Utilisation des systèmes Gribeauval et Valée en 1870 ?

Aller en bas

question Utilisation des systèmes Gribeauval et Valée en 1870 ?

Message  Joseph de Cacqueray Sam 01 Avr 2017, 14:27

Bonjour,

En 1870,  après la défaite de Sedan et le début du siège de Paris, on a appliqué la "modification 1867" à tout ce qui tombait sous la main comme fusil (même des 1822 T Bis).

Est-ce qu'il y a eu un phénomène comparable en ce qui concerne l'artillerie, en ressortant les antiquités de Gribeauval et Valée et en les rayant (ou pas) ?

Salutations
Joseph de Cacqueray
Joseph de Cacqueray
Membre averti
Membre averti

Nombre de messages : 121
Age : 36
Localisation : Bärenland - la partie plate
Date d'inscription : 15/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

question Re: Utilisation des systèmes Gribeauval et Valée en 1870 ?

Message  Verchère Dim 02 Avr 2017, 01:59

Pas besoin de ressortir les antiquités (Gribeauval ou Valée), elles étaient déjà en ligne depuis le début !

Si l'artillerie de campagne avait été rapidement équipée en canons de 4 Rayé de Campagne et de Montagne (2 types nouveaux), le rayage des 8 (Gribeauval) débutait seulement ; en 24 (Vallières) c'était peut-être fini, mais il restait pas mal de 12 (Napoléon III, Gribeauval ou Vallières) encore lisses.

Et les "12 légers" (canons de 8 Gribeauval reforés à 12), les 16 (Vallières) et les obusiers de 15c, 16c et 22c (Valée), qu'il était prévu de conserver lisses. Ils étaient affectés au flanquement dans les places, qui ne se sont pas toutes rendues comme Strasbourg ou Sedan...

En plus, le terme "antiquités" n'est peut-être pas globalement approprié pour les pièces Gribeauval ou Valée (ou même les tubes du système Vallières de 1732)...

- Des affûts Vallières (pas bien normalisés) il n'y en avait plus ; des affûts Gribeauval sans doute encore un peu (un cité à Belfort, mais HS dès avant le début des combats) ; la quasi-totalité des affûts ayant été re-conçus et remplacés à partir des années 1820.

- En tubes "nouveaux", il n'y avait que les 4 de Campagne et de Montagne, et le 24 Court Rayé de Siège ; tous les autres étaient des modèles 1853, Gribeauval ou Vallières simplement rayés (et généralement, les affûts n'avaient pas été adaptés pour tirer parti du gain potentiel en portée).

- Les mortiers, hormis l'ajout du 15c, restent ceux des tables Gribeauval (hormis quelques détails de fabrication des affûts récents). Des écouvillons étagés pour mortiers "à chambre rétreinte" figurent encore aux états d'armement de diverses places juste avant 1870, preuve qu'il restait des tubes plus anciens que le tracé "à la Gomer" (chambre tronçonique), à priori seul fabriqué depuis la Révolution.


Bien entendu je n'ai pas cité les canons de 7 De Reffye, dont il n'existait paraît-il que 2 prototypes au début des hostilités (mais dont on fabriqua 600 pièces à Paris intra-muros, durant la guerre ; et un grand nombre en province, soit en bronze soit en acier).
Je n'ai pas non plus cité quelques prototypes ou modèles peu fabriqués, comme des canons lourds en fonte, refilés à quelques places car il fallait bien les mettre quelque part, ni les "mitrailleuses" (canons à balles De Reffye), qui étaient flambant neuves.


A noter que la place de Belfort a durant l'hiver 70-71 tiré un grand nombre de boulets, principalement de 12, pour économiser les obus rayés dont les approvisionnements étaient jugés trop faibles et dont la fabrication en ville n'était pas toujours de qualité satisfaisante.

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 12575
Age : 62
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum