Barillets, appuis et mouvements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Barillets, appuis et mouvements

Message  Invité le Mer 10 Avr 2013, 11:47

Dans une autre rubrique où trône le 73, j'ai inséré:

"Quelqu'un a-t-il déja réfléchi et pourrait décrire ( ou citer qui l'aurait fait) à ce qui se passe exactement au moment du tir en ce qui concerne les mouvements et appuis: étui, barillet, entrefer, de la percussion à la sortie de la balle. Ce serait une analyse instructive: les avis que j'avais pu recueillir à ce sujet sur des armes d'épaule étaient assez dispersés.."

qui pouvait dévoyer le sujet. Aussi, pourrait-on étendre la discussion et voir comment sur d'autres armes , l'appui et le calage du barillet sont réalisés.

Edition du 18/4/13
Ce sujet me semble finalement être est un pinnaillage personnel sans véritable intérêt d'ordre général. En conséquence, on laisse tomber.


Dernière édition par BRX le Jeu 18 Avr 2013, 16:20, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Barillets, appuis et mouvements

Message  Verchère le Jeu 11 Avr 2013, 20:01

BRX a écrit:Dans une autre rubrique où trône le 73, j'ai inséré: "Quelqu'un a-t-il déja réfléchi et pourrait décrire ( ou citer qui l'aurait fait) à ce qui se passe exactement au moment du tir en ce qui concerne les mouvements et appuis: étui, barillet, entrefer, de la percussion à la sortie de la balle. Ce serait une analyse instructive: les avis que j'avais pu recueillir à ce sujet sur des armes d'épaule étaient assez dispersés.." ...
Y-aurait-il sur le forum un chercheur en physique disposant d'une caméra à haute vitesse ? Personnellement, sans appareillage pointu, je n'aurais que des idées intuitives :
- Au repos le barillet serait plutôt poussé vers l'avant par le misérable ressort du linguet, secondé brièvement par le choc du percuteur.
- Ensuite il est certain que la douille va reculer, entraînant plus ou moins le barillet vers l'arrière, selon qu'elle colle plus ou moins à la chambre (donc peut-être pas du tout avec une douille Paris-Sport épaisse).
- Rapidement, tout au moins dans le 73, le forcement de la balle dans la sortie rétreinte du barillet pousserait le barillet vers l'avant, faisant un peu glisser dans la chambre la douille, qui elle est toujours fortement repoussée en arrière.
- Quand la balle entre dans le canon, la pression dans le jour barillet-canon va certainement repousser le barillet en arrière. Compte-tenu de la forme des pièces, la détente des gaz s'échappant par le jour devrait par réaction accentuer cette poussée vers l'arrière.
- En résumé, AV - AR - AV - AR ... que de chocs ! Mais selon la force mise en jeu et l'inertie du barillet il se peut (on doit l'espérer) que certains de ces mouvements seront inversés avant le choc en butée...

Faute de caméra appropriée, un bricolage pourrait aider. Challéat décrit un appareil utilisé pour tester les premiers freins hydrauliques d'artillerie peu aprés 1880 ; pour inscrire sur la bande une composante temps sans requérir une vitesse de rotation constante du tambour, le stylet était porté par un diapason de fréquence connue.
Mais les déplacements étant ici très faibles, il faudrait sans doute interposer un levier multiplicateur fixé au barillet. Son inertie, si réduite soit-elle, fausserait malheureusement la mesure...
Par ailleurs, la plupart de ces mouvements supposés font glisser la douille dans la chambre, dans un sens ou un autre. Sur une douille bien polie, on devrait alors voir de courtes griffures.

Verchère
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 3444
Age : 58
Localisation : Vosges du sud
Date d'inscription : 27/01/2013

http://placour.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum