Armes de poings réglementaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Armes de poings réglementaires

Message  ph le Mer 18 Mai 2011, 08:21

PRINCIPALES ARMES DE POING REGLEMENTAIRES RUSSES ET SOVIETIQUES
1895 - à nos jours




Revolver NAGANT M1895, calibre 7,62 mm

En 1895, afin de remplacer leur gros revolver Smith&Wesson, la Russie adopte en tant qu'arme de poing réglementaire un revolver conçu par les frères Nagant (Belgique).

L'arme a été fabriquée par la Maison Nagant à Liège en Belgique dès 1898 pour la Russie (jusqu'en 1899) et pour le marché civil (jusqu'en 1910 ?)

En 1899 Léon Nagant cède le brevet du revolver aux Russes. Fin 1899, la production va commencer à la Fabrique d'Armes de Tula et se poursuivre jusqu'en 1945. L'arsenal d'Izhvesk a aussi été appelé à produire le revolver M1895, comme l'attestent les marquages apposés sur certaines armes.

Les revolvers fabriqués à Liège pour la Russie sont à double action, mais une notice explicative montre comment transformer l'arme en simple action.

Durant la période tsariste, tous les revolvers produits à Tula seront à simple action : la simple action ralentissait le tir, permettait une meilleure visée et une économie conséquente de munition. La politique de fabrication changera après la Révolution d'Octobre et dès lors on ne produira plus que des armes à double action.

En 1929, la Pologne achète à la Société Nagant le brevet et les machines; de 1930 à 1935, l'Arsenal de Radom fabriqua des revolvers en tous points semblables au modèle soviétique.

D'autres pays comme l'Autriche-Hongrie et La Roumanie utilisèrent à un moment ou à un autre ce revolver, voire une arme dérivée.

On trouve des modèles spéciaux chambrés en .22 LR ou même en .38 Spl.

Caractéristiques :

Calibre : 7,62 mm
Munition : 7,62 x 39 R
Longueur totale : 232 mm
Longueur du canon : 115 mm
Hauteur : 137 mm
Poids : 805 g
Capacité du barrillet : 7 coups






D'après le marquage visible ci-dessus, ce revolver a été fabriqué sous le règne du Tsar entre 1899 et 1912 (malheureusement, la date est illisible). Remarquez la forme arrondie du guidon, caractéristique des modèles d'avant la révolution. Il s'agit probablement de l'arme d'un officier qui l'avait faite chromer et qui l'avait équipée de plaquettes non réglementaires (le virus de la "customisation" sévissait déjà !)





Ce revolver (2 images ci-dessus) est une fabrication tardive (1940). Il a manifestement été rebronzé. Remarquez la forme du guidon par rapport à celui du modèle "tsariste"

L'exemplaire ci-dessous possède son bronzage d'origine, contrairement au précédent qui a dû être rebronzé; d'après la date il s'agit d'une des dernières fabrications








Le revolver M1895 utilise une cartouche spéciale dont la balle est entièrement enfoncée dans l'étui et possède un système qui empêche la déperdition des gaz entre le barrillet et le canon : un mécanisme fait légèrement avancer le barillet lorsqu'on arme le chien, le collet de la cartouche faisant alors office de joint. Le projectile gagne ainsi environ 25 m/s par rapport à un revolver "classique", ce qui lui permet d'atteindre la vitesse de 305 m/s.





L'arme possède une carcasse à cadre fermé; une portière de chargement est fixée sur le côté droit.





Pour vider le barillet on utilise une baguette fixée à un manchon que traverse le canon.
Le barillet cannelé présente des crans arrêtoirs fraisés dans l'épaulement arrière. Sept chambres sont percées dans le barillet.
Le dos et la face avant de la poignée sont quadrillés ainsi que les plaquettes en bois. Un anneau de suspension est vissé à la base de la poignée.

L'arme se démonte facilement : pour sortir le barillet, il suffit de faire pivoter le manchon de la baguette de déchargement, ce qui permet de sortir l'axe du barillet et d'extraire ce dernier.



L'armée soviétique a utilisé ce revolver jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale.


Pistolet Tokarev TT (Tula-Tokarev) 33, calibre 7,62 mm

Caractéristiques :

Calibre : 7,62 mm
Munition : 7,62 mm Tokarev
Longueur totale : 196 mm
Longueur du canon : 112 mm
Hauteur : 130 mm
Poids : 840 g
Capacité du chargeur : 8 coups en simple colonne















Ce pistolet semi-automatique simple action est une évolution du Tokarev TT 30, conçu par l'ingénieur Fédor Vasilievich Tokarev (1871 - 1968) et adopté par l'armée soviétique en 1930. Ce fut l'arme de service par excellence des officiers de l'Armée rouge durant la seconde guerre mondiale.

Le TT 33 présente certaines ressemblances avec le Colt 1903 et se démonte plus ou moins de la même façon que le Colt 1911 dont il possède le système de fonctionnement.

La carcasse de l'arme, réalisée en acier, est très fine et en permet le port discret.

La poignée reçoit des plaquettes en matière plastique noire, striées verticalement, avec un logo composé d'une étoile à 5 branches et des lettres CCCP.

Le génie de Tokarev est d'avoir conçu une platine simple action comme un ensemble amovible, pouvant être extrait vers le haut, la détente et son étrier étant fixés sur la carcasse.



Le TT 33 possède un arrêtoir de culasse; cet arrêtoir est combiné avec l'axe de démontage qui est verrouillé par une agraphe sur la partie droite de l'arme.

Le chargeur accepte 8 cartouches en simple colonne.

La munition de calibre 7,62x25 mm est une extrapolation de la cartouche Mauser de calibre 7,65 x 25mm. Elle développe cependant des pressions plus importantes. Ce calibre a été choisi afin d'uniformiser les munitions utilisées par les armes de l'infanterie, qu'il s'agisse des armes longues ou des armes de poing.

Le TT 33 fut utilisé au sein des forces armées soviétiques jusque dans les années 50. Il fut remplacé par le pistolet Makarov calibre 9 mm Makarov, dérivé du pistolet Walther PP.

Ce pistolet a été produit par plusieurs pays alliés de l'Union Soviétique (Chine, Pologne, Yougoslavie, Corée du Nord).

La Hongrie fabriqua un TT 33 chambré pour le 9 mm Parabellum et exporté en Egypte sous le nom de "Tokagypt. Cette arme, destinée d'abord à l'armée égyptienne, qui lui préféra cependant pour des raisons obscures le Beretta 951, fut finalement distribuée à la police du pays.


Pistolet Tokagypt 1958
Caractéristiques :

Calibre : 9 mm Parabellum
Longueur totale : 194 mm
Longueur du canon : 116 mm
Poids : 910 g
Capacité du chargeur : 7 coups en simple colonne


Ce pistolet possède une poignée plus galbée que le TT 33, un chargeur à bec et une sécurité manuelle au-dessus de la plaquette gauche. Des armes de ce type furent utilisées par la Bande à Baader.








Voici celui qu'on peut appeler le digne successeur du TT33, je veux parler du Пистолет Макарова, connu chez nous sous le doux nom de Makarov. Il fut introduit au sein des forces armées soviétiques au début des années 50.
On ne peut pas lui renier une certaine ressemblance avec les pistolets Walther PP. Le pistolet fonctionne en simple et double action, il utilise une munition de calibre 9mm Makarov (9x18). Son magasin a une capacité de 8 cartouches.















PSM (Pistolet Samozaryadnyj Malogabaritnyj – petit pistolet semi-automatique)

Calibre : 5,45x18 mm
Longueur totale : 155 mm
Longueur du canon : 85 mm
Poids à vide : 460 g
Capacité du chargeur : 8 coups
Fabrication : arsenal d' Izhevsk







Le PSM fut conçut au début des années 70 sur la demande du KGB qui voulait une arme qui pouvait se porter discrètement pour leurs opérations « sous couverture ». L'arme ne devait pas être plus épaisse qu'une boîte d'allumettes courante (17mm). Le pistolet fonctionne en double action.
Une nouvelle munition de calibre 5,45x18 (aussi appelée 7N7) fut développée pour ce pistolet; le projectile chemisé serait composé d'une partie en acier et d'une partie en plomb (je n'ai pas vérifié moi-même); cette munition aurait l'avantage de posséder un grand pouvoir de pénétration, plus spécialement vis à vis des gilets pare-balles : il pourrait traverser 55 couches de kevlar. Cette munition, politiquement incorrecte, a été interdite quand on s'est rendu compte de sa particularité; on peut néanmoins s'en procurer auprès du fabricant Wolf qui en aurait fait une version moins « pénétrante »; curieusement, le test de l'aimant semble montrer qu'il y a toujours du métal ferreux à l'intérieur du projectile !!!







Ce pistolet, adopté officiellement en 1972, est utilisé par les officier supérieurs, les hauts fonctionnaires du parti, les membres du KGB (désormais FSB), les policiers en civil (militsiya).
Il existe une version destinée à l'exportation et dénommée IZH-75 (c'est le cas de mon pistolet).

ph
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 260
Age : 57
Date d'inscription : 17/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  Ruby le Mer 18 Mai 2011, 14:09

Enfin un que j'ai le TT 33 , il était temps !!!!!


Dernière édition par Ruby le Dim 22 Mai 2011, 11:08, édité 2 fois

------------------------

Bienviendu   
esprit

Ruby
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 3315
Age : 56
Localisation : Auvergne en haut à gauche "AST La Treignatoise"
Date d'inscription : 03/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  Sauternes le Mer 18 Mai 2011, 14:45

Le PSM ne serait-il pas le PRI des spetsnaz?
Quand vous dites que le calibre a été interdit, c'est en Suisse ou interdit à l'utilisation par les agents du GRU pour limiter les "dommages collatéraux"?

En tout cas félicitation pour votre collection, ces armes sont magnifiques.
Pour le test de l'aimant, il me semble ques les munitions fabriquées dans les Balkans, ou au moins les Selliers-bellot comportent un mince feuillet d'acier sous la chemise.

------------------------


Sauternes
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 2565
Age : 26
Localisation : Aubagne 13
Date d'inscription : 06/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  ph le Mer 18 Mai 2011, 14:53

l'armurier qui m'a vendu le pistolet m'a dit que les munitions soviétiques étaient interdites à la vente en Suisse (prenons ça avec avec des pincettes, parole d'armurier n'est pas parole d'évangile queen )

ph
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 260
Age : 57
Date d'inscription : 17/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  Sauternes le Mer 18 Mai 2011, 15:00

ph a écrit:l'armurier qui m'a vendu le pistolet m'a dit que les munitions soviétiques étaient interdites à la vente en Suisse (prenons ça avec avec des pincettes, parole d'armurier n'est pas parole d'évangile queen )

La munition règlementaire du FASS90 n'a pas été interdite aussi?
Il s'agit bien de 55 couches de kevlar?

------------------------


Sauternes
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 2565
Age : 26
Localisation : Aubagne 13
Date d'inscription : 06/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  ph le Mer 18 Mai 2011, 21:23

la munition d'ordonnance (GP90) se vend dans les stands aux membres des sociétés de tir, jamais entendu parler d'interdiction.

ph
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 260
Age : 57
Date d'inscription : 17/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  Sauternes le Ven 20 Mai 2011, 10:13

ph a écrit:la munition d'ordonnance (GP90) se vend dans les stands aux membres des sociétés de tir, jamais entendu parler d'interdiction.

Il me semblait qu'elle avait été retirée des armureries.

Attention à ne pas la confondre avec celle-là, ça risque de ne pas rentrer.
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/dc/GP_1890.JPG Very Happy Very Happy

------------------------


Sauternes
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 2565
Age : 26
Localisation : Aubagne 13
Date d'inscription : 06/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  ph le Ven 20 Mai 2011, 11:23

elle n'est pas vendue en armurerie mais au stand par le chef de sand et par les munitionnaires des sociétés de tir.

ph
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 260
Age : 57
Date d'inscription : 17/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  dédé le Ven 20 Mai 2011, 13:20

ph a écrit:

Une nouvelle munition de calibre 5,45x18 (aussi appelée 7N7) fut développée pour ce pistolet; le projectile chemisé serait composé d'une partie en acier et d'une partie en plomb (je n'ai pas vérifié moi-même);
bonjour PH
en faite il s'agit d'une adaptation pour pistolet du 5,45x39
la balle est une reproduction en miniature de la balle du fusil ak74 ( ce n'est vraiment pas fair play )
liens : http://fr.wikipedia.org/wiki/5,45_%C3%97_39_mm_M74

actuellement la Russie utilise 2 munition de type PDW
la petite 5,45x36 et la 9x23 gurza











------------------------

nous sommes poussières et nous retourneront poussières

dédé
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 3515
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  ph le Ven 20 Mai 2011, 14:17

sympa ton avion, c'est un Devoitine ?

ph
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 260
Age : 57
Date d'inscription : 17/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  dédé le Ven 20 Mai 2011, 14:36

ph a écrit:sympa ton avion, c'est un Devoitine ?
nom c'est un MORALNE -SAULNIER MS.406 H ( donc suisse ) repeint aux couleur des cigogne Twisted Evil

------------------------

nous sommes poussières et nous retourneront poussières

dédé
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 3515
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  Invité le Ven 20 Mai 2011, 22:39

Ou D-3800/D-3801, fabriqué sous licence à Thoune (présérie) puis à Emmen. Ils ont assuré la neutralité suisse pendant la guerre (flieger kompanien 3, 4, 5, 13, 14, 19 et 20). 74 D-3800 fabriqués (J11 à J84) et 180 D-3801 (J101 à J280). Ils sont retirés du service entre 1955 et 1959. En 1963, le musée de l'air (aujourd'hui au Bourget) acquiert le J-277 pour l'exposer et évoquer la Bataille de France. En effet, la France a ferraillé la totalité des siens. Le J-276 a été sauvegardé en suisse sous ses couleurs d'origine (musée militaire de Dübendorf). Enfin, un dernier exemplaire a été reconstitué à partir de pièces d'avions divers (dont certaines du J-276) afin de voler. Cela a été un travail de longue haleine (plus de trente ans) et c'est celui illustré, là encore déguisé en MS 406-C1.


Dernière édition par Alamas le Ven 20 Mai 2011, 22:44, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  ph le Ven 20 Mai 2011, 22:42

diable, que feriez-vous sans la

ph
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 260
Age : 57
Date d'inscription : 17/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  Invité le Ven 20 Mai 2011, 22:45

En plus, si le D 3800 était identique en performances au C1 français, le D-3801 lui était supérieur (meilleur compresseur) et les deux modèles suisses se ravitaillaient en essence plus rapidement (important pour un avion de combat) au prix d'un léger sacrifice en autonomie. Espérons juste que cet avion va durer plus longtemps que le D-520 qui s'est écrasé il y a déjà pas mal d'années, tuant le pilote d'essais militaire le présentant. Le MS-406 a toujours eu la réputation d'un "bon bougre", alors que le D-520, hyper maniable, était aussi piégeur. Le Caudron 714 survivant, lui, on est allés le chercher en Finlande.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  dédé le Sam 21 Mai 2011, 18:59

ph a écrit:diable, que feriez-vous sans la
je ne comprend pas ... scratch

------------------------

nous sommes poussières et nous retourneront poussières

dédé
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 3515
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  ph le Sam 21 Mai 2011, 19:27

Ou D-3800/D-3801, fabriqué sous licence à Thoune (présérie) puis à Emmen. Ils ont assuré la neutralité suisse pendant la guerre (flieger kompanien 3, 4, 5, 13, 14, 19 et 20). 74 D-3800 fabriqués (J11 à J84) et 180 D-3801 (J101 à J280). Ils sont retirés du service entre 1955 et 1959. En 1963, le musée de l'air (aujourd'hui au Bourget) acquiert le J-277 pour l'exposer et évoquer la Bataille de France. En effet, la France a ferraillé la totalité des siens. Le J-276 a été sauvegardé en suisse sous ses couleurs d'origine (musée militaire de Dübendorf).



ph
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 260
Age : 57
Date d'inscription : 17/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  Invité le Sam 21 Mai 2011, 23:41

La France avait bien pensé à sauvegarder des D 520, "gloire" du ciel de 40, et pas tellement les MS 406, largement dominés par l'Emil. Les français s'en sont tout de même préoccupés en 1963, alors que les suisses n'en avaient officiellement plus qu'un seul échappé à la destruction. Les suisses ont réussi à en conserver un plus tard et encore, par racroc. En 1965, un aviateur, lors d'une marche (oui, oui, cette histoire est à peine croyable, un gonfleur d'hélice qui marche...) note la présence d'une épave de D 3801 en exposition à côté de la piscine de St-Imier. Il s'entretient avec le responsable qui lui indique que l'engin, très dégradé, n'est plus très décoratif, encombrant, et qu'on envisage de le vendre aux ferrailleurs. L'aviateur indique qu'il est intéressé pour le récupérer. Retour à la vie civile et en 1967, il est contacté pour récupérer l'avion et le fait transporter sur un aérodrome. L'armée "kidnappe" cependant l'avion et le restaure. Finalement, cet amateur pourra récupérer les pièces inutilisées pour la restauration plus d'autres en 1970. C'est en 1994 qu'une équipe se constitue pour en faire revoler un.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Armes de poings réglementaires

Message  vassily le Ven 06 Déc 2013, 10:35

Invité a écrit:La France avait bien pensé à sauvegarder des D 520, "gloire" du ciel de 40, et pas tellement les MS 406, largement dominés par l'Emil. Les français s'en sont tout de même préoccupés en 1963, alors que les suisses n'en avaient officiellement plus qu'un seul échappé à la destruction. Les suisses ont réussi à en conserver un plus tard et encore, par racroc. En 1965, un aviateur, lors d'une marche (oui, oui, cette histoire est à peine croyable, un gonfleur d'hélice qui marche...)  note la présence d'une épave de D 3801 en exposition à côté de la piscine de St-Imier. Il s'entretient avec le responsable qui lui indique que l'engin, très dégradé, n'est plus très décoratif, encombrant, et qu'on envisage de le vendre aux ferrailleurs. L'aviateur indique qu'il est intéressé pour le récupérer. Retour à la vie civile et en 1967, il est contacté pour récupérer l'avion et le fait transporter sur un aérodrome. L'armée "kidnappe" cependant l'avion et le restaure. Finalement, cet amateur pourra récupérer les pièces inutilisées pour la restauration plus d'autres en 1970. C'est en 1994 qu'une équipe se constitue pour en faire revoler un.

Comme c'est curieux, Ma femme qui est de  St-Imier m'en avait parlé, lorsque elle allait à la piscine avec l'école, et se séchait au soleil  sur l'aile de l'avion. C'est maintenant sur ce site que j'apprend de quel type d'appareil il s'agissait.
Merci pour l'information. L'emplacement de l'avion en B.


vassily
Membre
Membre

Nombre de messages : 88
Age : 69
Localisation : Canton de Neuchâtel Suisse
Date d'inscription : 05/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum