Fusil Mle 1886-M-93 Lebel

Aller en bas

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Empty Fusil Mle 1886-M-93 Lebel

Message  Invité le Sam 17 Déc 2011, 22:35

Introduction

Sous l'impulsion du Général Boulanger nommé ministre de la Guerre dans le troisième cabinet Freycinet, le 7 janvier 1886, les travaux pour remplacer le fusil Gras Mle 1874 s'accélèrent. De plus, la mise au point de la poudre sans fumée par l'ingénieur Paul Vieille entre 1884 et 1885 va révolutionner la fabrication des munitions : fini l'encrassement et les nuages de fumée dûs à la poudre noire, on peut désormais réduire le calibre des projectiles, avec pour conséquence l'augmentation du nombre de cartouches emportées par chaque soldat; on obtient aussi une meilleure précision grâce à une trajectoire des projectiles plus tendue.
Le nouveau fusil de l'armée française sera donc un fusil à répétition dérivé du fusil Kropatschek de marine utilisant une cartouche de 8mm à poudre sans fumée.
La cartouche utilise l'étui de celle du Gras avec son gros bourrelet, rétreint à son sommet pour recevoir un projectile de 8 mm.

L'arme est adoptée en 1887 sous l'appellation fusil Mle 1886 après des essais réalisés en corps de troupe; on le désigne aussi sous le nom de "Lebel", colonel membre de la Commission qui travailla à la mise au point du fusil.

Ce fusil qui rassemble des caractéristiques résolument modernes (interchangeabilité des pièces, poudre sans fumée, excellentes propriétés ballistiques du projectile), conserve néanmoins des particularités qui s'avéreront rapidement désuettes avec son magasin tubulaire contenant 8 cartouches et l'étui à gros bourrelet de sa munition. Une dizaine d'années plus tard ce fusil sera bien démodé face aux Mauser 98G, Lee Enfield, Mosin Nagant et autres Schmidt Rubin !

Le Lebel finira sa carrière guerrière aux mains de certaines troupes supplétives en Indochine et en Algérie. Il sera encore utilisé jusque dans les années 60 pout l'instruction et la garde chez les aviateurs et les marins.

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Droit111

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Droit211

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Gauche11

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Gauche12


Technique

Le fusil Mle 1886-M-93 diffère du Mle 1886 par l'adjonction d'un dispositif destiné à protéger l'utilisateur des crachements.

Ce fusil possède un canon à âme cylindrique (calibre 8 mm); ses quatre rayures hélicoïdale (pas à gauche) effectuent un tour complet sur 24 cm; elles ont une profondeur de 0,15 mm.

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Dimens10
Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Dimens11

Remarquons le système qui permet de basculer du mode coup par coup au mode répétition grâce à un levier de manœuvre situé sur le côté droit vers le bas du boîtier de culasse : quand le levier est poussé vers l'avant, l'auget est bloqué en position haute, la culasse n'actionne pas le mécanisme d'alimentation et le tireur introduit les cartouches manuellement dans la chambre. Quand le levier est tiré vers l'arrière, l'auget est débloqué et la culasse actionne le mécanisme d'alimentation.

Levier poussé vers l'avant

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Levier10

Levé positionné vers l'arrière

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Levier11

Auget en position basse

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Auget110

Auget en position haute

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Auget210


La hausse

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Fr_leb10

sur le pied de hausse (face gauche) un chiffre inscrit en-dessous de chaque gradin (de 4 à Cool indique la distance de tir à laquelle correspond ce gradin.

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Hausse10

La planchette de hausse porte trois crans de mire : le cran de 250 mètres sur le pied de la planchette rabattue en avant;

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Hausse11

le cran de 2000 mètres (marqué 20) sur le sommet de la planchette

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Hausse12

et le troisième cran pratiqué dans le talon de la planchette qui donne les lignes de mire pour les distances allant de 400 à 800 mètres lorsqu'on déplace le curseur sur les différents gradins du pied de hausse. La planchette est graduée à droite pour les distances de 100 en 100 mètres et à gauche de 50 en 50 mètres.


La culasse

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Culass11

Culasse démontée

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Culass12

Numéro de série de la culasse; remarquez que la tête de culasse reçoit les 2 derniers chiffres du numéro de série

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Culass13


La petite baguette

Chaque fusil est accompagné par une petite baguette de 308 mm de longueur; cette petite baguette comporte une tige et une tête; la tige est vissée et soudée à l'étain sur la tête; la tige est cylindrique et se termine par un bout fileté qui permet de visser la tige sur la tête d'une autre baguette : trois petites baguettes vissées bout à bout forment une grande baguette pouvant servir à détacher les étuis qui resteraient collés dans la chambre.

Traitement des pièces métalliques

Le canon, le guidon et son embase, les deux tenons de l'épée-baïonnette, le pied de hausse, la boîte de culasse, le dessous du corps de mécanisme, l'embouchoir, la grenadière et le fourreau d'épée-baïonnette sont bronzé par procédé liquide.

La planche de hausse, le curseur de hausse, son ressort et sa vis-arrêtoir, le ressort de hausse et sa vis, la goupille reliant la planchette de hausse à son pied, les ressorts d'embouchoir et de grenadière, la goupille de tube-arrêt, l'extrémité antérieur de la vis de culasse et de la vis postérieur de pontet sont bleuies au feu.

La vis de mécanisme et la vis-éjecteur sont jaunies au feu.

Marques et poinçons

Sur la joue gauche de la boîte de culasse se trouve l'indication de la manufacture et à droite de cette indication, celle du modèle de l'arme (Mle 1886 ou Mle 1886-M-93).

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Gauche13

Sur le renflement du tonnerre du canon : à gauche on trouve les initiales du fournisseur de l'acier à canon (voir tableau joint), le poinçon du Directeur de la manufacture et celui de l'officier d'administration, contrôleur d'armes principal de l'arme finie.

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Gauche14

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Acier_10

A droite, symétriquement par rapport aux marques précédentes, les lettres « MA » (manufacture d'armes), l'initiale de la manufacture (C pour Châtellerault, S pour Saint-Etienne et T pour Tulle) et le millésime de l'année de fabrication. Sur le pan d'enculassage, à la partie inférieure du tonnerre on trouve les deux poinçons d'épreuve de l'arme (pour chaque épreuve un « E » surmonté de la marque du contrôleur). Un nombre placé sous le poinçon le plus proche du bouton de canon indique le mois pendant lequel a eu lieu la deuxième épreuve.

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Droit310

Sur le tonnerre, la lettre "N" indique que l'arme a été modifiée pour utiliser la nouvelle cartouche Mle 1932 N (modification de la chambre et du ressort de percuteur).

Sur la joue droite de la crosse on trouve une estampille circulaire portant en légende en haut le mois, en bas l'année de fabrication, à gauche l'initiale du directeur suivie de celle de la manufacture et à droite l'initiale du contrôleur principal de l'arme finie. Sur mon exemplaire cette estampille n'est plus visible.

Épée-baïonnette

Sur la lame, près du talon, on trouve les poinçons du directeur et du contrôleur principal de la fabrique; les mêmes poinçons se retrouvent sur le fourreau entre le bracelet-pontet et l'entrée.

Numéros matricules

Le numéro matricule d'un fusil se compose d'une lettre de série simple ou double en majuscule anglaise (voir tableau joint) et d'un numéro compris entre 1 et 1000'000.
Ce numéro est appliqué sur les pièces suivantes : canon, cylindre, corps de mécanisme, crosse, fût, quillon de l'épée-baïonnette, bracelet-pontet du fourreau, tête de baguette.
Sur la tête mobile on trouve les deux derniers chiffres du numéro matricule de l'arme.

Munition : La cartouche de 8mm Lebel et ses petites camarades de jeu

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Cartou11

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Cartou13

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Cartou14

1 : 8 mm Lebel
2 : 8 mm Mauser
3 : .303 British
4 : 7,62X54R
5 : 30-06
6 : 7,5X55 Suisse
7 : 6,5 Carcano

Suite à la demande du Général Boulanger (janvier 1886) de se voir présenter le 1er mai 1886 un fusil bénéficiant des dernières avancées technologiques, le Capitaine Desaleux, membre de la Commission d'études des armes à répétition, conçut avec la collaboration, entre autres, de Paul Vieille pour la poudre sans fumée et du Général Tramond pour la chemise du projectile en maillechort (alliage de cuivre, de zinc et de nickel) une cartouche de petit calibre utilisant la toute nouvelle poudre sans fumée en conservant (hélas !) l'étui à gros bourrelet du 11 mm Gras et en l'adaptant pour recevoir le nouveau projectile de 8 mm.

Malgré l'inconvénient du gros bourrelet hérité de la munition du Gras, cette cartouche est à bien des côtés révolutionnaire :

- c'est la première cartouche de petit calibre réglementaire pour une arme d'épaule
- c'est la première cartouche à poudre sans fumée
- c'est la première cartouche réglementaire avec un projectile entièrement chemisé.

La première version de la cartouche (1886 et 1886M) comporte un projectile cylindro-ogival à méplat formé d'un noyau de plomb durci (5% d'antimoine) avec une chemise de maillechort.
En 1898 apparait la deuxième version de cette cartouche (1886D); elle comporte un projectile bi-ogival à queue tronquée; le projectile est composé de laiton 90/10. Il faut noter qu'en raison de la pointe de ce nouveau projectile, une gorge est créée autour du logement d’amorce, pour maintenir la pointe du projectile de la cartouche suivante dans cette gorge et non pas contre l'amorce à l'intérieur du tube-magasin du fusil.
En 1905, pour pallier aux problème de séparation du projectile et de l'étui, le projectile reçoit désormais une gorge de sertissage.
En 1923 apparaît la cartouche Mle 1886C à balle Mle 1923 
Cette balle plus courte fut mise au point pour rationaliser les techniques de fabrication des munitions (même technique de fabrication que pour la balle de 7,5 m/m Mle 24C). Grâce à sa longueur moyenne, elle devait convenir aussi bien aux armes automatiques qu’aux armes à répétition; le projectile possède un noyau en plomb, avec chemise en acier plaqué de maillechort.
En 1932 on adopte la cartouche Mle 1932N qui doit améliorer les performances de la mitrailleuse Hotchkiss Mle 1914. Le collet plus fort de cette nouvelle munition nécessite un rechambrage des armes, un "N" frappé sur le canon et la boîte de culasse indiquant que l'arme a subi l'opération et qu'elle peut utiliser la nouvelle cartouche. Le projectile est toujours bi-ogival à queue tronquée; il comporte un noyau de plomb durci et une chemise en acier plaqué de maillechort.



Quelques photos de détails


Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Crosse11

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Dessou13

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Dessou14

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Dessus15

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Dessus16

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Droit410

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Droit610

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Droit_10

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Embouc10

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Guidon10


Le fusil Lebel et le mousqueton Lebel

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Fusil_10

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Fusil_11

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Fusil_12

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Fusil_13


Le fusil Lebel et le fusil Berthier, deux compagnons de la Grande Guerre

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Lebel_10

Fusil Mle 1886-M-93  Lebel Lebel_11


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum