Réparation de carcasse sur le revolver 1873

Aller en bas

Réparation de carcasse sur le revolver 1873 Empty Réparation de carcasse sur le revolver 1873

Message  Verchère Lun 22 Avr 2013, 04:14

La rupture de la bande de carcasse est parfois mentionnée, en attribuant la raison à une charge excessive. Dans un article de Cibles, Frost se livre même à un curieux calcul de résistance de matériaux.
Curieux à mon avis, car en statique cette pièce n'a pas à supporter grand chose : la pression s'exerce au cul de la balle, et la fait avancer. Ce qui pousse le canon vers l'avant, c'est seulement le forcement de la balle (en plomb peu durci) à la prise de rayures, puis son frottement. Mais dynamiquement c'est différent, il y a le choc de la balle (déjà un peu lancée) contre le départ des rayures, puis le recul de l'arme qui s'oppose à l'inertie du canon.
Sans doute pas grand chose, s'il n'y avait un sérieux vice de conception (que Frost n'a pas relevé) : le raccordement brutal de la bande sur le rempart, et l'amincissement correspondant au renfort du barillet. Ces changements de section causent ce que l'on appelle des concentrations de contraintes, et s'ils sont à angle vif comme ici, cela provoque à la longue des amorces du rupture. Ce phénomène est plus critique en régime dynamique qu'en statique, et il participe à la fatigue du métal : c'est très difficile à quantifier.
Pour le diminuer il faut éviter les brusques changements de section, en faisant des raccords arrondis, ou congés. Le fait que la carcasse soit ici en acier très doux atténue certainement le problème, mais à l'évidence sans le gommer totalement. L'erreur de conception est excusable, car l'utilisation à grande échelle de l'acier était en 1873 toute nouvelle ; elle est ensuite parfaitement corrigée sur le Mle 1892.

L'instruction de 1905 mentionne d'ailleurs une procédure de réparation (page 217, soit p. 213 du PDF) : << Si la bande de carcasse est cassée, elle peut être remplacée à l'aide d'une bande rapportée, ajustée à queue d'aronde, brasée au laiton sur la douille et fixée au rempart par deux vis >>.
Mais ceci impose le retour en manufacture ; il n'est donc pas surprenant que la planche XXX (schémas de réparations) ne l'illustre pas. En tous cas, ceci atteste que non seulement cette rupture n'est pas forcément imputable à une erreur de chargement, mais que la réparation est réglementaire et que l'arme reste opérationnelle.

Cette réparation semble plutôt rare. Alors pour l'identifier, avec ses variantes éventuelles, un maximum d'informations seraient utiles (cotes, photos).
Donc si certains d'entre vous ont accès à une arme ainsi réparée...

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 12848
Age : 62
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Réparation de carcasse sur le revolver 1873 Empty Re: Réparation de carcasse sur le revolver 1873

Message  CLOSDELIF Lun 22 Avr 2013, 07:46

Bonjour !
L'article que tu cites ne m'avais jamais convaincu, car je pense comme toi que cette bande n'a pas grand chose à supporter....sauf si le barillet éclate, auquel cas, même sur les révolvers modernes les plus costauds, la bande cède !
Ton analyse , absence de congé et profil brutalement aminci,donc amorce de rupture facilitée me satisfait mille fois plus !
salut

------------------------

Non nobis Domine, non nobis, sed Nomini Tuo da Gloriam.

http://winchester-lsg.forumotion.com/
http://prehistoire-xixeme.forumactif.org/
CLOSDELIF
CLOSDELIF
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 20418
Age : 69
Localisation : NL 81
Date d'inscription : 03/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Réparation de carcasse sur le revolver 1873 Empty Re: Réparation de carcasse sur le revolver 1873

Message  teruel Lun 22 Avr 2013, 08:56

Bonjour à tous, quelqu'un a t-il déjà vu ce type de réparation d'époque ? Teruel Question

teruel
Futur pilier
Futur pilier

Nombre de messages : 701
Age : 60
Localisation : pays basque
Date d'inscription : 29/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Réparation de carcasse sur le revolver 1873 Empty Re: Réparation de carcasse sur le revolver 1873

Message  CLOSDELIF Lun 22 Avr 2013, 09:10

Pas moi en tout cas.....(et il m'est quand même passé pas mal de 73 entre les mains...)
Je me dis que si l'arme devait retourner en manufacture.....Il était peut être aussi simple de changer la carcasse Question

------------------------

Non nobis Domine, non nobis, sed Nomini Tuo da Gloriam.

http://winchester-lsg.forumotion.com/
http://prehistoire-xixeme.forumactif.org/
CLOSDELIF
CLOSDELIF
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 20418
Age : 69
Localisation : NL 81
Date d'inscription : 03/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Réparation de carcasse sur le revolver 1873 Empty Re: Réparation de carcasse sur le revolver 1873

Message  Piotr Szut Lun 22 Avr 2013, 09:57

Bonjour à tous, Verchère, tu dis que le carcasse est en acier très doux, tu as une idée de correspondance de nuance avec les aciers modernes (xc 38 par exemple).

Amicalement, Piotr.
Piotr Szut
Piotr Szut
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 323
Age : 66
Localisation : nord Territoire de Belfort
Date d'inscription : 05/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Réparation de carcasse sur le revolver 1873 Empty Re: Réparation de carcasse sur le revolver 1873

Message  azul Lun 22 Avr 2013, 20:13

Bonjour,
A mon avis, en dynamique, la bande voit un choc de l'ordre de la pression x la surface arrière de la balle.
C'est du moins comme cela que je dimensionnerait cette pièce si j'avais à le faire.
A moins de calculer le coefficient d'adhérence et de se servir de cet effort pour dimensionner, en prenant un coef de sécurité, on doit retomber sur le même effort.
Je crois peu à un phénomène de fatigue, toujours possible néanmoins, car les aciers doux sont peu sensibles à l'effet d'entaille.

Quand aux nuances d'acier, on doit avoir un équivalent à un XC10 ou un XC15.
Il me semble que les 98G sont dans ces nuances. Ils étaient ensuite cémentés et trempés (essayer de passer une lime sur un morceau de 98 G (pas un K!) et vous verrez que sa dureté de surface n'est pas une légende.

Azul.

------------------------

Bon à rien mais prêt à tout.
azul
azul
Futur pilier
Futur pilier

Nombre de messages : 715
Age : 57
Localisation : Lauragais
Date d'inscription : 19/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Réparation de carcasse sur le revolver 1873 Empty Re: Réparation de carcasse sur le revolver 1873

Message  Verchère Mar 23 Avr 2013, 04:28

azul a écrit:Bonjour,
A mon avis, en dynamique, la bande voit un choc de l'ordre de la pression x la surface arrière de la balle.
C'est du moins comme cela que je dimensionnerait cette pièce si j'avais à le faire.
A moins de calculer le coefficient d'adhérence et de se servir de cet effort pour dimensionner, en prenant un coef de sécurité, on doit retomber sur le même effort.
Je crois peu à un phénomène de fatigue, toujours possible néanmoins, car les aciers doux sont peu sensibles à l'effet d'entaille.
Pas assez calé en méca pour contredire par des calculs. Par contre si j'en ai l'occasion je ferai un test de simulation ... un jour... Mais on pourrait se référer à d'autres types d'armes, en voyant la façon dont le canon est fixé ; il me semble que ce n'est pas toujours bien robuste.

Piotr Szut a écrit:Bonjour à tous, Verchère, tu dis que le carcasse est en acier très doux, tu as une idée de correspondance de nuance avec les aciers modernes (xc 38 par exemple).
Je ne dirais pas que XC38 soit très doux ! Difficile de traduire les dénominations de l'époque (c'est l'Instr. de 1905 qui dit "très doux"), mais comme AZUL je dirais XC10 ou XC15. D'après Challéat c'était vers 1877 la teneur en carbone pour les âmes de canon (eh non, pas plus costaud), trempées et revenues après usinage. Ne me demandez pas pourquoi tremper un acier à si faible taux de carbone, usuellement considéré comme non trempable. Je pense qu'outre un infime durcissement, l'effet était surtout de stabiliser le métal en résorbant les tensions provoquées par l'usinage (idem pour les carcasses de 92, en acier mi-dur trempé, mais recuit ensuite au rouge naissant, et qu'il était possible de détordre au maillet - toujours dixit l'instruction de 1905).

azul a écrit:... XC10 ou un XC15.
Il me semble que les 98G sont dans ces nuances. Ils étaient ensuite cémentés et trempés (essayer de passer une lime sur un morceau de 98 G (pas un K!) et vous verrez que sa dureté de surface n'est pas une légende.
La cémentation ne prend effectivement son effet qu'après une trempe ; pour les néophytes, je précise qu'il s'agit de faire diffuser du carbone supplémentaire dans la surface d'un acier doux, qui ne prend pas la trempe. On a alors une pièce douce à coeur, qui en cas de surcharge va se déformer plutôt que casser, et dure en surface pour résister à l'usure. La teneur en carbone diminuant progressivement de l'extérieur vers l'intérieur, il n'y a pas (si c'est bien fait) de changement brutal, qui favoriserait l'écaillage de la couche durcie.
Il s'agissait certainement, ici, de durcir la surface d'appui des tenons de verrouillage. Mais si le 98 K semble moins dur en surface, cela n'exclut pas forcément un durcissement localisé au niveau des surfaces d'appui...

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 12848
Age : 62
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum