Fabrication d'embouchoir, grenadière, etc.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fabrication d'embouchoir, grenadière, etc.

Message  Verchère le Mer 10 Déc 2014, 03:48

L'élucubration du jour...
Il est parfois nécessaire de fabriquer une boucle (embouchoir, grenadière ou capucine), parce-que la pièce d'origine est trop coûteuse ou introuvable (armes rares ou artisanales).


J'en ai déjà refait, en assemblant 2 pièces par soudure autogène, au chalumeau. Les boucles ayant souvent une section bombée, il m'a paru plus facile de former ce bombé à la lime, sur une bande de tôle plate. Puis de tordre cette bande autour de mandrins plus ou moins cylindriques de diamètres appropriés, et de couper afin d'avoir deux U adéquats (à G du dessin).
Le chalumeau est un jeu d'enfant, sauf aux extrémités du cordon qu'il faut nettement surcharger car le métal a tendance à creuser. Avec une buse nettement plus petite que d'usage, on arrive très facilement à souder en profondeur, à combler le jeu éventuel, et à former un cordon régulier et épais, préfigurant le congé reliant souvent les 2 parties (en rouge). Avec un peu de prudence, on peut faire presque tout le travail "en l'air" sans que le métal ne s'effondre...
Mais la finition à la lime est un travail très long et délicat, d'autant que les cordons de soudure se trouvent sur les décrochements : au raccordement des deux côtés de la soudure, le moindre défaut saute aux yeux ! Certes, en cas d'erreur on peut toujours recharger au chalumeau, mais alors la finition est à reprendre.
Et s'il faut un pivot de battant de bretelle, ça complique bien les choses !



Il serait tentant de partir d'une unique bande de tôle enroulée autour d'une forme en acier, en marquant le décrochement canon / fût par étampage (à D du dessin). Les outils sont simples à réaliser, et s'agissant anciennement de "fer" (acier doux ou extra doux) on peut peut-être même travailler à froid... Une soudure reste nécessaire, mais une seule, avec libre choix de sa position : en dessous c'est moins visible, et à plat bord à bord c'est incomparablement plus facile à faire et surtout à limer ensuite. Ceux qui n'ont pas de chalumeau pourraient même s'en tirer avec un recouvrement biseauté soudé à l'étain.
Peut-être vaudrait-il mieux effectuer les 2 plis successivement, l'étampe dessinée ici ne servant qu'en finition...
Mais il y a trois inconvénients :
- si c'est jouable avec une bande plate, cela se conçoit plus difficilement avec un profil bombé,
- il n'y aura pas de congé reliant les 2 parties, mais des décrochements abrupts,
- en pliage on obtient des angles rentrants vifs mais les extérieurs sont arrondis.
Pour éviter les deux derniers, il faudrait partir d'une bande présentant des surépaisseurs aux points en question !

Je n'ai donc pas expérimenté ce procédé par matriçage ... Toutefois, passant récemment pas mal de temps à polir des pièces de Carabine de Gendarmerie Pontificale (Rolling-Block Nagant) j'ai constaté que les boucles n'étaient pas bombées mais plates, et que les décrochements canon / fût n'étaient pas bien vifs, et même parfois arrondis. Il s'agit de garnitures identiques au Chassepot ; mêmes constatations sur celles du Chassepot très récemment arrivé.
Par contre si celles du Gras sont identiques en dimensions, et en tôle plate aussi, tous les angles y sont vifs. Quant à la grenadière du 07/15, elle est certes plate, mais le décrochement canon / fût est adouci par un important congé.



En examinant de façon détaillée on trouve des angles vifs (flèches bleues) ou arrondis (flèches rouges), les fléches bleu / rouge signalant des arêtes incertaines. Souvent les angles rentrants sont vifs et correspondent à des arrondis de l'autre côté, ce qui pourrait indiquer que le décrochement était formé par étampage ; et sans écrasement notable, ce qui suggérerait un travail à froid. Ceci surtout pour les pièces Nagant, Chassepot à la rigueur ; par contre les pièces de Gras et 07/15 ne semblent pas obtenues ainsi (il faudrait au minimum des surépaisseurs sur la bande d'ébauche, et sans doute un travail à chaud).




Mais la soudure ? Et la fixation du battant de bretelle ?
Ici encore les pièces Nagant donnent une idée. Au dessous de la grenadière, à l'intérieur, deux lignes parallèles pourraient révéler une soudure, de part et d'autre d'une étroite bande de tôle (7 à 8 mm). Cette bande serait effectivement plus facile à préparer séparément, avec le pivot du battant (par exemple matricée à la forge) ; et les 2 soudures à plat sont de réalisation et finition assez aisée (à l'époque, certainement des soudures à la forge).
Avec un peu d'imagination ma grenadière de Gras confirmerait ce type d'assemblage, avec une bande de 13 mm ; avec encore plus d'imagination, idem sur celle du Chassepot (12 à 13 mm).



Peut-être aussi sur la grenadière de 07/15 (bande de 14 mm). Mais il y a une autre trace, qui pourrait étayer une explication différente : soudure unique (au milieu dessous) d'une bande présentant 3 surépaisseurs matricées, une grosse pour le pivot de battant, et deux plus réduites pour les congés des décrochements canon / fût.
C'est plausible pour une fabrication en série, le temps passé à mettre au point les matrices pour forger la bande à 3 surépaisseurs étant largement compensé par la soudure unique, qui plus est dans une partie éloignée de toute surépaisseur.

Il me faut bien reconnaître qu'à part sur le Nagant, les traces de soudure éventuelle ne sautent pas aux yeux...

Quant aux embouchoirs, Nagant, Chassepot ou Gras, rien ne suggére la moindre ligne de soudure. Toutefois, aucun bossage n'étant nécessaire, la position de celle-ci est assez libre. Mais sans doute doit-on éviter qu'elle se trouve au dessous, dans la zone du passage de baguette, car il y a là quelque travail à réaliser et cela pourrait constituer une faiblesse.
Sur ces 3 pièces, le rétrécissement dégageant l'entrée du canal de baguette pourrait avoir été obtenu en enfonçant le tube par une ou plusieurs étampes (flèches rouges) : l'angle extérieur est vif, et dedans c'est très arrondi (de G à D, R-B Nagant, Chassepot, Gras). L'entaille centrale aurait alors été ébauchée préalablement, pour éviter qu'un accordéon ne se forme au milieu.
Le passage de tenon de bayonnette a peut-être été poinçonné, mais ce n'est pas flagrant ; il aurait donc été repris ensuite à la lime, ou broché. A l'intérieur, on supposerait une retouche à la fraise sur le Nagant, rien sur les autres.




Les boucles du Chassepot se distinguent par leurs lignes élégantes, et elles paraissent d'une réalisation commode et économique. Si la copie exacte reste difficile, leur style est intéressant pour recompléter toute arme de l'époque, en l'absence de spécifications précises.

Mais l'analyse qui précède n'est que supputations ; elle pourrait être précisée (ou infirmée) par des informations supplémentaires. Précisions qui seraient utiles avant d'entreprendre un essai de fabrication...

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 3463
Age : 58
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fabrication d'embouchoir, grenadière, etc.

Message  Tourblanche le Jeu 11 Déc 2014, 07:32

Très intéressant  Very Happy

   Modification :
 11 nov  ,  Ce message contenait des informations jugées inutiles  et étrangères à 
cette discussion , je les efface donc .

  Ça concernait l' acquisition de reproduction de pièces en   pour des armes d' avant 1822  et non leur fabrication .


Dernière édition par Tourblanche le Jeu 11 Déc 2014, 17:10, édité 1 fois

Tourblanche
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1568
Age : 64
Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fabrication d'embouchoir, grenadière, etc.

Message  freebird le Jeu 11 Déc 2014, 09:56

Je crains que ce qui passionne Verchère, ce soit la refabrication "à l'identique", ou au moins avec des moyens historiquement compatibles, des pièces manquantes, et pas l'achat de pièces détachées issues de microfusion...

Heureusement pour lui, il s'occupe pour l'instant d'armes terriblement modernes... J'attends de le voir expérimenter le foyer d'affinage* pour produire le fer nécessaire à reconstituer un 1777 Very Happy 




(* on me souffle à l'oreille qu'il l'aurait déjà fait? pourquoi ne suis-je pas surpris? )

freebird
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1060
Age : 48
Localisation : Lot 46
Date d'inscription : 28/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fabrication d'embouchoir, grenadière, etc.

Message  Tourblanche le Jeu 11 Déc 2014, 16:53

Ooooops   ...   C' est effectivement le cas  Embarassed


  Je voyais la question d'un autre angle   :  Se procurer  les pièces  .

Vous pouvez effacer  mes messages  .

Tourblanche
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1568
Age : 64
Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fabrication d'embouchoir, grenadière, etc.

Message  freebird le Jeu 11 Déc 2014, 16:59

j'avais bien compris ton approche Tourblanche
et pour se monter (ou remonter une arme), cette technologie apporte des plus certains si on doit acheter les pièces (par manque de temps ou de compétences)
donc les liens que tu as donnés sont loin d'être inutiles.

Mais sans intérêt direct pour Verchère...

freebird
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1060
Age : 48
Localisation : Lot 46
Date d'inscription : 28/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fabrication d'embouchoir, grenadière, etc.

Message  Tourblanche le Jeu 11 Déc 2014, 17:11

Voila , c' est corrigé   Very Happy

Tourblanche
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1568
Age : 64
Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fabrication d'embouchoir, grenadière, etc.

Message  Verchère le Ven 12 Déc 2014, 03:49

freebird a écrit:... J'attends de le voir expérimenter le foyer d'affinage* pour produire le fer nécessaire à reconstituer un 1777.
(* on me souffle à l'oreille qu'il l'aurait déjà fait? pourquoi ne suis-je pas surpris?
Ben oui je l'ai fait ! Et ce fut un bide lamentable : le débris de radiateur en fonte était tout cramé et boursouflé, mais encore aussi fonte qu'au début. Je suis assurément trop feignant pour y passer le temps nécessaire...

Ici je cherche plutôt des techniques rationnelles pour obtenir certaines pièces. Le chalumeau et la lime je connais et j'ai déjà donné, beaucoup (le chalumeau j'adore, c'est comme qui dirait une "lime à épaissir" ; pas bien précise tout de même)...
Mais si 3 bons coups de marteau donnaient le même résultat que 3000 coups de lime, ce serait toujours bon à prendre. Gain de vitesse, et de moyens aussi : on peut même forger sur le balcon d'un HLM, avec un barcecue trafiqué ! (en ventilo ... le séche cheveu de madame).
Plus vite et moins cher, ça va bien dans le sens du modernisme, non ?

Si j'en cause ici, c'est pour avoir des avis, expériences ou informations sur les pratiques de détail, que certains peuvent avoir trouvé ici ou là sans penser que cela puisse avoir un usage concret.
Parce-que matricer, étamper, poinçonner, c'est bien joli ; mais il y a la façon de faire. Le détail des formes (matrices) nécessaires, souvent plusieurs successives, ou tout au moins la logique régissant l'enchaînement de ces formes. En soi, la technique n'est pas oubliée : pour une bielle, un vilbrequin ou un arbre à cames de bagnole, on trouve ça dans tous les bons bouquins.
Mais pour une grenadière, une sous-garde ou une plaque de couche, j'ai cherché ... en vain pour l'instant. Toutes pièces certes secondaires, mais indispensables, dont la réalisation peut prendre autant de temps que le "gros oeuvre", et dont la finition importe tout autant, voire plus.

Et je ne vous parle pas de la baguette de Chassepot... J'en ai pas fini, avec celle-là...

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 3463
Age : 58
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum