.
En respectant pour chacun la taille et la police de caractères, et se rapprocher au mieux du "rendu" des inscriptions sur les originaux.
 
Les lettres des contrôleurs, comme les No de série, sont assez faciles à poinçonner... dans la mesure où l'on dispose de poinçons avec les "vieilles" polices. Pas faciles à trouver de nos jours. Mais, acheteurs potentiels, ne vous fiez pas trop à la présence de tels marquages.
A noter que le No de série devrait figurer en entier, ou ses 4 derniers chiffres seulement, sur quatre emplacements (Cf tableau). Mais le barillet peut avoir été remplacé d'époque, certains cow-boys ou soldats en portant plusieurs pré-chargés pour accélérer le rechargement. Idem pour le pontet, suite à une mauvaise chute.
 
Un mauvais alignement des chiffres est parfaitement normal sur un original : ils étaient poinçonnés un à un.
 
Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Marqua27
 
Le marquage de fabriquant et de brevet sur le dessus du canon est nettement plus difficile à imiter.
Les "vrais" marquages de "Patent" qui nous intéressent sont de la forme :
 Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Marqua25
Sur les originaux ils étaient poinçonnés à la presse, avec des matrices de caractères formant probablement une roue ou un arc de cercle. Et une attaque comportant un mouvement latéral, en commençant par le E à gauche qui est très souvent un peu flou.
La profondeur d'impression est souvent irrégulière, avec des zones parfois presque illisibles. Cela devait provenir d'une mauvaise disposition du canon dans son étau, sur la presse. Par exemple :
 Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Marqua24
 
Chaque ligne devait être disposée dans une matrice séparée, et des décalages d'une matrice à l'autre se sont produits à l'usage, ou lors des renouvellements.
J'ai relevé, sur les versions "New Model Army" (.44") au moins 5 décalages types sur les (nombreux) exemples de marquages publiés sur le Net. Ils ont pris la suite des inscriptions, assez différentes, des "Beals" et des "Old Model" :
 
Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Compar28
 
Remarques :
- Le type marqué 1 ne devrait pas apparaître sur des 1858 New Model ayant les caractéristiques des répliques modernes. Mais attention : l'inscription "New Model" en troisième ligne est parfois effacée. 
- Le type 1b correspond à un New Model à la forme extérieure pratiquement "définitive" dans l'évolution, mais qui a encore un guidon conique sur queue d'aronde. Ce guidon est aussi présent sur les premiers exemplaires à Patent type 2.
- Les types 2 et 4 sont très proches mais décalés dans le temps.
 
Un marquage mal creusé, partiellement effacé ou avec un décalage entre lignes qui serait différent d'un autre reconnu comme "vrai" n'est donc pas la "preuve" d'un faux. Bien au contraire !
 
Mais la police de caractères utilisée et les décalages entre mots sur chaque ligne des marquages sont restés strictement les mêmes durant toutes les fabrications post 1863.
Chaque ligne isolée doit être superposable à celle d'un autre issue d'un "vrai" marquage.
 
Exemples de "faux" :
Ceux réalisés par des d'amateurs sur des répliques sont en général grossiers :
 
Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Faux_m10
 
Sur les répliques des années 70 - début 80 les inscriptions "d'atelier" sont mieux faites, mais le texte est différent et disposé sur une à deux lignes maximum :
 
Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Marqua26
 
Mais il y a une exception, et de taille : les répliques Pietta "Match", maintenant baptisés "Shooter's". Leurs marquages sur le dessus du canon se rapprochent beaucoup des originaux. Ils ont été copiés, semble-t-il, avec l'accord de Remington. C'est le "piège" principal dont j'ai fait allusion plus haut.
Dans le détail, on peut quand même constater (heureusement !) des différences :
 
Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Compar27
 
L'exemple de marquage d'origine sur la photo, en bas, est celui que j'ai trouvé qui se rapproche le plus, en alignement des lignes, de celui d'un Pietta Match.
Les marquages Pietta, eux, ont toujours la même disposition, le même décalage d'une ligne à l'autre. Et exactement les mêmes défauts !  C'est manifestement la même matrice, en une pièce, qui a servi pour tous les exemplaires Pietta à 5 rayures à torsion progressive.
 
Pour les faussaires qui voudraient reproduire ce marquage de Patent quelques remarques (dissuasives je l'espère !) :
- Un poinçonnage à la main, lettre après lettre, ne permet pas un alignement correct. Si on utilise un porte caractères en guide ce sont les espacements entres lettres, points et mots qui seront trop forts. La détection, même sur une photo, sera rapide. Et puis il faudrait trouver les bons poinçons, dans une police oubliée... et frapper toujours avec la même force !.
- A l'acide les inscriptions ne peuvent être que très peu profondes. Pour donner l'illusion sur une photo floue uniquement.
- La gravure au laser peut reconstituer l'image d'une "vraie" inscription, mais il faut une graveuse très puissante (de niveau pro), donc chère. Et le rendu final est différent de celui d'un poinçonnage.
- Les graveuses à rayage ou utilisant des aiguilles, fraises ou meules diamantées très fines pilotées en CNC seraient utilisables (chères si précises !) mais le rendu est encore plus facile à distinguer (Cf les marquages Pedersoli).
- Faire refaire une matrice de poinçonnage a été la solution Pietta. Mais impossible d'amortir le coût sur quelques unités !. Il faut aussi disposer de la presse nécessaire. Enfin le résultat final en terme de ressemblance n'est finalement pas flagrant, du moins chez Pietta.
 
Le cartouche d'inspecteur sur la plaquette gauche est, lui aussi, très difficile à imiter correctement.
Il ne figure que sur les exemplaires militaires, et il y a autant de cartouches que d'inspecteurs principaux.
Souvent estompé, ou carrément effacé par l'usure du bois, son absence n'est pas, à mon avis, un critère de rejet.
 
Exemples de "vrais" cartouches, bien conservés :
 
Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Cartou11
 
 
A venir : les différences de caractéristiques techniques et dimensions entre originaux et répliques, dont j'ai déjà donné un tableau récapitulatif dans un sujet récent. Avec cette fois des commentaires et photos.
 
Mais, pour utiliser ces critères mécaniques de distinction il faut, hors pour le nombre de rayures (photo de la bouche) et la queue d'aronde pour le guidon, avoir l'arme en mains.
GM15
GM15
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 267
Age : 71
Localisation : Cantal
Date d'inscription : 11/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Empty Re: Reconnaître un "faux" Remington 1858 : les marquages.

Message  Lone Rider le Dim 22 Nov 2020, 14:16

Waw ! Super dossier très complet ! BRAVO !
Avec ce qu'il y avait déjà dans l'autre sujet, c'est génial !
Les faussaires n'ont qu'à bien se tenir !


Dernière édition par Lone Rider le Dim 22 Nov 2020, 14:49, édité 1 fois
Lone Rider
Lone Rider
Membre averti
Membre averti

Nombre de messages : 151
Age : 64
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 22/11/2019

Revenir en haut Aller en bas

Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Empty Re: Reconnaître un "faux" Remington 1858 : les marquages.

Message  jeanmi67 le Dim 22 Nov 2020, 14:49

Et hop, dans mes favoris !
Merci pour ces informations, impatient de lire la suite.
salut salut salut
jeanmi67
jeanmi67
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 240
Age : 52
Localisation : Nord Est
Date d'inscription : 10/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Empty Re: Reconnaître un "faux" Remington 1858 : les marquages.

Message  Pocomas le Lun 23 Nov 2020, 13:48

Remarquable et indispensable à l'amateur PN ! 

Un grand merci pour cette contribution. On mettra un peu plus tard ce sujet en post-it ou dans la TCARpedia pour qu'il soit disponible facilement

Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. 3361380237 Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. 117219
Pocomas
Pocomas
Administrateur
Administrateur

Nombre de messages : 16704
Age : 65
Date d'inscription : 28/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Empty Re: Reconnaître un "faux" Remington 1858 : les marquages.

Message  TAR68 le Lun 23 Nov 2020, 14:23

Magnifique travail, merci de le partager avec nous salut

------------------------

Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. 5582
TAR68
TAR68
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 266
Age : 73
Localisation : Touche pas à mon Alsace
Date d'inscription : 11/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. Empty Re: Reconnaître un "faux" Remington 1858 : les marquages.

Message  GM15 le Lun 23 Nov 2020, 19:22

Merci pour ces encouragements.
 
Je prépare donc un deuxième volet pour la reconnaissance "Vrai" ou "faux" d'un 1858 en utilisant des critères de formes, certaines caractéristiques techniques et des mesures simples.
 
En séparant bien ce qu'il est possible de voir sur des photos (ou de demander au vendeur) de ce que l'on ne peut quantifier ou constater qu'une fois l'arme en mains.
 
Savoir reconnaître un faux évite de jouer le rôle de pigeon. Mais, au contraire, détecter un vrai sous une apparence un peu bizarre permet parfois de faire une affaire. Par exemple :
 
Reconnaître un "faux" Remington 1858 :  les marquages. 1858_n11
 
Payé aux enchères le prix d'une réplique inox neuve de moyenne gamme : aucun autre acheteur n'y a cru ! (et le vendeur, un connaisseur lui, a assumé).
 
Bon, d'accord, ce n'est qu'un modèle civil nickelé de 1863, qui garde quelques caractéristiques du "Old Model". Mais il a manifestement été commandé par un tireur de l'époque (cran de hausse carré), et effectivement qu'est ce qu'il groupe bien !. Je vais re-attaquer avec ce revolver les concours dans la catégorie "Colt". A la place de mon Manhattan (qui connaît ?).
GM15
GM15
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 267
Age : 71
Localisation : Cantal
Date d'inscription : 11/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum