Un fusil d'Eugène Lefaucheux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un fusil d'Eugène Lefaucheux

Message  Eugène L. le Mer 01 Avr 2015, 16:33

Fusil d’Eugène Lefaucheux 
Selon brevet 112695 du 4 mai 1876.



Fusil à percussion centrale horizontale, calibre 16 selon le brevet 112695 du 4 mai 1876.
Dans ce brevet, plusieurs variantes sont proposées.
Le fusil qui nous concerne ici est celui décrit sur la Planche 1: 
 


Caractéristiques techniques :

Poids total de l’arme: 2875 grammes
Poids des canons : 1320 grammes
Poids de la crosse : 1555 grammes
Longueur totale de l’arme : 1170 mm
Longueur des canons : 757 mm
Distance 1ère détente – calotte de la crosse : 360 mm
Distance bec de crosse – calotte de la crosse : 200 mm



Canons lisses juxtaposés en damas bronzé.
Bloc de culasse en acier articulé.
La clé en volute à l’avant du pontet permet, en la poussant vers l’avant, de faire basculer les canons et d’armer automatiquement les chiens.
Crosse « à l’anglaise » et monture du devant en noyer.



Marquages et Poinçons :

Une partie des marquages sur le dessus du fusil ont été « maquillés » pour des raisons inconnues.
Sous les gravures, entre les chiens et sur la bande des canons on peut deviner et lire en ovale et en ligne: 





« E. Lefaucheux à Paris »
Marquage en ovale qu’il utilisa après le déménagement au 32 rue Notre Dame des Victoires en 1875.
Sur le dessous des canons : 



« Flachat M. canonnier à St Etienne »
Plusieurs Flachat sont attestés dans la canonnerie au milieu du XIXe siècle.
Poinçon présent sur le «Tableau de l’empreinte de la marque des canonniers et fabricants d’armes» autorisés à éprouver au Banc d’épreuve de Saint-Etienne, après 1856.
Un R.P.F. dans un ovale pour « Rivolier Père et Fils » société créée en 1885 sur les deux tubes de canon ainsi que sur le crochet de fermeture qui a très probablement occulté le numéro « LF ». 
Un numéro « 7169 » qui doit correspondre au numéro de l’arme puisque ce même marquage ce  retrouve sur le bâti de l’arme ainsi qu’imprimé dans le bois de la crosse. 



Un « G » couronné, probablement un poinçon du contrôleur.
Un « R » étoilé dans un ovale.
Un « 1 ».
Deux poinçons avec « F.M. » couronné en creux à l’entrée des canons, probablement un marquage de « Flachat M. ».
Le poinçon du banc d’épreuve de Saint Etienne en vigueur de 1869 à 1879.
Ce qui nous permet de dater l’arme : entre Mai 1876 et Décembre1878.
« 17.2 » Ce qui correspond au Calibre 16.
« 103 » Probablement l’abrégé du numéro d’assemblage puisqu’on le se retrouve sur l’ensemble des pièces.



Sur le bois de la bascule, écrit au crayon papier « Rivolier ».
Sur la crosse à la pointe de la queue de sous-garde "81".

La curiosité de cette arme réside dans la combinaison des marquages « Lefaucheux » et « R.P.F. » :
- Le brevet date de 1876 ce qui correspond bien avec la présence du poinçon du banc d’épreuve de St Etienne.
- La marque de la société « RPF » date de 1885.



Hypothèses :

- L’arme à subit une transformation ou une réparation dans les ateliers de « Rivolier » après 1885.
- Dans le livre du musée de saint Etienne sur les fusils de chasse (armes de chasse-de la boulette fulminante à la percussion centrale) sur le CD au chapitre « Rivolier »  on peut lire qu'un Rivolier avait marqué les fusils de sa collection déposée au musée? 


© et ® Lefaucheux Avril 2015


------------------------

Le livre d'Eugène Lefaucheux

La production d'Eugène Lefaucheux

http://lefaucheux.net

Eugène L.
Membre expert
Membre expert

Nombre de messages : 545
Age : 56
Date d'inscription : 17/07/2010

http://www.lefaucheux.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un fusil d'Eugène Lefaucheux

Message  Conservateur le Mer 29 Avr 2015, 19:21

Bonjour,

effectivement, il y a, dans la collection du musée d'art et d'industrie, plusieurs armes de chasse qui portent la marque de "Rivolier Père et Fils". Rivolier avait apparemment une collection personnelle et il semble qu'une partie de sa collection avait intégrée le musée du Banc d'épreuve. Par la suite, ce musée a été démantelé, il reste quelques pièces au Banc d'épreuve, le musée de la Ville en a reçu quelques-unes et le reste a été vendu. Il me semble que c'est à peu près cela. Je regarderai dans les archives si je trouve quelque chose. En revanche, vous pouvez être certain que cette arme ne provient pas de la collection du musée d'art et d'industrie puisque le seul exemplaire de ce type qui est enregistré dans les inventaires a été publié dans l'ouvrage que vous citez en référence dans votre article.

En outre, le poinçon du canonnier semble être celui de Flachat Massardier, maître canonnier à Saint-Etienne attesté en 1869.

En tout cas, c'est un bel article qui va me permettre d'enrichir mon dossier documentaire sur l'exemplaire que nous possédons.

Bonne soirée

SR

Conservateur
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 237
Age : 42
Date d'inscription : 05/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum