Retex 44-40 et 45LC manufacturées ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Retex 44-40 et 45LC manufacturées ?

Message  freebird le Ven 12 Mai 2017, 17:17

Niveau sensation de tir, la PN est très au-dessus Very Happy 
Il existe des pinces de rechargements (lyman 310) traditionnelle, et j'ai cru voir une presse à main chez LEE également.

Après, je ne sais pas quelle quantité de cartouche on peut raisonnablement vouloir recharger de cette façon.

------------------------

https://www.youtube.com/watch?v=QxIWDmmqZzY
avatar
freebird
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1182
Age : 48
Localisation : Lot 46
Date d'inscription : 28/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retex 44-40 et 45LC manufacturées ?

Message  Nicomidway le Ven 12 Mai 2017, 18:24

Est-il du coup nécessaire de tout démonter ou un démontage partiel (pour un nettoyage vapeur haute pression) suffit-il pour tout nettoyer dans les moindre recoin de la mécanique ? 

Quand on voit les tirs de certains rechargés de cette manière cela laisse admiratif surtout du point de vu précision.  Very Happy

------------------------

« Fidèles grognards je vous salue !... »
avatar
Nicomidway
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 2301
Age : 26
Localisation : Nord Drôme.
Date d'inscription : 03/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retex 44-40 et 45LC manufacturées ?

Message  freebird le Ven 12 Mai 2017, 18:57

sur une arme à cartouche à PN, pas besoin de tout démonter pour le nettoyage courant (si tu tire raisonnablement souvent)

Il faut surtout ne jamais stocker une arme à PN dans un endroit humide. (résidus PN + humidité = cata!)

Grosso modo, le nettoyage courant, c'est le canon. Point. ça prend 10 minutes si tu es soigneux.
Avant de stocker l'arme pendant une période plus longue, le démontage du mécanisme n'est pas un luxe. disons, une fois par an. (ou plus, pour le plaisir)

------------------------

https://www.youtube.com/watch?v=QxIWDmmqZzY
avatar
freebird
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1182
Age : 48
Localisation : Lot 46
Date d'inscription : 28/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retex 44-40 et 45LC manufacturées ?

Message  Nicomidway le Ven 12 Mai 2017, 23:11

D'accord je vois. La forme et l'épaisseur de la cartouche doit avoir un rôle minimisant la salissure du mécanisme par les résidus. J'ai même lu que certains passaient juste deux trois coups de bore-snake et c'est tout... 

Toujours en continuant avec le rechargement à la poudre noire (avec encore moult questions Embarassed ): 

- Certaines ogives vendues dans le commerce sont déjà graissées de base. Il n'est donc pas utile d'en rajouter par la suite ? 
- Comment arriver à calculer le volume à combler entre la poudre et la cartouche ? 
- Il y a t-il une "moyenne" concernant épaisseur de la bourre ? 
- Vaut-il mieux une bourre faite de: semoule, de carton, kapoc ou autre ? 
- Concernant le nettoyage des douilles (pour ceux qui n'ont ni Thumbler ni bac à ultrasons) j'ai lu que: 

1) Au stand, les douilles tirées déposées de suite dans une bouteille remplie de liquide lave-glace.
2) Retour à la maison avec un rinçage + séchage. 
3) Une fois sèches, les douilles prêtes à être retravaillées. 

C'est bien ça ?

------------------------

« Fidèles grognards je vous salue !... »
avatar
Nicomidway
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 2301
Age : 26
Localisation : Nord Drôme.
Date d'inscription : 03/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retex 44-40 et 45LC manufacturées ?

Message  Verchère le Sam 13 Mai 2017, 03:51

La presse portative je n'ai jamais testé, mais ça doit vite fatiguer les bras. La pince Lyman 310 je l'ai autrefois utilisée en 9 parabellum, et ça allait très bien ; par contre en 44-40 et 45 LC c'est sûrement plus dur...
Ne pas oublier que le système Lee-Loader existe encore (ne nécessite qu'un maillet et une bordure de trottoir).
Sinon, l'atelier de rechargement n'a rien d'indispensable, on peut aussi tout mettre dans des boîtes rangées n'importe où (au sec, pour les JO et les amorces). La presse, pendant un moment je la fixais avec 2 bons serre-joints sur la lourde table de la cuisine, via une plaque boulonnée sous la presse, pour élargir l'appui (sinon, souvent l'embase de presse est trop étroite pour les serre-joints - mais la Rock-Chucker est assez large).
Depuis j'ai fait un robuste trépied sur patins caoutchouc, qu'on peut emmener où l'on veut et qui en dehors des périodes de rechargement sert à tout et n'importe quoi... On peut ainsi recalibrer en plein air, à l'ombre du noyer, avec les chevreuils qui gambadent à une centaine de mètres, et au dessus les buses et corneilles qui tournoient en un gracieux ballet ; un plaisir !

Pour le nettoyage après PN, si on a trempé le bout des cartouches dans la cire/graisse, ça fait une étanchéité parfaite contre les refoulements de crasses vers l'arrière (mais si c'est commode dans un revolver, dans une arme à répétition ça va moins bien - le Kropatschek en 11 mm Gras devait pourtant s'en accommoder...)
Il suffit alors de bricoler un entonnoir avec un bout de tube rentrant et coinçant dans l'entrée de chambre, pour laver le canon à grande eau sans mouiller le mécanisme (qui est resté propre). Un déflecteur de forme adéquate fixé à l'entonnoir peut garantir contre les fausses manoeuvres (dégoulinures) et assurer le maintien de l'ensemble. Quand on ne peut pas enfiler une baguette par l'arrière, un écouvillon monté sur câble gainé permet de brosser l'intérieur du canon, au savon (la bouche plongée dans un seau d'eau chaude). Une fois le matériel réuni et optimisé, le nettoyage après un tir PN prend moins de 10 minutes ; pas plus que certaines armes PSF. Mais cet équipement, je ne pense pas qu'il puisse s'acheter ; faut le concevoir et fabriquer soi-même...

Les douilles tirées PN, il me semble que les mettre dans l'eau ordinaire après le tir suffit, pas besoin de liquide lave-glaces. Si on ne traine pas en route, le lavage peut d'ailleurs attendre une ou deux heures ; les douilles seront peut-être un peu ternes, mais ça ne fera pas de trous dedans... Par contre, il ne faut surtout pas les oublier dans un coin pendant 2 ou 3 ans ! Ni recharger sans laver les douilles, sauf pour un tir immédiat. Sinon, là oui, les douilles pourront être fichues.


Pour ma part, armes PN faciles à nettoyer à l'eau chaude >> PN (Rolling-Block, revolver Mle 73, etc).
Armes PN difficiles à nettoyer sans inonder un mécanisme compliqué >> PSF (carabines LSG ou Ligthning, revolvers à extracteur collectif).

La PN offre un gros avantage pour le rechargement : on choisit la poudre de granulation adaptée (en cas de doutes on prend plus lent), et on remplit tout le volume. Y-a pas grand risque ; et si on veut réduire la charge on bourre au "grease-cookie", ça peut faire que du bien...

A noter que la poudre (PN ou PSF) peut être altérée par l'huile suintant d'une bourre grasse ; il faut donc operculer par un carton glacé. Mais la cire d'abeille pure ne dégrade pas la poudre, et peut donc être utilisée directement en bourre principale (ep. 2 ou 3 mm mini, sinon ça sert à rien), ou en opercule derrière un mélange plus mou (mais ça, en pratique, c'est bien moins facile à mettre en oeuvre que la rondelle en carton de berlingot de lait).
On connaît tous des exemples de fusils PN qui nécessitaient une bourre : les fusils de chasse.

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 4546
Age : 58
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retex 44-40 et 45LC manufacturées ?

Message  Nicomidway le Lun 15 Mai 2017, 15:10

Réponse plus que complète et très instructive. 

Pour en revenir à l'épaisseur de la bourre, quand tu dis "2 ou 3 mm mini", cela correspond à une charge répartie sur quelle fourchette ? Je me permet de te poser cette question évidement car une bourre trop fine avec une faible charge et c'est la surpression et à l'opposé, une bourre trop épaisse avec une charge plus conséquente et ça coince pour l'introduction de l'ogive... 

PS: Petit coup de colère ce weekend concernant le rangement. J'ai enfin donc pu dénicher un petit coin de table (au calme) pour l'installation d'une vrai presse. Pas gros non plus le coin donc ce sera une Breech Lock Reloader pour l'encombrement mais ça sera toujours mieux qu'un outil à main.

Edit: En cherchant un peu, je tombe régulièrement sur charges tournants entre 30gr et 36gr notamment pour des répliques de 1873 telle que la mienne. En revanche je n'entend parler de bourre rajoutée nul part avec cette recette... Une base intéressante, surtout si il n'y a pas matière à s'encombrer d'une bourre du moment que l'espace vide est comblé.  study

------------------------

« Fidèles grognards je vous salue !... »
avatar
Nicomidway
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 2301
Age : 26
Localisation : Nord Drôme.
Date d'inscription : 03/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retex 44-40 et 45LC manufacturées ?

Message  Verchère le Mar 16 Mai 2017, 03:30

"2 ou 3 mm mini", c'est qu'en dessous il ne faut pas trop compter sur un effet de graissage (et même, 2 mm c'est bien faible). Sinon à priori il faut remplir, soit de poudre soit de bourre ; certes, un tout petit peu d'air semble permis, mais la limite est difficile à déterminer exactement...
Donc ce "mini" signifie
"en dessous de 2 à 3 mm c'est pas la peine de s'embêter avec une bourre, autant remplir de poudre".

La charge de PN dépend de l'enfoncement de la balle, de la densité de la poudre, de l'épaisseur de la douille, etc. ; facteurs chacun d'effet limité, mais qui peuvent se cumuler pour donner un total notable. Plus le petit peu d'air que certains s'autorisent à laisser... C'est peut-être ça, qui fait la différence entre 30 et 36 gr.

"surtout si il n'y a pas matière à s'encombrer d'une bourre du moment que l'espace vide est comblé."
La bourre ne fait pas forcément que combler l'espace vide. Si elle est grasse, elle contribue aussi à la lubrification du coup suivant, ramollit les crasses, et permet de tirer plus de coups sans nettoyage : le grease-cookie parfait permettrait théoriquement un nombre de coups illimité, sans aucune perte de précision (mais c'est plus facile à dire qu'à faire).
Certains tireurs sacrifient donc de la puissance en réduisant la charge afin d'avoir la place pour un bon bourrage gras ; ça se faisait déjà à l'époque où l'on chassait le tigre et le bison à la PN...
Mais dans les petites cartouches, il n'y a la place pour un bourrage gras que si on se satisfait d'une puissance réduite.

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 4546
Age : 58
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retex 44-40 et 45LC manufacturées ?

Message  deGuers le Mar 16 Mai 2017, 08:48

Tout à fait d'accord avec ce que rapporte Verchère , nous étions peut-être siamois dans une autre vie ...
C'est une des raisons qui fait que l'on passe au .45-90 quand on a atteint les limites du .45-70 aux moyennes et longues distances .
Un étui un peu plus long qui donne la possibilité de placer un Grease Cookie sans réduire la dose de PN .
Les autres solutions étant soit le " tube à souffler " , soit le nettoyage entre les coups ( en armes longues ) .
GC d'au moins 6 mm ; en dessous c'est peu efficace .

En .44-40 , .38-40 , .45 Colt , .44 Russian , je comprime toujours un peu la charge de PN , environ 1 à 2 mm ; et jamais en utilisant la balle ( molle ) comme compresseur , toujours un outil à compresser du diamètre .
Lee en fait pour trois sous dans les calibres courants : Die - 44 - COMPRESS par exemple ; ça se monte en lieu et place de l'évaseur , uniquement en outil Lee .
A voir chez Track of the Wolf - USA .
Sinon , pour faire l'intéressant au pas de tir , utiliser un Blow Tube à chaque nouveau barillet . rasta

deGuers
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1207
Age : 63
Date d'inscription : 23/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retex 44-40 et 45LC manufacturées ?

Message  Nicomidway le Mar 16 Mai 2017, 16:37

J'y vois à présent un peu plus clair. Merci pour tout ces renseignements. 

Ici apparemment pas de bourre non plus. 36gr de poudre Suisse n°3 alliée à un tassement de cette dernière. 


------------------------

« Fidèles grognards je vous salue !... »
avatar
Nicomidway
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 2301
Age : 26
Localisation : Nord Drôme.
Date d'inscription : 03/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retex 44-40 et 45LC manufacturées ?

Message  Verchère le Mer 17 Mai 2017, 05:40

La poudre versée au "drop-tube", ou vibrée en posant la douille sur un rasoir électrique (résultat à peu près analogue), est déjà bien compacte, et ne permet plus beaucoup de tassement.

Sinon, en fabriquant le pousse-balles dans la foulée du moule ou de la matrice de formage, avec les mêmes outils, procédés et cotes, on aurait une forme exactement identique au nez de la balle. On pourrait alors peut-être se permettre de tasser un peu avec la balle, sans l'esquinter.
Mais je n'y ai pensé qu'il y a peu ; et depuis je n'ai fabriqué qu'une matrice, pas encore utilisée.

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 4546
Age : 58
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retex 44-40 et 45LC manufacturées ?

Message  deGuers le Mer 17 Mai 2017, 07:12

Après la phase "Drop Tube " je comprime encore une charge de .45-70 / .45-90 sur 2 à 3 mm . C'est une limite , au delà la précision se détériore .
En armes de poing l'avantage de comprimer la PN " dans les règles " , avec un Compression Die , c'est d'obtenir une charge compactée en un seul bloc . Il suffit alors de poser la balle à son contact , sans espace vide et sans même y rajouter une rondelle intercalaire .
Bien sûr la charge aura au préalable été " descendue " au Drop Tube pour remplir au mieux le volume disponible ( On rentre plus de parpaings dans une benne en les alignant qu'en les jetant en vrac ) .

En armes longues PN j'intercale une rondelle découpée à l'emporte pièce dans une carte à jouer ; les pressions ne sont pas les mêmes .
On peut , si l'on a un ami tourneur ( éventuellement Derviche ) , faire confectionner un outil compresseur qui prendra la place de l'évaseur , pour peu qu'il soit vissé ( Lyman ) .

Compresser la charge par l'intermédiaire de la balle ? A la rigueur en armes de poing ( quoique dans ce cas , la rigueur ... ) ; la poudre va s'incruster au cul de la balle , et ça c'est pas bon . Ou alors il faut interposer une rondelle protectrice .
Pour un tir où l'ultime précision n'est pas recherchée ( CAS ) c'est jouable .
Mais passer 50 cartridge à l'outil à comprimer c'est peanut en temps .

En armes longues et cartouches , toujours PN ( BPCR et BPTR ) , comprimer en se servant de la balle est une faute .
La balle étant le plus souvent molle ( entre 1:30 et Wheel Weight ) , c'est l'assurance d'une déformation .
Une règle d'or maintes fois répétée : moins on touche à la balle , meilleure sera la précision : surtout pas de calibrage , graissage au Pan Lubing ou avec un calibreur au diamètre immédiatement au dessus de celui de la balle ( graissage sans calibrage ) ; outil enfonceur à la forme de l'ogive , ou mieux enfoncement au doigt à coulissement gras . Suspect 
Et bien sûr un alignement parfait de la balle avec l'axe de l'étui : pour ce point précis voir les excellents travaux et réalisations de BRX et Verchère .
Car une autre maxime Poudre Noire dit que " si la balle est en travers à l'entrée dans le cône de forcement , elle le sera tout autant à la sortie du canon '" . Des essais de tir en piscine bétonnée l'ont démontré . Cool

deGuers
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1207
Age : 63
Date d'inscription : 23/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retex 44-40 et 45LC manufacturées ?

Message  Verchère le Ven 19 Mai 2017, 06:01

Tasser (très légèrement) avec la balle (dans un poussoir à se forme exacte), ce n'est qu'une idée ; j'ai pas essayé en tirs de précision (n'ayant pas le poussoir adéquat)... Ce serait juste pour compenser les petits écarts du remplissage au drop tube, et de la longueur de balle (dont le culot calepiné est légèrement variable).
Sinon, pour avoir un positionnement constant (à priori en léger contact avec les rayures), il me faudrait d'une part calibrer la longueur de la charge de poudre en la tassant, d'autre part calibrer la longueur de l'ensemble balle + calepin + rondelle de cire...

C'était à l'occasion de tirs en piscine au Rolling-Block (12.7 x 44 R suédois) destinés à tester divers Ø de balle calepinée, avant de fabriquer l'outillage de matriçage.
Pour ce calibre bizarre, grosso-modo 13.0 mm à fond de rayures, lesquelles ont une profondeur incroyable (0.4 mm), les règles de P. Matthews sont inapplicables. J'ai donc essayé des balles "de circonstances" en plomb pur Ø 12.76, recalibrées à 12.50 et 12.20, la première non calepinée et graissée, la seconde calepinée à 12.75, et la troisième à 12.50 et 12.75. Avec au cul une rondelle de 3 mm abeille/mouton sur disque en carton glacé ; ou sans rondelle.
Charge de PN mousquet, le plus possible, pour une vitesse aux alentours de 400 m/s (sans la rondelle, un peu plus de poudre, et un peu plus de Vo - mais beaucoup plus d'emplombage).

La conclusion était d'abord favorable à la présence de rondelle de cire, certes insuffisante pour ramollir les crasses (on la retrouvait d'ailleurs souvent intacte, flottant sur l'eau, avec l'empreinte des rayures bien visibles) mais paraissant beaucoup faciliter le nettoyage (et empêchant le collage des particules de plomb, lorsque ça emplombait).
Puis favorable au calepin :
La balle graissée sous-calibrée (12.76 pour environ 13.0), sans rondelle de cire, catastrophe ! Aiguilles de plomb dans le canon, balle effectivement gonflée à 13 mm mais échancrée par 1 ou 2 lignes de fusion.
Avec la rondelle de cire c'était mieux, mais pas parfait.
D'un autre côté, le calepin sans rondelle de cire crevait en 1 ou 2 points avant que le culot ne gonfle, ce qui faisait aussi des points de fusion.
Ce n'était bon qu'avec calepin + rondelle cire, en balle de 12.20 ou 12.50. Mais 12.20 calepiné à 12.50 impose de beaucoup resserrer le collet ; et 12.20 calepiné à 12.75 demande un calepin très épais (la balle se déforme dans les rayures d'une façon très atténuée, pas bien régulière).
Donc décision de fabriquer un outillage pour balle de 12.50 environ, à calepiner en 12.75 ; c'est en cours... On verra alors pour les essais de précision (il faudra aussi un dioptre).
Cette expérimentation "rayures très profondes" sera plus tard complétée en "rayures très minimes" (mon RB grec a des rayures de profondeur 0.06 mm).

Mais les enseignements ont déjà un peu servi pour la mise au point d'une 44-40 pour carabine Ligthning d'époque, et surtout pour préparer une poignée de 46 Conroy (ça, c'est un calibre pour les gongs ; mais l'arme n'est pas très courante - n'en existe peut-être qu'une).


Pour la balle "prenant les rayures de travers", ça se voit surtout en boat-tail ** : les traces de rayures ne cessent pas à la même longueur. La fréquence du phénomène paraît varier avec le type de balle et l'arme (cartouches tordues, mauvaise conjonction entre le rayon d'ogive et l'angle du cône de prise de rayures ?), mais avec la balle D dans plusieurs Berthier c'est bien fréquent !
Influence sur la précision : difficile à dire, les balles tirées en cible n'étant pas aussi lisibles que tirées en piscine. Mais ça ne devrait pas améliorer le groupement...

** Ce qui ne veut pas dire que ça n'arrive pas en culot plat ; seulement c'est moins évident à constater.

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 4546
Age : 58
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum