steyr m 95

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: steyr m 95

Message  LP le Lun 27 Fév 2017, 17:12

Tout a déjà été expliqué. Le plus simple est de  couler des balles en 329 avec le moule lee.
avatar
LP
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1466
Age : 60
Date d'inscription : 28/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: steyr m 95

Message  Verchère le Mar 28 Fév 2017, 05:56

Le problème pourrait être que 8.40 (le mien est effectivement à 8.40), c'est .3307, soit presque .331 !
Des balles en plomb de .329 pourraient alors laisser passer des fuites génératrices d'emplombage, et même en plomb assez mou il n'est pas assuré qu'à faible charge de PSF elles vont gonfler de l'arrière (et à forte charge il est quasi-certain qu'elles vont fondre).
Les balles plomb à gas-check ou électrocuivrées (si non disponibles, voir la technique de notre collègue "grascon") ne permettront de toutes façons pas d'approcher la Vo d'origine (au dessus de 600 m/s pour du 244 gr)...

La balle calepinée est certainement envisageable, mais on entre ici dans l'inconnu, où tout est à expérimenter (quoique la littérature US donne des exemples en .308). Le problème est que la balle plomb de .323 serait alors peut-être un peu grosse, l'idéal théorique étant plus proche de .315 ; mais c'est à tester, en choisissant le papier pour que la balle calepinée soit à 8.40 mm.
Ce qui permettrait de la poser directement dans une douille non recalibrée, certes en chargement coup par coup. D'ailleurs pour supporter le magasin, en plus de recalibrer et peut-être sertir un poil, il faudrait sans doute cirer le calepin pour améliorer sa résistance.
Une poudre plus vive que la Tu5000 (disons Tu3000) pourrait être utile pour assurer l'expansion du culot ; mais pour les essais préliminaires je n'écarterais pas la poudre noire. Ou même une charge duplex, avec quelques grains de PSF pour amorcer la PN ; après tout, c'est un fusil éprouvé PSF, et la charge duplex n'est peut-être pas si éloignée de la PSF primitive autrichienne, dont on dit le plus grand mal, et pour laquelle était conçu le fusil...
L'avantage de la PN étant qu'on ne risque pas trop de dépasser la pression admissible du fusil, durant les tâtonnements nécessaires à la mise au point du projectile.

"Bumper" (matricer) des balles chemisées de .323 pour en faire gonfler le corps cylindrique au Ø désiré, est une autre solution, éprouvée celle-ci. Il faut cependant disposer d'un tour pour fabriquer l'outillage, et d'une presse à balancier, à excentrique ou à vérin hydraulique...

La balle massive en laiton ou en cuivre, spécialement dessinée pour le M.95, j'ai abandonné pour l'instant ; car son principal intérêt aurait été de s'adapter exactement à l'arme, afin de réduire au minimum les ballotements et jeux dans la chambre. Par exemple un profil analogue à l'obus de 75, avec un long corps cylindrique à nez rond, vers le nez un renflement ajusté sur le Ø d'alésage F pour maintenir la balle centrée dans les rayures, mais sans forcement. Et à mi-corps une ceinture de forcement au Ø à fond de rayures Z...
Mais, ne disposant de cotes précises (moulage de chambre) que pour mon arme perso, et sans la moindre information sur les cotes théoriques et tolérances d'époque, cette balle n'aurait été assurément compatible qu'avec mon arme ! Ça ne valait donc pas trop le coup de mettre au point une fabrication en série...

Je travaille donc plutôt sur une balle en plomb mou, calepinée. Pour l'instant, mise au point d'un projectile à bout rond de 230 gr, Ø 8.0 mm, à priori compatible Mannlicher / Berthier (le calepinage devra certainement différer).
Mais y-a pas le feu ... Ça fait plus d'un an que j'ai usiné les matrices, un bon mois que j'ai coulé des lingotins de plomb et extrudé des fils en Ø 8.0, et j'en suis toujours à bricoler le dispositif de montage des matrices sur la presse à balancier !


Question précision, une balle sous-calibrée peut être précise, groupant bien plus serré que le noir de la C50 ; mais éventuellement au prix d'un emplombage ou d'une érosion du canon...
Cependant les armes de cette époque ont souvent la bouche massacrée à grands coups de baguette de nettoyage en acier ! C'est le cas sur mon M.95, et sur celui d'un copain (en 8x56R) qui a beaucoup gagné en précision après un petit reforage de la bouche (avec un forêt ordinaire, mais l'action canonnée montée sur un tour à métaux).

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 4950
Age : 59
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum