Armes de troque à silex

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Tourblanche Mer 11 Jan 2017, 22:08

Contrat de 1703  ,  " garnitures jaunes  "      !    Very Happy

      Merci,  je chauffe l'imprimante ....   





        Armes de troque à silex - Page 5 Img_0413
Tourblanche
Tourblanche
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1901
Age : 69
Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Tourblanche Mer 11 Jan 2017, 22:10

Armes de troque à silex - Page 5 Img_0415
Tourblanche
Tourblanche
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1901
Age : 69
Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  3008nato Jeu 12 Jan 2017, 01:02

bonjour tourblanche
il est superbe ton fusil et je souligne la contre platine à trois vis   (comme sur le mien)
3008nato
3008nato
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 4574
Age : 76
Date d'inscription : 28/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  3008nato Jeu 12 Jan 2017, 01:48

je reviens sur ce sujet fort instructif avec les dires d'un auteur plus proche de nous ....le BOUDRIOT   dans lequel  le sieur MARQUISET a porté quelques remarques  concernant les " ARMES DE TRAITE "
je vous laisse lire.


Armes de troque à silex - Page 5 Armes_16
3008nato
3008nato
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 4574
Age : 76
Date d'inscription : 28/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Conservateur Jeu 12 Jan 2017, 06:22

Nato : Ils étaient trop sympa... de nous laisser cette part du travail, qui n'est pas simple. Le plus gros problème est effectivement d'arriver à distinguer une arme à silex ou à percussion destinée à l'étranger ou aux côtes africaines d'une arme simplement réparée ou ne suivant pas le règlement à la lettre... parce que les questions sont encore relativement fréquentes...
Mais avec la matière contenue dans ce post, en partant du 17e siècle, et en remontant jusqu'au début du 20e, il y a moyen d'y voir un peu plus clair... Merci à Tourblanche et Rakamlerouge !! et à Nato of course salut

Conservateur
Futur pilier
Futur pilier

Nombre de messages : 737
Age : 47
Date d'inscription : 05/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Tourblanche Jeu 12 Jan 2017, 06:51

Les systèmes convertis au silex  ....

      surprenant , en effet   

        Armes de troque à silex - Page 5 Stoege10
Tourblanche
Tourblanche
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1901
Age : 69
Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Rakamlerouge Jeu 12 Jan 2017, 14:31

Bonjour,
j'ai eu un de ces fusils transformé à silex il y a une vingtaine d'années. J'ai retrouvé les photos que voici. J'ai tiré avec, les résultats n'étaient pas mauvais... C.de 18 lisse si je me souviens bien, il n'avait jamais servi.
C'était fabriqué à Liège à partir d'un fusil réglementaire par Ancion et Cie, pour le Congo Belge.

Armes de troque à silex - Page 5 L2i8
Armes de troque à silex - Page 5 Pao3
Armes de troque à silex - Page 5 Psu2
Armes de troque à silex - Page 5 Ac58
Armes de troque à silex - Page 5 R5bn

salut
Rakamlerouge
Rakamlerouge
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 218
Age : 65
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Tourblanche Ven 13 Jan 2017, 06:52

J' en ai trouvé deux  ,   semblables 

  
Armes de troque à silex - Page 5 P1010410
       mais passablement délabrés ,  mais on remarque la " jambe de vache " typiquement Louis XV   ❤

     Il y en a un de restauré pour l'instant , l' autre attend que je sorte d'hibernation .
Armes de troque à silex - Page 5 P1010810

      Faits en Belgique dans les années ' 60  . vendus en Amérique du Nord par Stoeger , pour le
marché de la panoplie et la reconstitution historique

          Armes de troque à silex - Page 5 T2eC16FzQE9s3sqIMBQorjJ2bQ60_57_zpsf859699c
      41$    Je crois que c'était la dernière génération , tout un peu différents les uns des autres
car assemblée avec les fonds d' entrepôt .

       Ça figurait aussi au catalogue Raick 

       http://www.littlegun.be/arme%20belge/artisans%20identifies%20q%20r/a%20raick%20fr.htm



           Armes de troque à silex - Page 5 Raick%20pub-05
Tourblanche
Tourblanche
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1901
Age : 69
Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Armes de troc à silex

Message  labrocante37 Ven 13 Jan 2017, 15:24

.................... salut salut salut à tous et santé

Comme certains qui sont sur le forum je possède une arme belge à silex vendu à la France pour les gardes nationaux.
Armes de troque à silex - Page 5 Silex_10
La provenance de l'arme établissement belge Hanquet fabriqué en 1838 pour la France
Armes de troque à silex - Page 5 Silex_11
La platine fait déjà très française
Armes de troque à silex - Page 5 Silex_12
Sur le macaron est inscrit P L D avec un coq.A+

labrocante37
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 2198
Age : 70
Date d'inscription : 06/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Rakamlerouge Ven 13 Jan 2017, 16:10

Superbe !
Une photo en entier , c'est possible ?
Mais la, on ne peux pas vraiment parler d'arme de troc, c'est un achat fait  à l'étranger par le gouvernement français d'une arme militaire réglementaire à destination de la Garde Nationale.
Est-ce que ce fusil avait sa baïonnette belge par hasard ?
salut
Rakamlerouge
Rakamlerouge
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 218
Age : 65
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Armes de troc à silex

Message  labrocante37 Ven 13 Jan 2017, 22:54

............... salut salut salut à tous et santé
Pour un jeu de photos c'est possible et je ne possède pas la baïonnette belge qui va avec.A+

labrocante37
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 2198
Age : 70
Date d'inscription : 06/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  oxi81 Ven 13 Jan 2017, 22:58

labrocante37 a écrit:
Armes de troque à silex - Page 5 Silex_12
Sur le macaron est inscrit P L D avec un coq.A+



Il semblerait qu'il faille lire PDL et non PLD.
Ça signifierait "Propriété de l'Etat" et non pas "Pour le droit", locution qui n'a jamais existé et a été inventé de toutes pièces dans les années 1970/80.

------------------------

François 




"Je demande d'emmener avec moi 600 hommes de la Légion étrangère afin de pouvoir, le cas échéant, mourir convenablement"... (Général Gallieni à Madagascar).
Armes de troque à silex - Page 5 110508071149486978123921
oxi81
oxi81
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 8897
Age : 58
Localisation : Entre la mer et le ciel des Corbières
Date d'inscription : 14/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Rakamlerouge Ven 13 Jan 2017, 23:35

Tout à fait !
C'est même moi qui avait retrouvé les documents, je les avais communiqué sur un autre forum et un petit malin s'est empressé de faire un article dans la GdA pour se faire mousser avec un petit billet au passage...
Un peu fâché du procédé sur le coup  :koenfeu: Rakamlerouge , toute cette doc est du domaine public, mais bon, l'important c'est que la vérité soit rétablie, donc définitivement Oui il faut lire les trois lettres comme Propriété De L'état, marquage imposé pour les armes mises à disposition de la Garde Nationale entre 1831 et 1852

  Armes de troque à silex - Page 5 Pqsi

salut
Rakamlerouge
Rakamlerouge
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 218
Age : 65
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Conservateur Sam 14 Jan 2017, 10:30

C'est toi qui avait retrouvé les documents ?! C'était une super découverte ! Il est vrai que tous les documents anciens (ou presque) sont dans le domaine public mais faut-il encore savoir où chercher, avoir envie de chercher et enfin vouloir partager ! C'est tout à ton honneur ! 
Tu devrais te faire un blog si tu as beaucoup d'infos et que tu as envie de partager, moi j'y prends un certain plaisir et ça ne me rapporte pas un centime...

Conservateur
Futur pilier
Futur pilier

Nombre de messages : 737
Age : 47
Date d'inscription : 05/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  oxi81 Sam 14 Jan 2017, 10:47

Rakamlerouge a écrit:Tout à fait !
C'est même moi qui avait retrouvé les documents, je les avais communiqué sur un autre forum


Ton pseudo sur cet autre forum commence par un "C" ou alors, il est double et ses initiales sont "CC"..? Wink

------------------------

François 




"Je demande d'emmener avec moi 600 hommes de la Légion étrangère afin de pouvoir, le cas échéant, mourir convenablement"... (Général Gallieni à Madagascar).
Armes de troque à silex - Page 5 110508071149486978123921
oxi81
oxi81
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 8897
Age : 58
Localisation : Entre la mer et le ciel des Corbières
Date d'inscription : 14/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Rakamlerouge Sam 14 Jan 2017, 11:04

Oui François, c'est bien ça, et d'origine entre Arnette et Thoré Armes de troque à silex - Page 5 72113 

salut
Rakamlerouge
Rakamlerouge
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 218
Age : 65
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Rakamlerouge Mer 15 Fév 2017, 20:33

Bonjour,
au passage une doc intéressante ou l'on parle des armes de traites  au Congo (français à l'époque)
Encore pas mal de fusils à silex au début du XXème siècle à cause de la réglementation, mais beaucoup de contrebande d'armes perfectionnées !

http://books.openedition.org/editionsehess/378?lang=fr

salut
Rakamlerouge
Rakamlerouge
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 218
Age : 65
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  3008nato Mer 15 Fév 2017, 20:56

MONSIEUR  Rakamlerouge...

je viens de lire ce post et j'en suis encore sur mon cul !!
je ne m'étendrai pas sur les "vertus " du colonialisme et de ses dérives .....mais tu nous sors un document construit et étayé qui devrait nous permettre de mieux comprendre  notre histoire ..

merci encore
3008nato
3008nato
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 4574
Age : 76
Date d'inscription : 28/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  kabourec Jeu 16 Fév 2017, 19:42

Superbe documentation ! Rackam merci pour cela.
Comment as tu fait pour retrouver cette référence ?

kabourec
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 250
Age : 82
Date d'inscription : 03/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Rakamlerouge Jeu 16 Fév 2017, 20:13

Je suis tombé dessus par hasard en cherchant quelque chose sur le Congo... Je ne pouvais qu'enrichir ce post avec !
salut
Rakamlerouge
Rakamlerouge
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 218
Age : 65
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Mensuration de ce fusil de Hune

Message  Quercus1948 Lun 06 Mar 2017, 16:25

Je posséde un fusil "de hune" dont le canon mesure 1,37m. pour une arme de 1,70m.La platine mesure 142mm.,elle est de forme "haricot" sans bride de noix ni de bassinet,sans marquages non plus.La plaque de couche se termine en queue de serpent,le pontet de type préréglo,la contre-platine en "esse et bombée".Sur le pan gauche du canon un poinçon aux 3 fleurs de lys,calibre 18mm.Dès sa sortie de restauration,je posterai des photos.
Ce serait sympa de poster les mesures de celui que vous présentez.Bien cordialement,Philippe


3008nato a écrit:salut conservateur  ,  avec ton post au sujet d'un règlement ou d'une ordonnance  de 1703 tu ouvres un nouveau débat concernant les fusils dits de "BOUCANIERS"

-traditionnellement dans l'histoire populaire  les fusils de boucaniers ont toujours été considérés comme des armes de service à terre à usage des trappeurs, des aventuriers  , voire de certaines milices ....

ET  là  , sans prévenir tu nous sors une ordonnance qui le désigne pour  le service  "en mer"  à bord des galères .....?? 

-une révolution  qui consacre donc le fusil de boucannier comme un des précurseurs du "fusil du fusil  DE HUNE " pour tirer loin , en appui  ou entre les cordages ..
la belle affaire !!  (un pré-règlementaire ?)


Armes de troque à silex - Page 5 Img_2610


Armes de troque à silex - Page 5 Img_2611


Armes de troque à silex - Page 5 Img_2612


Armes de troque à silex - Page 5 Img_2613


Armes de troque à silex - Page 5 Img_2615


Armes de troque à silex - Page 5 Img_2616


Armes de troque à silex - Page 5 Img_2617

Quercus1948
Membre
Membre

Nombre de messages : 2
Age : 72
Localisation : Hauteville sur mer 50590
Date d'inscription : 07/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Tico Lun 06 Mar 2017, 18:37

Bonsoir Phil,

Impressionnant témoin historique

Que la restauration lui redonne sa jeunesse mais qu'il conserve ses rides

Cdt
Tico
Tico
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1150
Age : 41
Date d'inscription : 13/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Rakamlerouge Lun 06 Mar 2017, 22:24

Très intéressant, mais je pense qu'on s'éloigne du sujet initial de ce post qui concernait les armes de "troque" vers 1855/60 et le mieux serait sans doute d'ouvrir un autre sujet sur les boucaniers et fusils de hune, qu'en pensez-vous ?
salut
Rakamlerouge
Rakamlerouge
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 218
Age : 65
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Conservateur Sam 28 Nov 2020, 19:15

Je ressors ce sujet pour vous donner ce que j'avais commencé à écrire et ce que j'avais retranscris comme informations pour le ou les articles à écrire sur le sujet... Je vous laisse donc en faire bon usage  Wink Wink

 
Armes de commerce et armes de troque
 
Pour faciliter l’approvisionnement des navires de commerce se rendant sur les côtes africaines, le ministre de la Guerre a fait installer en 1855, à la manufacture impériale d’armes de Châtellerault, un atelier de transformation des fusils à silex hors de service en armes de troque. Le 8 avril 1857, l’Empereur Napoléon 3 autorise les armateurs à prendre dans les magasins de l’État, des fusils et mousquetons à percussion ne pouvant plus servir aux armées mais encore en état de tir. Devant l’importance des demandes qui ne cessent d’augmenter au fil des années et à cause de l’éloignement géographique de la MAC vis-à-vis du port de Marseille, il est décidé, le 13 juin 1857, d’installer un atelier semblable à la manufacture impériale d’armes de Saint-Etienne. Le capitaine Philibert est désigné pour suivre une formation à Châtellerault sur ce travail pour superviser le montage de l’atelier à Saint-Etienne. Le contrôleur d’armes Close l’accompagnera pour apprendre les réparations faites aux armes blanches mais aussi le travail relatif aux armes de troque puisqu’il devra surveiller ces opérations à son retour à Saint-Etienne.
(réparations de pièces cassées ou manquantes, entures au bois de monture, mise en couleur, laitonnage des garnitures, etc.).
Une première commande en juin 1857. La direction de l’artillerie de Besançon envoie 137 mousquetons de gendarmerie modèle 1825 et An 9 à silex afin de les faire transformer et réparer à l’aide de pièces de rebut. S’il manque des baïonnettes, il faut ajuster soit des exemplaires rebutés, soit des modèles 1816.
Les archives semblent lacunaires concernant cette activité.
En avril 1859, 650 carabines pour le Vice roi d’Égypte  ayant les caractéristiques suivantes :
Canon avec culasse sans tige :
Calibre de 17,8 mm sans tolérance en dessous, tolérance en dessus jusqu’à 18,1 mm exclusivement.
Rayure : comme celle du fusil d’infanterie modèle 1857, avec la même tolérance de 0,1 mm pour la profondeur.
Hausse : comme au modèle, elle est fixée au canon par une vis, à tête noyée dans la monture, dont je vous donnerai les dimensions.
Platine : comme celle du fusil d’infanterie modèle 1857.
Monture : comme celle de la carabine modèle 1853, sauf sa longueur qui sera réglée d’après celle du canon.
Battant de crosse et son embase : comme à la carabine modèle 1853
Embouchoir, grenadière, plaque de couche : en laiton, analogues à celles de la carabine modèle 1853 pour la forme et les dimensions.
Baguette : comme celle de la carabine modèle 1853
Accessoires : il n’y a pas d’accessoires à fabriquer.
Aussitôt que vous aurez pris d’une manière exacte les dimensions du canon et que vous aurez fabriqué une hausse type, vous enverrez ces 2 pièces à Mutzig.
Je vous préviens officieusement que vous recevrez prochainement une commande considérable de hausses pour le fusil d’infanterie modèle 1842 transformé, attendu que l’Empereur veut une hausse qui puisse servir aux distances de 400 et 600 mètres. On est en train d’en établir le modèle au DC.
Avril 59 :Je vous préviens que vous recevrez dans quelques jours une carabine faite à Tulle, qui vous servira de type pour la fabrication des 650 armes destinées au Vice Roi d’Egypte.
Vous suspendrez la fabrication des garnitures, des sous gardes et des baguettes jusqu’à l’arrivée de cette carabine, mais rien ne s’oppose à ce que vous fassiez faire les canons et les platines.
Vous avez du remarquer que le taraudage de la boite du canon égyptien, que Tulle vous a envoyé, diffère de celui de la culasse des fusils modèle 1842 et 1857, le directeur de Tulle ayant oublié de prendre les dimensions de ce taraudage, je vous prie de lui envoyer, le plus tôt possible, une culasse ayant son bouton taraudé sur la boite du canon égyptien.
12 juin 1859, Inspecteur à MAS :
Mr Manceaux ayant prévenu l’entreprise de Mutzig qu’il est propriétaire d’un brevet pour la hausse appliqué à la carabine égyptienne (ce qui est vrai), j’ai l’honneur de vous prier de remplacer cette hausse par celle de notre carabine modèle 1853.
La valeur de toutes les hausses (Mle Manceaux) fabriquées jusqu’à ce jour sera comprise dans le prix des carabines.
17 juin 1859, Inspecteur à MAS :
Je vous informe que la hausse de la carabine modèle 1853, qui remplace la modèle Manceaux, sera placée sur le canon égyptien à la même distance du tonnerre que la hausse de notre carabine, c’est-à-dire à 87,5 mm, et comme le canon égyptien a 52 mm de plus que le nôtre, il en résulte que cette hausse doit recevoir une autre graduation pour tirer aux mêmes distances. En ayant égard à cette différence de longueur, le calcul donne pour la nouvelle graduation les résultats suivants, auxquels je vous prie de vous conformer :
Hauteur du cran de mire au dessus de l’arête supérieure du canon, à :
150 m : 11,1 mm – 250 m : 16,7 mm – 350 m : 23,4 mm – 400 m : 27,1 mm – 500 m : 34,3 mm – 600 m : 42,5 mm – 700 m : 51,6 mm – 800 m : 62,1 mm – 900 m : 74,1 mm – 1000 m : 89 mm.
Je vous prie aussi de tracer cette graduation sans poser les chiffres qui seront, mis en Egypte, en caractères arabes.
PS : Mr Thirault a-t-il réellement pris un brevet pour son procédé de mise en couleur ? quel est le numéro de brevet ?
8 octobre 1859, Inspecteur à MAS :
Vous avez dû recevoir de la MAC les 651 sabres baïonnettes destinés à être ajustés sur les carabines égyptiennes que vous fabriquez. Je pense que l’entreprise de St Etienne a payé pour le compte de Mr Sélin, cependant comme il se pourrait que, par erreur, on ait fait supporter cette dépense à l’État, je vous prie d’examiner cela et de me rendre compte.
 
Le commerce d’armes en tout genre prend un tel essor que l’État va rapidement rédiger une loi règlementant la fabrication et le commerce des armes de guerre, c’est la loi du 14 juillet 1860.
Tous les canons d’armes à feu doivent recevoir une marque indiquant s’ils sont destinés à l’exportation et donc prohibés pour un usage en France. Cette marque doit être appliquée par un bureau du poinçonnage dirigé par un inspecteur, lui-même entouré de contrôleurs chargés de poinçonner les armes.
Le poinçon d’exportation n’est appliqué sur l’arme que lorsque celle-ci a reçu le poinçon de l’épreuve et doit être apparent en son entier une fois l’arme montée.
Saint-Etienne, en février 1861, ne possède pas encore un tel bureau et le directeur de la MAS doit se concerter avec le Préfet de la Loire afin de trouver un lieu approprié à cette activité.
 
Il faut faire ici la distinction en armes de commerce et armes de troque.
Les armes du commerce peuvent provenir soit de fabricants privés qui reçoivent directement des commandes de gouvernements étrangers, soit de l’entrepreneur de la manufacture d’armes qui, par le biais du ministre, l’autorisation de fabriquer ou de transformer des quantités d’armes définies par des marchés signés entre les états concernés.
10 mai 61 : un décret du 30 mars dernier a fixé à 3000 frcs l'allocation que recevront les inspecteurs du poinçonnage des armes de guerre de commerce. Troussel, capitaine d'artillerie en retraite a été nommé inspecteur en date du 15 avril dernier.
10 juin 61 : recevrez du DC 3 poinçons d'exportations et 3 poinçons D à remettre à l'inspecteur du poinçonnage.
25 juillet 61 : la loi du 14 juillet 60 et le règlement du 6 mars 61 prescrivent l'épreuve de toutes les armes de guerre fabriquées pour le commerce. Ces épreuves doivent être faite au banc de la ville.
En conséquence, les armes fabriquées par l'entrepreneur pour le commerce doivent être éprouvées au banc de la ville te non à celui de la MAS. Néanmoins, cette mesure ne sera pas appliquée aux marchés en cours d'exécution.
Quant aux armes fabriquées pour les gouvernements étrangers, toutes les fois qu'elles devront, par mon ordre, être soumises aux visites et épreuves exigées en France  pour les armes de l'état, vous les ferez éprouver au banc de la MAS.
24 aout 61 : le 25 juillet dernier je vous ai indiqué la nature des armes fabriquées par l'entrepreneur qui doivent être éprouvées au banc de la ville, j'ajouterai aujourd'hui des explications détaillées sur l'application de la loi du 14 juillet 60 aux entrepreneurs des MA :
les entrepreneurs des MA auront la faculté de fabriquer des armes de guerre de commerce pour l'exportation en se servant des ateliers des établissements toutes les fois qu'il n'en résultera aucun inconvénient pour les commandes de l'état.
J'ai pris des dispositions :
les armes de guerre fabriquées pour l'étranger par les entrepreneurs des MA sont de 2 sortes :
les unes fabriquées pour le compte des gouvernements étrangers qui ont obtenu de l'Empereur l'autorisation de faire fabriquer des armes conformes aux modèles français et soumises à toutes les visites et épreuves en usage pour les armes d'état.
Les autres sont des armes du commerce qui peuvent être aussi fabriquées sur commandes directes des gouvernements étrangers mais qui ne sont pas soumises aux conditions de garantie.
Les premières portent toutes les marques des armes de l'état et n'ont pas la marque de fabrique de l'entrepreneur, elles doivent donc rester tout à fait en dehors de l'application de la loi du 14 juillet 60. Pour les secondes, elles portent la marque de fabrique de l'entrepreneur et rentrent entièrement sous le coup de la loi de 1860 et du décret du 6 mars 61.
Dans les villes où il existe un bureau de poinçonnage, comme St-Etienne, l'entrepreneur de la MAS y présentera ses armes de commerce comme tout autre fabricant. Les entrepreneurs sont donc autorisés d'une manière permanente à fabriquer des armes de guerre pour l'exportation.
18 décembre 61 : l'exécution de la loi du 14 juillet 60 a soulevé plusieurs questions délicates :des ouvriers travaillant à la MAS ont fabriqué des armes en dehors de la MAS et tenté de les vendre dans le commerce. Interdit; trafic de pièces détachées de rebut.
25 janvier 1862, Ministre à MAS :
Mr Escoffier me fait connaître que depuis la mise en exécution du décret du 6 mars 1861, il présente au banc d’épreuve de la ville, tous les canons destinés par lui au commerce extérieur mais qu’il possède de diverses provenances antérieurement au décret :
100 canons de carabine Enfield éprouvés à la MAS
1500 canons d’infanterie Mle 1857 n°1 éprouvés à la MAT
1000 canons id éprouvés à la MAS
et que l’inspecteur du poinçonnage à St Etienne refuse d’appliquer sur ces canons la marque d’exportation parce qu’ils ne portent pas la marque de l’épreuve de la ville de St Etienne.
J’autorise exceptionnellement Mr l’inspecteur du poinçonnage à marquer ces canons mais à la condition que l’envoi à son bureau sera accompagné d’une déclaration de vous attestant que les canons qui ont été rebutés pour défaut de dimensions peuvent être mis en service, sans subir une nouvelle épreuve.
31 janvier 1862, Ministre à MAS :
Le DC reçoit aujourd’hui l’ordre d’expédier un poinçon P destiné au service du bureau de poinçonnage des armes de guerre de commerce à St Etienne. Vous voudrez bien le remettre à Mr Troussel.
6 mars 1862 : Le DC reçoit aujourd’hui l’ordre de vous envoyer 3 poinçons, un à la lettre P et deux à la lettre D destinés au service du bureau du poinçonnage des armes de guerre de commerce de St Etienne. Vous voudrez bien les remettre à l’inspecteur du poinçonnage.
12 février 63 : Je vous préviens qu’il existe une lacune dans les services du sieur Jean Joseph Orval, ex reviseur provisoire à la MAS et actuellement contrôleur de poinçonnage.
On lit sur la matricule tenue au ministère :
Nommé reviseur provisoire à St Etienne le 10 mai 1831, a cessé ses fonctions par suite de suppression d’emploi le 31 décembre 1834. Nommé réviseur d’armes à la MAC le 6 juillet 1838.
Vous voudrez bien me faire connaître en quelle qualité le sieur Orval a figuré sur les contrôles de la MAS entre le 31 décembre 1834 et le 6 juillet 1838.
10 septembre : le DC reçoit l’ordre de vous expédier 4 poinçons , 1 à la lettre P et 3 à la lettre D destinés au bureau du poinçonnage des armes de guerre de commerce de St Etienne. Vous les remettrez à l’inspecteur de ce bureau.
 
 
N’ayant pu consulter toutes les archives relatives aux différentes commandes passées à la MAS, je m’en tiendrai à rendre compte de ce que j’ai pu relever :
 
1861, Sardaigne :
3 000 mousquetons de gendarmerie modèle 1857 (commande exécutée par des ouvriers du commerce pour ne pas entraver la production de la MAS). Les armes seront faites comme des numéros 1 et ne seront soumises à aucune visite des contrôleurs sauf de constater la présence de l’épreuve.
4 000 fusils modèle 1857 (d’autres commandes ont été passées dès le 10 octobre 1860 mais je n’ai pas les chiffres). Escoffier fait fabriquer à la manufacture de Maubeuge des sous-garde pour fusil d’infanterie, destinées aux armes sardes. Pour compléter les commandes d’armes à silex pour la Sardaigne, la MAS reçoit et utilise, de janvier à avril 1861, plusieurs modèles de fusils à silex provenant soit de la manufacture de Mutzig (420 fusils de voltigeurs à silex modèle 1822), de la manufacture de Châtellerault (4831 fusils de voltigeurs modèle 1816 et 1822 et 7447 fusils d’infanterie à silex modèle 1816), du Havre (21fusils d’infanterie à silex modèle 1822, 3307 modèle 1816, 784 fusils de voltigeurs à silex 1816 et 1822) et 20 100 de différentes places d’artillerie (2864 fusils d’infanterie à silex modèle 1822, 14 263 fusils d’infanterie à silex modèle 1816 et 2973 fusils de voltigeurs à silex modèle 1816 et 1822).
La Sardaigne demande le 25 avril 1861 des pièces de rechange pour les fusils modèle 1840 fabriqués par la MAS.
 
Troque :

Les fusils de troque N°1 ont des canons, selon les commandes, de 28 à 30 pouces (1m029 à 1m083), la majorité mesurant 42 pouces, soit 1134 mm. Il était fréquent de trouver nombre de canons aux dimensions variables. Les garnitures étaient principalement en fer mais pouvaient être en laiton.
Les fusils de troque N°2 ont des canons de 38 pouces, soit ? Ils avaient les mêmes garnitures que les fusils de troque N°1.
Entre 1857 et 1867, les armes de troque se composaient de :
Fusil d’infanterie et de voltigeurs à silex modèle 1777, fusil d’infanterie et de voltigeurs à silex N°1, fusil d’infanterie et de voltigeurs modèle 1816 et 1822, fusils à silex anglais.
L’atelier de la troque installé au sein de la manufacture remettait en état, transformait, complétait et réparait les armes destinées aux côtes africaines :
En 1861, la MAS a expédié 1440 fusils de troque N°1 et 504 fusils de troque N°2
En 1862, la MAS a expédié 504 fusils de troque N°2
En 1863, la MAS a fabriqué 2016 fusils N°1 et 1008 fusils anglais N°2
En 1864, la MAS reçoit 504 fusils inf 1777, 800 fusils de voltigeurs 1777, 66 fusils inf 1822, 137 fusils inf 1816 et 1008 fusils anglais et expédie 2500 fusils de troque N°1 et 1000 fusils de troque anglais N°2.
En 1865, la MAS reçoit 5961 fusils d’infanterie 1777, 879 fusils de voltigeurs 1777, 1062 fusils d’infanterie 1816 et 1822 et 141 fusils de voltigeurs 1816 et 1822. Elle expédiera 3000 fusils de troque N°1 avec des canons de 38 ou de 42 pouces mais avec garnitures fer, 3400 fusils de troque N°1 avec canons de 1134 mm et garnitures fer et 1000 fusils de troque N°1 avec des canons de dimensions diverses et garnitures en fer.
En 1866, la MAS reçoit 677 fusils à silex N°1, 1811 de voltigeurs N°1, 21 d’infanterie 1816, 66 d’infanterie 1822, 2752 d’infanterie 1777, 160 de voltigeurs 1777 et 109 de voltigeurs 1816 et 1822. Sur cette quantité, elle reçoit l’ordre d’en remettre en état : 2000 fusils n°1 garnitures fer canon de 1m134 (42 pouces) et 2000 fusils n°1 garnitures fer canons divers et de les envoyer à Toulon.
En 1867, la MAS évacue de ces magasins vers Toulon les armes suivantes :
Fusil à percussion :
2 de dragon Mle 42 T
44 de dragon Mle 42 Tbis
38 double Mle antérieur à 1850
20 de rempart Mle 1831 et divers
40 de dragon Mle 1822 T
1 de dragon Mle 1842
Mousquetons à percussion :
1 d’artillerie Mle 1829 Tbis
1 de cavalerie Mle 1822 T
46 de gendarmerie Mle 1842T
2 de gendarmerie Mle 1825 et An 9 Tbis
670 de lanciers Mle 1836 T
33 de gendarmerie Mle 1842
3 de gendarmerie Mle 1825 et An 9 T
Pistolets à percussion :
168 de cavalerie Mle 1822 Tbis
16 de gendarmerie Mle 1822 T
Total : 1085
Fusil à silex :
2328 Mle 1777
4 de dragon Mle 1822 et 1816
60 de dragon Mle An 9
2040 N°1 irréguliers d’infanterie
300 divers Mle français et étrangers
Mousqueton à silex :
4 d’artillerie Mle 1829
Total : 4736
Armes de troque :
596 Fusils N°1 français canon de 42
4 Fusils N°1 français de canons divers
Total : 600
Total général : 6421
La plupart de ces armes sont à réparer, hors de service ou de service.

Conservateur
Futur pilier
Futur pilier

Nombre de messages : 737
Age : 47
Date d'inscription : 05/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Armes de troque à silex - Page 5 Empty Re: Armes de troque à silex

Message  Conservateur Sam 28 Nov 2020, 19:19

Suite...

Il y a des infos laissées au milieu qui n'ont peut-être pas de lien direct avec le sujet initial mais des bonnes infos quand même !!

9 janvier 61 : faire fabriquer et expédier au Havre 360 fusils de troque n°2
13 février 61 : faire expédier sur La Rochelle 336 fusils de troque n°1 garnitures fer canon de 42 pouces.
19 juin 61 : faire expédier à Marseille : 504 fusils de troque N°1 garnitures fer canons divers et 408 fusils de troque N°1 garnitures fer canon de 42 pouces et à Blaye : 192 fusils de troque N°1 garnitures fer canon de 42 pouces.
6 décembre 62: Je vous invite à faire confectionner 504 fusils de troque N°2 et à les expédier à la Direction de Toulon, Place de Marseille.
26 mars 63 : je vous invite à faire confectionner 1008 fusils de troque n°1 garnitures en fer, canons de 42 pouces. Dès que ces armes seront prêtes, me le faire connaître
20 aout 63: je vous invite à faire confectionner :
1008 fusils de troque n°1 garnitures fer, canon 42 pouces
1008 fusils de troque n°2 anglais et à les expédier à la direction de Toulon.
20 aout  63: je donne l’ordre à la direction de Lyon de vous faire expédier 1190 fusils d’infanterie à silex Mle 1777, hors de service, sans baïonnette, canon de 42 pouces, destinés à votre atelier d’armes de troque.
31 aout  63: en réponse à votre lettre du 27 de ce mois, je vous préviens que pour vous mettre à même d’approprier pour la troque les 1008 fusils anglais, qui font l’objet de mon ordre du 20 de ce mois, je prescris à la direction de Paris de vous expédier 1500 fusils anglais à silex, hors de service, sans baïonnette.
11 août  64: Vous recevrez des directions d’artillerie de la Fère et de Besançon :
La Fère : 488 fusils à silex d’infanterie 1777 canon de 42 pouces à réparer
                      16 id.                                      id.                                          hors de service
Besançon : 63 fusils à silex inf 1822 à réparer / 3 id hors de service / 24 id 1816 hors de service / 113 id 1816 à réparer / 800 fusils à silex de voltigeurs 1777 à réparer / 1008 fusils à silex anglais à réparer.
Vous ferez réparer de suite et expédier à Toulon :
1500 fusils de troque n°1 français, canon 42 pouces
1000 fusils de troque n°1 français, canons divers
1000 fusils n°2 anglais
14 avril 65: vous recevrez de la direction d’artillerie de Strasbourg :
1700 fusils inf 1777 / 17 id voltigeur / 1020 id inf 1816 et 1822 / 140 id voltigeur 1816 et 1822, tous hors de service et sans baïonnette.
Afin de vous mettre à même de satisfaire à la commande des 3000 fusils de troque n°1 au lieu de 2000 indiqués dans ma DM du 8 de ce mois. Je vous ferai connaître incessamment si l’on peut employer indifféremment pour cette commande les canons de 42 pouces ou divers et des garnitures en cuivre ou en fer.
22 avril 65: Pour faire suite à ma DM des 8 et 14 avril derniers, je vous préviens que les 3000 fusils de troque n°1 que vous avez reçus l’ordre de réparer doivent être expédiés sur la direction de Toulon, place de Marseille où ils doivent être rendus vers le 15 mai prochain.
Vous pouvez pour l’exécution de cette commande employer indifféremment des canons de 42 pouces et de 38 pouces, mais les garnitures devront être en fer et non en cuivre.
Pour vous faciliter cette opération, je donne l’ordre à la direction d’artillerie de Grenoble de vous expédier d’urgence 600 fusils d’infanterie 1777 à réparer
7 septembre 65 :
Vous recevrez de la direction de Bayonne :
62 fusils d’infanterie 1777 à silex hors de service sans baïonnette
1324 idem à réparer, sans baïonnette
395 fusils de voltigeur à silex 1777 hors de service sans baïonnette
236 idem à réparer
42 fusils d’infanterie 1816 ou 1822 hors de service sans baïonnette
1 fusils de voltigeur id
De la direction d’artillerie de Mézières :
1770 fusils d’infanterie à silex 1777 à réparer sans baïo
10 fusils de voltigeur à silex 1777 hors de service
221 fusils de voltigeurs à silex 1777 à réparer
De la direction d’artillerie de Metz :
340 fusils d’infanterie à silex 1777 à réparer sans baïo
Vous ferez réparer immédiatement 2400 fusils de troque n°1 garnitures fer avec canon de 1m134 (42 pouces) que vous ferez expédier au fur et à mesure à la direction d’artillerie de Toulon, Place de Marseille où ils doivent être livrés prochainement. Vous ferez réparer en outre 1000 fusils n°1 garnitures en fer avec canon de 1m134 et 1000 fusils n°1 garnitures fer avec canons divers destinés à l’approvisionnement de cette place et que vous ferez expédier à cette destination lorsque leur réparation sera terminée.
28 février 66 :
Vous recevrez de la direction d’artillerie de Besançon :
101 fusils d’infanterie à silex 1816 hors de service
235 fusils d’infanterie à silex n°1, HS
192 fusils de voltigeurs à silex n°1, HS, sans baïonnettes.
Au moyen de ces armes et des ressources de vos magasins, vous ferez réparer immédiatement pour la troque :
120 fusils n°1 garnitures en fer canons divers de 1m029 à 1m083 (28 à 30 pouces)
360 fusils n°1 garnitures en cuivre canons divers comme ci-dessus. Vous ferez graver sur les platines l’indication « Manufacture d’armes de St Etienne ».
22 mars  66:
En réponse à votre lettre du 15 de ce mois, je prescris à la direction de Besançon de vous expédier 288 fusils de voltigeur à silex n°1 HS ou à grandes réparations avec garnitures en cuivre. Cet envoi vous mettre en mesure de satisfaire à la commande de fusils de troque prescrite par ma DM du 28 février dernier et que je vous prie de hâter le plus possible.
24 avril 66:
Vous recevrez des directions d’artillerie suivantes les armes ci-après :
Besançon : 264 fusils à silex n°1, voltigeur, HS, sans baïo
Lyon : 7 fusils à silex inf 1822 HS sans baïo
            19 fusils à silex n°1 voltigeur 1822 HS sans baïo
Toulon : 708 fusils à silex inf 1777 dont 400 à grande réparation et 308 HS
                 708 id sans baïo
                   44 fusils inf 1822 HS – 13 fusils inf n°1  - 37 fusils à silex voltigeur 1816 ou  1822 – 31 fusils à silex voltigeur 1777 – 214 fusils à silex n°1 voltigeurs.
Montpellier :
Nantes :
Rennes :
Cherbourg :
Paris :
Strasbourg :
Perpignan :
Toulouse :
Bayonne :
La Rochelle :
Vous ferez mettre en état pour le service de la troque :
2000 fusils n°1 garnitures fer canon de 1m134 (42 pouces)
2000 fusils n°1 garnitures fer canons divers
que vous ferez expédier sur la direction d’artillerie de Toulon, place de Marseille dès qu’ils seront terminés.
8 mars 1867, MAS à Ministre :
J’ai l’honneur de vous rendre compte qu’en exécution de votre ordre du 28 mars 1867 j’ai fait expédier à la direction d’artillerie de Toulon les armes portées à l’état joint à ma lettre du 23 du même mois :
Fusil à percussion :
2 de dragon Mle 42 T
44 de dragon Mle 42 Tbis
38 double Mle antérieur à 1850
20 de rempart Mle 1831 et divers
40 de dragon Mle 1822 T
1 de dragon Mle 1842
Mousquetons à percussion :
1 d’artillerie Mle 1829 Tbis
1 de cavalerie Mle 1822 T
46 de gendarmerie Mle 1842T
2 de gendarmerie Mle 1825 et An 9 Tbis
670 de lanciers Mle 1836 T
33 de gendarmerie Mle 1842
3 de gendarmerie Mle 1825 et An 9 T
Pistolets à percussion :
168 de cavalerie Mle 1822 Tbis
16 de gendarmerie Mle 1822 T
Total : 1085
Fusil à silex :
2328 Mle 1777
4 de dragon Mle 1822 et 1816
60 de dragon Mle An 9
2040 N°1 irréguliers d’infanterie
300 divers Mle français et étrangers
Mousqueton à silex :
4 d’artillerie Mle 1829
Total : 4736
Armes de troque :
596 Fusils N°1 français canon de 42
4 Fusils N°1 français de canons divers
Total : 600
Total général : 6421
La plupart de ces armes sont à réparer, hors de service ou de service.
21 janvier 1868, MAS à Ministre :
J’ai l’honneur de vous rendre compte que les 648 armes classées à réparer que votre lettre du 17 janvier me prescrit d’expédier sur la direction de Besançon sont portées sur l’état spéciale de l’inspection générale de 1865 pour être réformées et démolies, comme étant incomplètes et non susceptibles d’être réparées. Ce même état spécial porte, en outre, 750 fusils à silex faisant partie de ceux destinés à la troque et proposés également pour être démolis comme ne pouvant plus servir à rien.
Nous n’avons conservé à la MAS que ces anciennes armes destinées à être démolies et en prenant en charge les pièces provenant de leur démolition, elles auraient ainsi toutes disparues de nos écritures comme cela s’est toujours fait jusqu’ici.
Mais si vous désirez que nous envoyons ces 648 armes à Besançon, je vous ferai observer qu’il nous reste plus de caisses d’armes anciens modèles que nous avons toutes envoyées à Bayonne et Lyon d’après votre ordre du 4 mai 1867. Il faudrait donc pour effectuer ce transport 23 caisses pour fusils d’infanterie canon de 1m083 et ‘ caisses pour fusils d’infanterie canon de 1m029.
 
Haïti :
26 avril 61 : 13 avril, empereur autorise la cession au gouvernement d'Haiti de 1000 fusils à silex Mle 1816 à réparer. Escoffier fera les réparations.

Royaume d’Italie :
18 mai 61 : le gouvernement du roi Victor Emmanuel a le désir que les fusils Mle 1816 et 1822 à silex transformés pour son compte par l'entrepreneur de la MAS fussent soumis aux visites en usage en France en vue de le rassurer sur les opérations faites par escoffier.
Faire visiter certaines armes par favarcq et Dutranoy.
5 octobre 61 : recevrez 1129 carabines de munitions avec sabre baïonnette à réparer. Faire réparer et expédier au gouvernement italien.
25 octobre 61 : recevrez de Toulon 1200 carabines de munition à faire réparer et destinées au gouvernement italien.
29 octobre 61 : Ministre d'italie demande autorisation de porter à 50 000 la commande qui est exécutée par Escoffier en vertu de mon autorisation du 21 août 1860. accepté.
6 mai 1862 : Je vous autorise à prêter à Mr Escoffier entrepreneur de la MAS, les 1 000 mousquetons de gendarmerie Mle 1857 dont vous m’entretenez dans votre lettre du 1er de ce mois et qui sont demandés par le gouvernement italien.
Ces armes devront être réintégrées dans les magasins de l’état le 31 décembre de cette année.
D’après mon autorisation du 17 avril 1861, Mr Escoffier avait pris dans les magasins de Toulouse et Grenoble 3 000 mousquetons de gendarmerie Mle 1857 pour le gouvernement italien à la condition de les réintégrer avant la fin de l’année. Je suppose que les 1000 mousquetons que vous allez livrer à Mr Escoffier, avaient été fabriqués en remplacement  d’une partie des 3 000 pris dans les directions et que par conséquent il n’y a pas eu de récépissé de délivré. Vous avez mos de me donner ce renseignement. Faites-moi connaître si, en définitive, Mr Escoffier n’aura toujours à réintégrer que les 3000 mousquetons de Toulouse et Grenoble ou s’il aura à en réintégrer 4000
17 juin 1862 : J’autorise Mr Escoffier à fabriquer pour le compte du gouvernement italien 24 fusils d’infanterie Mle 1857 avec hausse mobile, ces armes seront éprouvées et poinçonnées comme celles fabriquées par l’état.
8 janvier 63 : Le ministre d’Italie, à Paris, vient de me demander au nom de son gouvernement, par l’entremise du ministre des affaires étrangères, que 50 000 fusils, 4000 mousquetons d’artillerie et 10 000 canons de fusils commandés à l’entreprise de la MAS pour le département de la guerre de Turin, fussent soumis aux visites et épreuves réglementaires ainsi que cela a eu lieu pour les armes précédemment fournies par cette entreprise.
J’ai accueilli favorablement cette demande et je vous invite en conséquence à appliquer à ces armes l’article 318 du règlement sur les manufactures.
21 septembre 64 : Mr l’envoyé extraordinaire ministre plénipotentiaire d’Italie à Paris vient de me demander que 40 000 fusils d’infanterie modèle sarde 1860, commandés à l’entreprise de la MAS par le gouvernement italien soient soumis aux visites et épreuves réglementaires ainsi que cela s’est pratiqué pour les commandes antérieures faites par le même gouvernement à cette entreprise
 
Turquie :
13 septembre 61 : autorisation pour faire fabriquer pour le gouvernement ottoman 15 000 carabines Mle 1853 transformées avec sabre baïonnette en tout conformes avec celles fabriquées pour la France.
Réponse 19 septembre 61 : faites moi connaitre, en laissant de coté l'appréciation du fini des armes, s'il existe dans le commerce de st Etienne des fabricants susceptibles d'exécuter la commande de carabines demandées par la Turquie.
Milices algériennes :
22 juillet  62: Je vous invite à faire réparer (sans la transformation bis) les 482 pistolets de cavalerie transformés, à canon lisse Mle An 9 ou An 13 qui existent dans vos magasins et à les expédier à la Direction de l’Artillerie de Toulon, Place de Marseille, qui les fera parvenir à Alger pour servir à l’armement des Milices.

Tunisie :

31 juillet 62: Sur la demande du gouvernement de SA le Bey de Tunis, j’autorise l’entrepreneur de la MAS à fabriquer pour le compte de ce gouvernement :
10 000 fusils d’infanterie Modèle 1857
Ces armes seront soumises aux visites et épreuves en usage pour les armes de l’Etat.
Afin de faciliter la première livraison, j’autorise Mr Escoffier à prendre à la Direction d’Artillerie de Lyon 2500 fusils d’infanterie modèle 1857.
30 octobre 62 : Le 3 juillet, je vous ai prévenu que le gouvernement tunisien était autorisé à faire fabriquer à la MAS 10 000 fusils d’infanterie modèle 1857 et que pour faciliter la prompte exécution du contrat qu’il avait passé à monsieur Escoffier, ce dernier était autorisé à prendre 2500 armes à l’Artillerie de Lyon.
Aujourd’hui, le gouvernement tunisien se trouve avoir un besoin urgent d’armes pour comprimer une révolte qui a éclaté dans la Régence.
Dans ces circonstances, j’autorise Escoffier à prendre dans les magasins de Montpellier un nouveau lot de 2500 armes qu’il expédiera à Tunis.
5 mars 64: Mr le ministre des affaires étrangères m’informe que Mr Escoffier s’est engagé à fournir à la Sublime-Porte, dans l’espace de cinq mois, 8 000 carabines, modèle actuel avec sabre-baïonnette et que son Excellence Mr l’Ambassadeur de Turquie désire qu’elles soient soumises aux mêmes épreuves et au même contrôle que les armes de ce modèle appartenant à l’état. Je vous invite à prendre des mesures pour que ces armes soient éprouvées et visitées conformément aux prescriptions du règlement.
19 janvier 66 :
L’Empereur a autorisé le 13 de ce mois la cession au gouvernement persan de 10 000 fusils Mle 1777 à silex à réparer qui seront livrés en plusieurs fois. Ces armes doivent être choisies autant que possible de telle sorte qu’il n’y ait ni canons ni montures ni baïonnettes à remplacer. La 1ère livraison se composera de 2000 armes et se fera par vos soins à St Etienne entre les mains de Mr Escoffier, délégué du gouvernement persan. Afin de vous mettre à même de faire cette livraison, je prescris au directeur d’artillerie de Grenoble de vous faire expédier des magasins de sa direction les fusils à silex 1777 à réparer qui sont dans les conditions ci-dessus
30 janvier 66 :
Je vous préviens que le gouvernement persan a opéré le versement dans les caisses du Trésor de la somme de 14500 francs montant de 2000 fusils à silex formant la 1ère livraison des 10 000 armes cédées à ce gouvernement en vertu de l’autorisation impériale du 13 janvier dernier.
L’excédant des 2000 fusils d’infanterie à silex qui vous parviendront de la direction de Grenoble servira à compléter avec ceux qui vous seront envoyés de la direction de Besançon et au besoin de Toulon, les 10 000 armes dont les diverses livraisons doivent avoir lieu à St Etienne.
8 mars  66 :
je vous invite à tenir à la disposition de Mr Escoffier 2000 fusils à silex à réparer formant la 2e livraison des 10 000 armes cédées au gouvernement persan par décision du 13 janvier dernier.
La valeur de ces 2000 armes a été versée dans les caisses du Trésor.
20 mars  66:
Je vous préviens que vous recevrez de l’artillerie de Besançon 2723 fusils d’infanterie à silex Mle 1777 à réparer dans les mêmes conditions que ceux qui vous ont été expédiés de la direction de Grenoble. Ces fusils sont destinés à former le complément des 10 000 armes à céder au gouvernement persan.
17 mai 66:
je vous invite à tenir à la disposition de Mr Escoffier 2000 fusils Mle 1777 à silex à réparer formant la 4e livraison des armes à céder au gouvernement persan suivant décision impériale du 13 janvier dernier.
En me rendant compte de l’exécution de cet ordre vous me ferez connaître si vos ressources vous permettent de livrer ultérieurement à Mr Escoffier le complément des 10 000 fusils à silex à livrer au gouvernement persan dans les conditions fixées par ma lettre du 19 janvier dernier. Dans le cas où vos ressources… (pas de photos de la suite du courrier ! Archives Châtellerault).
 
Paraguay :
9 janvier 64 : Sur la demande de Mr le chargé d’affaires du Paraguay qui m’a été transmise par son Excellence le ministre des affaires étrangères, j’autorise l’entrepreneur de la MAS à fabriquer pour le compte de ce gouvernement :
500 mousquetons d’artillerie Mle 1829 Tbis neufs avec sabres baïonnettes. Ces armes seront soumises aux visites et contrôles exigés pour les armes de l’état.
L’entrepreneur de la MAC est autorisé dans les mêmes conditions à fabriquer pour la MAS les 500 sabres baïonnettes nécessaires pour ces mousquetons.

Egypte :
16 avril 64: Je vous informe que l’Empereur a autorisé à la date du 13 avril la cession au prix de l’inventaire au gouvernement égyptien de 1000 fusils doubles de voltigeurs corses. Je vous invite donc à faire réparer et remettre à neuf 1000 armes de ce modèle prises parmi celles qui vous ont été adressées conformément à ma dépêche des 22 février et 2 avril derniers.
Mr Delvigne assisté de Mr Calvet, ancien contrôleur d’armes de la Marine ayant été chargé par le gouvernement égyptien de prendre livraison de ces armes vous devrez tenir compte des observations officieuses qui pourraient vous être faites par lui. La somme à payer par le gouvernement égyptien sera versée dans les caisses du trésor et je vous indiquerai ultérieurement le n° du récépissé de versement en vous donnant l’ordre de livraison.
24 septembre 64: Mr Delvigne, désigné par le gouvernement égyptien ainsi que je vous en ai avisé par ma DM du 16 avril dernier, pour prendre livraison des 1000 fusils doubles de voltigeurs corses, désirerait être informé de l’époque à laquelle il pourra procéder à cette opération.
30 septembre 64: Les 1000 fusils doubles cédés au gouvernement égyptien devront être livrés à Marseille aussitôt que la visite en sera terminée par Mr Delvigne. Une fois expédiés, ils seront tenus à la disposition de Mr Lemercier, administrateur de la mission égyptienne, rue Ste Placide prolongée 28 à Paris, délégué du gouvernement pour prendre livraison.
 
10 janvier 61 : le gouvernement héllènique ayant renoncé à prendre livraison des 500 mousquetons de cavalerie qui d'après mon ordre du 8 aout 60 devaient être transformé à la MAS, vous ferez disparaitre ces armes de l'état des commandes pour l'étranger.
21 janvier 61 : il reste à Mutzig 420 fusils de voltigeurs 1822 à silex à réparer ou hors de service. Ils demandent de trop grandes dépenses pour être transformés. Vous choisirez celles qui peuvent être comme arme à réparer, dans la cession à la Sardaigne en cours d'exécution, et vous utiliserez le reste à votre atelier de troque.
1er février 61 : fabriquer pour le gouvernement sarde 3000 mousquetons de gie Mle 57, commande exécutée par des ouvriers du commerce afin de ne pas entraver la fabrication de la manufacture. Ces armes seront faites comme des n°1, elles ne seront soumises à aucune visite de la part des employés de l'état sauf constatation de l'épreuve conformément à l'article 318 du règlement dans les manufactures.
12 février 61 : fabriquer 4 000 fusils Mle 57 pour la Sardaigne dans les conditions de mon autorisation du 10 octobre 1860.
17 février 61 : autorise Escoffier à faire fabriquer à Maubeuge des sous garde pour fusil d'infanterie. Elles sont destinées aux fusils fabriqués par Escoffier pour la Sardaigne.
15 février 61 : recevrez du Havre : 21 fusils d'infanterie à silex 1822, 3307 id Mle 1816 et 784 id voltigeurs 1816 et 1822 à silex. De la MAC : 2016 fusils de voltigeurs 1816 et 1822 à silex. Elles seront toutes réparées et destinées à être expédiées au gouvernement sarde.
26 février 61 : le règlement d'administration publique pour l'exécution de la loi du 14 juillet 1860, sur la fabrication et le commerce des armes de guerre, devant être promulgué sous peu, il y a lieu de se préoccuper de l'installation à St Etienne d'un bureau de poinçonnage.
D'après ce règlement, tous les canons d'armes à feu de guerre doivent recevoir une marque indiquant qu'ils sont destinés à l'exportation et prohibées pour la consommation intérieure. Les marques sont appliquées par le bureau du poinçonnage.
Pour chaque bureau il y a un inspecteur qui a sous ses ordres un ou plusieurs contrôleurs chargés de l'opération manuelle du poinçonnage.
Les canons reçoivent la marque d'exportation que lorsqu'ils ont reçu la marque d'épreuve. La marque d'exportation est apposée de manière à rester apparente dans son entier lorsque l'arme est montée.
Je vous invite à vous concerter avec le préfet pour rechercher quel serait le local le plus convenable pour l'installation de ce bureau.
28 février 61 : le gouvernement du Sultan désirerait qu'un maitre dresseur de canons put être envoyé à Constantinople comme chef d'usine pour la fabrication des armes.
13 mars 61 : donne ordre a l'artillerie de Lyon de vous envoyer 10 000 fusils à silex N°1 de voltigeurs de service.
16 mars 61 : recevrez de la MAC : 7447 fusils d'infanterie à silex Mle 1816 à réparer et 2825 fusils de voltigeurs à silex Mle 1816 et 1822 à réparer. Ils doivent servir à la cession en cours pour la Sardaigne. Sur ce nombre 6000 vous seront envoyés immédiatement, le reste vous sera expédié sur votre demande par la MAC.
 
Armes dans les administrations, notamment forestières, établissements pénitentiaires, douanes, etc :
28 mars 61 : Maison centrale d'Embrun envoie 18 mousquetons de Gie à silex servant à l'armement des gardiens de cette prison. A réparer et transformer bis puis les renvoyer.
3 août 1861 : Escoffier est autorisé à fabriquer 130 mousquetons de Gie Mle 57 pour l'armement de la direction des douanes de Chambéry.
28 juin 61 : Escoffier autorisé à fabriquer 16 mousquetons de Gie Mle 57 pour l'armement des préposés forestiers de la conservation de Mâcon.
30 juin 61 : idem ci-dessus, 41 mousquetons pour employés de la direction des douanes à Nice.
10 mars  64 : Je vous informe que j’autorise la MAS à fabriquer pour le compte du service des forêts 12 mousquetons de gendarmerie Mle 1857 avec baïonnettes et nécessaires d’armes.
Vous donnerez avis de cette commande à l’entreprise et ferez expédier ces objets au Conservateur des forêts à Lons le Saulnier.
23 septembre 64:
Je vous informe que j’autorise la MAS à fabriquer pour le compte du service des Forêts 5 mousquetons de gendarmerie Mle 1857 avec baïonnettes et nécessaires d’armes destinés à l’armement des forestiers communaux du département de Saône et Loire.
Vous enverrez ces objets au Conservateur des Forêts à Macon.
8 octobre 64 : le 23 septembre je vous avais invité à faire fabriquer 5 mousquetons pour le conservateur forestier de Macon. En fait, il n’en faut que 4 seulement qui sont demandés par le ministre des Finances.
27 février 65 : je vous informe que j’autorise la MAS à fabriquer pour le compte du service des Forêts 6 mousquetons de gendarmerie Mle 1857 avec baïonnettes et nécessaires d’armes. Vous ferez expédier ces objets au Conservateur des Forêts à Nice.
12 mars  66:
je vous informe que j’autorise la MAS à fabriquer pour le compte du service des Forêts 6 mousquetons de gendarmerie Mle 1857 avec baïonnette et nécessaires d’armes.
Vous donnerez avis de cette commande à l’entrepreneur et ferez expédier les armes à Mr le Conservateur des Forêts à Grenoble.
4 décembre 66:
Je vous préviens que j’autorise la MAS à fabriquer pour le compte du service des forêts 4 mousquetons de gendarmerie modèle 1857 avec baïonnette et nécessaire d’armes destinées aux préposés forestiers de la Savoie.
Ces armes seront prélevées sur celles en fabrication pour le compte du département de la guerre dont la commande sera diminuée de cette quantité.
Vous donnerez avis de cette commande à l’entreprise et ferez expédier les armes au Conservateur des forêts à Chambéry.
19 décembre 66:
Je vous préviens que j’autorise la MAS à fabriquer pour le compte du service des forêts 3 mousquetons de gendarmerie modèle 1857 avec baïonnettes et nécessaires d’armes plus une 4e baïonnette destinés aux préposés forestiers de l’Isère. Ils seront prélevés sur la commande du département de la Guerre

Conservateur
Futur pilier
Futur pilier

Nombre de messages : 737
Age : 47
Date d'inscription : 05/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum