rupture gorge étui sur garand

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: rupture gorge étui sur garand

Message  gégé95 le Sam 21 Juil 2018, 23:39

A défaut de bouchon réglable, à titre d'essai pourquoi ne pas desserrer légèrement le bouchon du cylindre à gaz pour y provoquer une fuite de gaz qui diminuerait le flux passant par le trou d'évent?

gégé95
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1105
Age : 69
Localisation : Devant ma presse
Date d'inscription : 21/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: rupture gorge étui sur garand

Message  hw le Lun 23 Juil 2018, 10:19

Bonjour.
Je vais essyer cela.
hw

hw
Membre averti
Membre averti

Nombre de messages : 188
Age : 36
Date d'inscription : 28/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: rupture gorge étui sur garand

Message  Arroyo le Lun 05 Nov 2018, 11:47

Bonjour,  pour moi il s'agit de la chambre, comme dit plus haut la douille prend la forme de la chambre et si celle ci est un peu déformée ou corrodée l'extracteur arrache le laiton.
avatar
Arroyo
Membre
Membre

Nombre de messages : 19
Age : 28
Date d'inscription : 11/03/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: rupture gorge étui sur garand

Message  hw le Lun 05 Nov 2018, 18:09

La réponse du membre ci dessus me fait revenir vers vous au sujet du garand.
J' ai essaye des munitions rechargées d un collègue tireur et il n y a eu aucun incident.
Les étuis étaient encore un peu "gras" suite au passage a la presse de rechargement.
Ma chambre étant un peu corrodée a accepté ces étuis un peu "gras"
Ma question: puis- je utiliser des étuis comme cela au tir ou faut t il des étuis complètement secs?
L extracteur n était donc pas en cause !!
Il faudra dans tout les cas que je me penche pour polir la chambre...

hw
Membre averti
Membre averti

Nombre de messages : 188
Age : 36
Date d'inscription : 28/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: rupture gorge étui sur garand

Message  Verchère le Mar 06 Nov 2018, 06:52

hw a écrit:... Ma question: puis- je utiliser des étuis comme cela au tir ou faut t il des étuis complètement secs? ...
Tu vas te faire agonir d'injures par certains ! Qui te promettront mille morts horribles si tu ne décapes pas la chambre et les cartouches au trichlo avant chaque tir !

Mais si tu cherches un peu tu t'apercevras que le caractère absolu de cette interdiction absolue est ... pour le moins contestable, et surtout peu rationnel.
- Cette règle est totalement fausse en temps que principe universel, car certaines armes étaient même équipées d'un dispositif huileur de cartouches.
- Dans certains cas particuliers de douilles chroniquement rétives, comme les 45 ACP en ferraille qui furent beaucoup utilisées aux US avant l'émergence des munitions "apacher".
- Pour certaines armes anciennes, comme le Gras, un léger huilage de la chambre est préconisé dans le règlement ; et pour les autres fusils de l'époque, faudrait déjà trouver un règlement très complet...
- Quand on tire des cartouches à balles graissées, ne serait-ce que légèrement (p.ex. GP 11 suisse), faudrait pas espérer qu'en fin de séance la chambre soit encore bien sèche (surtout si on touille la pointe des cartouches dans le pot de graisse à chaussures pour améliorer les groupements).

A mon avis, des grosses gouttes d'huile peuvent causer quelques dégâts ; surtout sur la douille. Le graissage des douilles est réputé empêcher leur blocage par frettage, les laissant cogner brutalement contre la cuvette de tir.
Mais si elle est délibérément (quoique légèrement) grasse, la douille recule dès le début de la montée en pression, assez doucement donc, sans laisser l'amorce se déchausser, et sans la ré-écraser ensuite au moment où elle s'étire dangereusement à la base du corps (défauts souvent constatés en cas d'excès de feuillure, et/ou de fire-forming). Et en définitive, avec un peu de gras tout se passe bien mieux (pour la douille et l'arme)...
De toutes façons, s'il n'y a pas d'excès de feuillure, graissée ou non la douille ne peut pas reculer, et ne peut donc pas cogner brutalement.

Sur une arme à culasse non calée (ou à ouverture retardée) c'est à envisager autrement, au cas par cas, car le frottement de la douille peut être pris en compte dans la cinématique (quoique la plupart du temps on préfère qu'elle glisse aisément, pour éviter les ruptures d'extracteur ou les arrachements de bourrelet).

Lâchez les chiens !

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 7067
Age : 60
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: rupture gorge étui sur garand

Message  Bnz 88 le Mar 06 Nov 2018, 07:16

Tous les garands que je connais qui présentaient le même état de chambre avaient plus ou moins de problèmes similaires. Tous résolu en poussant légèrement la chambre ou changement de canon pour les plus attaqués.

À titre d exemple un ami tirai dans le sien de la sellier bellot sans soucis et quand il est passé aux ppu problème identique au tiens. Les ppu sont assez bien chargées. 

Commence par polir ta chambre vu l'état de l etuis c'est la première chose à faire.

salut
avatar
Bnz 88
Membre
Membre

Nombre de messages : 85
Age : 30
Date d'inscription : 18/05/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: rupture gorge étui sur garand

Message  trochy le Mar 06 Nov 2018, 17:03

J'ai eu ce problème à l'époque où je rechargeais avec de la TU5000 ou de la N140. Sans aller jusqu'à la rupture, mes étuis étaient souvent déformés au point de ne pas rentrer dans le shell holder.
Depuis que je recharge avec de la N135 avec les vitesses standards pour cette munition, je n'ai plus aucun soucis.
avatar
trochy
Membre averti
Membre averti

Nombre de messages : 156
Age : 50
Localisation : 54
Date d'inscription : 13/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: rupture gorge étui sur garand

Message  deGuers le Mer 07 Nov 2018, 18:52

Verchère a écrit:
hw a écrit:... Ma question: puis- je utiliser des étuis comme cela au tir ou faut t il des étuis complètement secs? ...
Tu vas te faire agonir d'injures par certains ! Qui te promettront mille morts horribles si tu ne décapes pas la chambre et les cartouches au trichlo avant chaque tir !

Mais si tu cherches un peu tu t'apercevras que le caractère absolu de cette interdiction absolue est ... pour le moins contestable, et surtout peu rationnel.
- Cette règle est totalement fausse en temps que principe universel, car certaines armes étaient même équipées d'un dispositif huileur de cartouches.
- Dans certains cas particuliers de douilles chroniquement rétives, comme les 45 ACP en ferraille qui furent beaucoup utilisées aux US avant l'émergence des munitions "apacher".
- Pour certaines armes anciennes, comme le Gras, un léger huilage de la chambre est préconisé dans le règlement ; et pour les autres fusils de l'époque, faudrait déjà trouver un règlement très complet...
- Quand on tire des cartouches à balles graissées, ne serait-ce que légèrement (p.ex. GP 11 suisse), faudrait pas espérer qu'en fin de séance la chambre soit encore bien sèche (surtout si on touille la pointe des cartouches dans le pot de graisse à chaussures pour améliorer les groupements).

A mon avis, des grosses gouttes d'huile peuvent causer quelques dégâts ; surtout sur la douille. Le graissage des douilles est réputé empêcher leur blocage par frettage, les laissant cogner brutalement contre la cuvette de tir.
Mais si elle est délibérément (quoique légèrement) grasse, la douille recule dès le début de la montée en pression, assez doucement donc, sans laisser l'amorce se déchausser, et sans la ré-écraser ensuite au moment où elle s'étire dangereusement à la base du corps (défauts souvent constatés en cas d'excès de feuillure, et/ou de fire-forming). Et en définitive, avec un peu de gras tout se passe bien mieux (pour la douille et l'arme)...
De toutes façons, s'il n'y a pas d'excès de feuillure, graissée ou non la douille ne peut pas reculer, et ne peut donc pas cogner brutalement.

Sur une arme à culasse non calée (ou à ouverture retardée) c'est à envisager autrement, au cas par cas, car le frottement de la douille peut être pris en compte dans la cinématique (quoique la plupart du temps on préfère qu'elle glisse aisément, pour éviter les ruptures d'extracteur ou les arrachements de bourrelet).

Lâchez les chiens !
Il n'y a pas pire souffrance pour une arme de poing que de tirer en TSV , division Open .
Pour être au facteur 160 en .38 SA,  il en faut de la poudre , compensateur oblige . Et ce n'est rien comparé au facteur IPSC à 175 des débuts .
Pourquoi j'évoque ça ? Parce qu'un tireur de mon club a résolu un problème justement en " huilant " ses cartouches .

deGuers
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1842
Age : 65
Localisation : sous les tropiques ...
Date d'inscription : 23/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum