Revolvers Modèle 1870 Modèle 1873 et 1874

4 participants

Aller en bas

Revolvers Modèle 1870 Modèle 1873 et 1874 Empty Revolvers Modèle 1870 Modèle 1873 et 1874

Message  Conservateur Jeu 04 Jan 2018, 18:19

Au cours de mes recherches, je suis tombé sur un document qu'il me semblait intéressant de partager avec vous. Il s'agit d'un courrier datant du 21 février 1876 et adressé par le directeur de la MAS au chef du service de l'artillerie au ministère de la guerre.
Il est fait état des commandes des divers modèles de revolvers reçues à la MAS, mais le plus intéressant réside dans le discours du directeur face à la "menace" de l'intervention de l'industrie privée dans la fabrication de ces armes.
Même si cette industrie est très souvent sollicitée pour la fabrication de pièces d'armes, les directeurs des manufactures restent très réticents quant à leur intervention dans une production plus globale de l'arme. J'ai trouvé de très nombreux courriers où il fait référence à la mauvaise qualité des produits de l'industrie privée...
Le directeur émet également l'idée de faire adopter le revolver Mle 73 pour la Marine...

Je serais curieux d'avoir l'avis d'Eugène L. sur ce que dit le directeur concernant la qualité des armes fournies par Lefaucheux...

Voici l'intégralité de la lettre :

"Les commandes de revolvers qui ont été données à la MAS s'élèvent à 164 000 armes :
4000 revolvers Mle 70 à percussion centrale
150 000 revolvers Mle 73
10 000 revolvers Mle 74.
Revolvers Mle 70 :
La commande des 4000 revolvers de la Marine vient de se terminer et notre dernière expédition a eu lieu le 18 février dernier. La fabrication de ces armes, qui ne sont remarquables que par la complication de leur construction, nous a donné de très grandes difficultés de toute espèce qui se reproduiraient nécessairement dans le cas où nous recevrions une nouvelle commande du même genre. Je fais donc des voeux bien sincères pour qu'il n'en soit pas ainsi et je me demande pourquoi, si la Marine a encore besoin de revolvers, elle n'adopterait pas franchement notre revolver Mle 73 qui non seulement est une arme bien supérieure au revolver Mle 70 mais encore qui, en manufacture, est d'un prix moins élevé que ce dernier. A un autre point de vue, comme la Marine se contente d'armes de qualité médiocre, pourquoi ne s'adresserait-elle pas tout simplement à Mr Lefaucheux qui lui a fourni ses premiers revolvers au prix de 40 francs seulement tandis que la manufacture de Saint-Etienne n'a pu lui les livrer dans ces conditions de fabrication il est vrai bien supérieures qu'au prix de 57,86 francs, non compris le bénéfice de l'entreprise de 7,30%.
Revolvers Mle 73 :
Il résulte de nos situations qu'à la date du 18 février courant, le nombre de carcasses Mle 73 existantes, soit en magasin, soit dans les ateliers à divers degrés d'avancement était de 43499 et qu'ainsi en tenant compte des expéditions déjà faites et qui s'élèvent à 78078 revolvers, il ne restait plus à fabriquer que 28453 carcasses pour atteindre le chiffre totale de notre commande de 150 000 armes. L'exécution de cette commande est donc déjà très avancée et moins de 6 mois suffiraient pour la fabrication de ce modèle d'armes commençât à s'éteindre.
Revolvers Mle 74 :
Quant aux revolvers d'officier Mle 1874, grâce à l'avance qui a été prise sur la fabrication des carcasses de ce modèle, nous avons déjà à notre disposition toutes celles qui seront nécessaires à l'achèvement complet de la commande.
Les conditions dans lesquelles notre fabrication de revolvers se trouve aujourd'hui préparée sont telles qu'il y aurait tout intérêt pour l'Etat, pour les ouvriers et pour la manufacture à laisser cette fabrication s'achever jusqu'au bout. Néanmoins dans le cas où elle devrait être arrêtée, il serait très nécessaire qu'elle ne le fût pas brusquement et qu'au moins on nous laissât écouler toutes les pièces qui forment nos fonds de roulement.
Le travail des revolvers occupe dans ce moment à St Etienne environ 1530 ouvriers. Tout arrêt brusque de cette fabrication jetterait forcément sur le pavé une partie de ce nombreux personnel qu'il nous serait absolument impossible de reporter du jour au lendemain sur la fabrication des autres modèles d'armes. Tous les corps de troupe paraissent se louer beaucoup des revolvers qu'ils ont reçus de la MAS ; donner la fabrication de ce modèle d'armes à l'industrie privée, c'est-à-dire aux faiseurs d'affaires et à la spéculation. Ce serait je crois s'exposer sciemment à de graves mécomptes et à donner à l'armée des armes d'une qualité plus que médiocre et ne présentant de garantie ni comme matières premières ni comme exécution. En dehors des manufactures d'armes, la fabrication des armes n'existe réellement pas en France, pas même à Saint-Etienne, qui passe cependant pour une ville d'arquebuserie, et il est certain que si la fabrication des revolvers était donnée à des spéculateurs qui se présentent au nom de l'industrie privée, ce n'est pas le pays qui en profiterait. La plus grande partie du travail serait exécutée à l'étranger et particulièrement en Belgique où les mains-d'oeuvre sont à très bas prix.
Je crois que si on a raison de donner à la véritable industrie la fabrication d'une partie de notre matériel d'artillerie, la fabrication des machines qui sont nécessaires à nos établissements, celle même de quelques pièces d'armes détachées, il ne pourrait y avoir que de graves inconvénients à donner à des particuliers la fabrication d'armes complètes, parce que dans ce cas, on ne peut avoir à faire qu'à des intermédiaires, et que cette fabrication donne trop facilement les moyens de tromper.
Si les produits des manufactures laissent aujourd'hui peu de chose à désirer, ce résultat n'est dû qu'à la surveillance incessante dont chaque pièce d'armes est l'objet ; depuis le commencement jusqu'à la fin de sa fabrication et à la sévérité du contrôle.

Dans ces établissements, le seul but qu'on se propose, c'est de bien faire et de ne livrer que des armes à peu près irréprochables. On ne peut rien attendre de semblable de la part des industriels qui ont un autre but à atteindre, celui de réaliser les plus gros bénéfices possibles, sans s'inquiéter ni des intérêts du pays, ni des intérêts de l'armée qu'ils ne connaissent pas. Les expériences sur ce point ont malheureusement été déjà trop nombreuses en France pour qu'on puisse oublier les résultats déplorables qu'elles ont données, soit avant, soit surtout pendant la guerre de 1870".

Conservateur
Futur pilier
Futur pilier

Nombre de messages : 751
Age : 48
Date d'inscription : 05/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Revolvers Modèle 1870 Modèle 1873 et 1874 Empty Re: Revolvers Modèle 1870 Modèle 1873 et 1874

Message  CLOSDELIF Jeu 04 Jan 2018, 18:29

Ce document est très intéressant à plus d'un titre et confirme bien la "porosité" qui existait à l'époque entre les régions de Liège et St Étienne... Suspect

------------------------

Non nobis Domine, non nobis, sed Nomini Tuo da Gloriam.

http://winchester-lsg.forumotion.com/
http://prehistoire-xixeme.forumactif.org/
CLOSDELIF
CLOSDELIF
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 21176
Age : 70
Localisation : NL 81
Date d'inscription : 03/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revolvers Modèle 1870 Modèle 1873 et 1874 Empty Re: Revolvers Modèle 1870 Modèle 1873 et 1874

Message  LP Jeu 04 Jan 2018, 20:30

Quant à la sévérité du contrôle qualité de la MAS, les innombrables poinçons des Gras et revolvers 1873 et 74 sont là pour l'attester.

C'est vrai aussi  que la qualité des armes belges à l'époque était très disparate selon les fabricants, d'excellente à médiocre.


Dernière édition par LP le Ven 05 Jan 2018, 14:39, édité 1 fois
LP
LP
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 3131
Age : 64
Localisation : Lorraine "Qui s'y frotte s'y pique"
Date d'inscription : 28/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revolvers Modèle 1870 Modèle 1873 et 1874 Empty Re: Revolvers Modèle 1870 Modèle 1873 et 1874

Message  Quentin1873 Ven 05 Jan 2018, 11:14

merci pour ce document vraiment intéressant!

Le tableau de fabrication (recalculé sur mon site : http://www.revolver1873.fr/tableau-de-fabrication-par-annee.php ), est dans ces normes, puisque les numéros de série du 1873, en 1876, vont de F 71483 à G 23608 (52 126 armes fabriquées en 1876).
Le directeur de la MAS (le Général Maignien) nous dit qu'à "la date du 18 février courant, le nombre de carcasses Mle 73 existantes, soit en magasin, soit dans les ateliers à divers degrés d'avancement était de 43499 et qu'ainsi en tenant compte des expéditions déjà faites et qui s'élèvent à 78078 revolvers".

On peux donc en déduire qu'en un mois et demi (1 janvier 1876 - 18 février 1876), la MAS à fabriqué environ 6600 (6595, selon le tableau de fabrication) revolvers, soit une moyenne d'environ 4040 revolvers par mois sur Janvier et Février 1876.

------------------------

Faites un tour sur mon site consacré au revolver Chamelot Delvigne modèle 1873: https://www.revolver1873.fr/
Quentin1873
Quentin1873
Futur pilier
Futur pilier

Nombre de messages : 753
Age : 36
Localisation : Centre
Date d'inscription : 11/08/2013

https://www.revolver1873.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum