Requiem pour un Rolling Block,ou de l'utilité de l'épreuve.

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Requiem pour un Rolling Block,ou de l'utilité de l'épreuve.

Message  mèche-capsule le Jeu 10 Mar 2016, 18:17

Bonsoir,
Par curiosité,j'ai rabouté les morceaux.Il n'apparait pas de déformation notable.D'après plusieurs avis,le métal ressemble à du"bloc moteur"ou de la"cuisinière à charbon".Sans aller jusque là,ce n'est assurément pas de l'acier d'armement.





Et histoire de rester dans les RB,en voici un que je ne me risquerais pas à tester:



C'est un calibre proche du 16.Remarquez le jeu entre le bloc culasse et le bloc chien:5mm d'èxcès de feuillure...
Percuteur monstrueux,canon tromblonné provenant de?,indémontable,tous les axes ou vis sont matés,et pourtant c'est une bonne carcasse type  no1.Moyennant une petite enture,la crosse est récupérable.
Etonnant,non?

mèche-capsule
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 294
Age : 66
Date d'inscription : 29/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem pour un Rolling Block,ou de l'utilité de l'épreuve.

Message  Fra78 le Jeu 10 Mar 2016, 18:31

Effectivement, la fracture est très différente de l'éclatement "en lanières" qu'on observe en cas de surpression (la contrainte étant maximale le long de la génératrice du canon et les rayures constituant un point faible).
On a effectivement l'impression d'une arme en fonte ! Se pourrait-il que l'arme ait été soumise à un feu qui aurait anéanti l'effet des traitements thermiques et reconditionnée ?


Fra78
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1177
Age : 69
Localisation : Versailles / Biarritz
Date d'inscription : 25/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem pour un Rolling Block,ou de l'utilité de l'épreuve.

Message  Verchère le Ven 11 Mar 2016, 02:37

Sur le canon on a l'impression de reconnaître le grain très fin d'un acier trempé, alors que sur le boîtier le grain paraît plus gros (et plus normal pour ce genre de pièce).
D'ailleurs il semble que le boîtier ne se reconstruise pas si bien que le canon, et que les éclats soient un peu déformés. Ce qui indiquerait que le boîtier était bon...

Le canon, rougi accidentellement puis re-trempé sans précautions ? Admettons, l'explication a le mérite de rassurer les admirateurs de la clique des marchands de liquettes...

Mais de vieux réflexes primaires me souffleraient plutôt que si ça résistait à l'épreuve c'était bien assez bon pour les moricauds qui formaient l'essentiel de la clientèle. Remington comme la plupart des autres étaient à cette époque passés aux mains d'actionnaires affairistes, et les armuriers n'avaient plus les commandes.


L'épave toute rouillée est intéressante.
Le bloc élargi ressemble aux "type 1 transformés"**, destinés à la transformation d'anciens fusils .58 chargés par la bouche ; la queue de culasse inférieure est éventuellement plus longue que la supérieure, afin de remplir le logement de l'ancienne sous-garde dans le vieux bois, conservé.
Mais la position relative des 2 pièces de verrouillage cloche un peu, il n'y a pas d'extracteur évident, et les flasques du boîtier sont curieusement échancrées. Ça ne cadre pas avec les Remington usuellement exposés ; mais cette transformation était au cas par cas, selon le commanditaire, et l'usine n'en conservait pas systématiquement des traces.
Et ça peut très bien être de la copie (pirate ou sous licence), belge ou autre...
C'est en effet une sage précaution, de ne pas tirer avec ; sauf à le re-tuber tout petit.

** G. Layman assure que ce "type 1" est une appellation de collectionneurs, erronée. On pensait en effet qu'il était plus primitif que le soit-disant "type 2" bien finalisé (p.ex. RB Egyptien). Mais en réalité la modification des mousquets en .58 Minié aurait été postérieure, tout au moins avec ce type de boîtier aménagé pour faciliter la conversion (le culot du 58 Berdan dépasse sur les côtés d'un bloc normal, et le filetage du canon est un peu trop petit). G. Layman présente des photos pour 3 sous-types, le dernier étant postérieur à l'automne 1870 (bloc à oeil "plat").
D'autres collectionneurs ou commerçants ont des désignations différentes, "N°1, N°5"...
On pourrait préférer l'appellation officielle Remington, mais il paraît qu'ils disaient plutôt "pour 1000 fusils c'est XX dollars", et ne se préoccupaient guère d'établir des nomenclatures élaborées.

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 3454
Age : 58
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Rep

Message  labrocante37 le Ven 11 Mar 2016, 14:53

salut salut salut à tous et santé

Avec ce bloc j'ai monté ceci:

On distingue bien les numéros de série donc vous pourrez me dire ,quel est le boitier

Le canon original avait été réalésé au calibre 24
Avec un canon de Springfield 1861,chambré en.577 Snider

L'ensemble me procure toutes satisfactions,à pluche
Quel bazar pour insérer les photos ! ! ! !

labrocante37
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1395
Age : 65
Localisation : st george sur cher
Date d'inscription : 06/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem pour un Rolling Block,ou de l'utilité de l'épreuve.

Message  mèche-capsule le Ven 11 Mar 2016, 15:39

Bonjour,
Le boitier semble ètre ce que l'on appelle entre collectionneurs un no1,celui entre autres du .43 Egyptien.

mèche-capsule
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 294
Age : 66
Date d'inscription : 29/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Requiem pour un Rolling Block,ou de l'utilité de l'épreuve.

Message  Verchère le Sam 12 Mar 2016, 02:09

mèche-capsule a écrit:Bonjour,
Le boitier semble ètre ce que l'on appelle entre collectionneurs un no1,celui entre autres du .43 Egyptien.
Oui, N° 1, ou "type 2", ou "New Model Rifle", on a le choix...
Cependant les "type 1" ou "Transformed Model" en .58 avaient vraisemblablement le même marquage de queue de culasse, mais avec un taraudage plus gros (repris ensuite sur les N°5 à PSF) et un bloc élargi.

Le culot de la 577 ne dépasse pas sur les côtés du bloc ? Pas de problèmes à ce niveau ?
C'était sans doute différent à l'époque, avec les douilles à culot mince (le logement d'amorce faisait une grosse bosse au fond), ou même composites en feuillard roulé ; sinon ils ne se seraient pas embêtés avec des blocs élargis.

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 3454
Age : 58
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum