De Léonard de Vinci à Hotchkiss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De Léonard de Vinci à Hotchkiss

Message  Winchester 1866 le Mar 20 Nov 2012, 21:36

De Léonard de Vinci à Hotchkiss
La mitrailleuse a complètement bouleversé la stratégie militaire lors de la Grande Guerre. Mais avant d’en arriver là, elle fut regardée avec scepticisme. On lui reprochait d’être peu fiable tant il est vrais que les incidents de tir étaient nombreux dans les premiers modèles présentés. Un autre point qui faisait frémir nos généraux, était la forte consommation de munitions. C’était également une arme lourde difficile à déplacer pour l’infanterie. Lorsque furent passées toutes les réticences face à cette arme nouvelle nos Généraux prirent conscience qu’une arme qui tire à 500 coups par minute, c’est l’équivalent de 500 fusils et ça, cela pouvait être un point dont il fallait tenir compte.
Les conséquences de l’utilisation par la France et l’Allemagne des mitrailleuses ont été une augmentation vertigineuse du nombre de morts. L’efficacité de la mitrailleuse (s’il on peut dire) étant directement proportionnelle au nombre d’assaillants. Plus il y a d’ennemis devant elle, plus il y a de morts à déplorer. Charger baïonnette au canon face à une mitrailleuse était suicidaire et irresponsable de la part du haut commandement qui fini par en prendre acte. Cela eut pour conséquence l'enlisement de la guerre des tranchées.

Qui inventa de cette arme redoutable et redoutée ? Le 14ème siècle fut fertile en réalisations de toutes sortes. Cela se passait bien entendu à une époque où la cartouche métallique n’existait pas et avant la platine à silex. De nombreux inventeurs tentèrent de trouver une solution à la question : « Comment arroser un adversaire avec le plus grand nombre de projectiles dans un temps le plus court possible ». Léonard de Vinci était de ceux là mais il n’était pas le seul. Les premiers modèles étaient des armes lourdes à plusieurs canons dont l’usage tactique sur le terrain laissait à désirer. Leurs mécanismes pour la mise en œuvre étaient compliqués.
Il fallut attendre 1715 pour que Monsieur Puckle, Notaire travaillant à Londres et spécialiste dans les documents internationaux eut l’idée de s’intéresser aux armes. Son génie le conduisit à inventer un canon revolver qu’il proposa au « Board of Ordonance » responsable de la fourniture d’armes pour l’armée et la marine. Des essais de tir furent réalisés en 1717 mais l’arme fut refusée. Puckle décida alors de se tourner vers le marcher civil et, en 1718, il déposa un brevet anglais numéro 418 pour un canon-revolver en calibre trois centimètre qu’il appela « une mitrailleuse » et qui sera rapidement surnommé « une défense ». La mise à feu était selon la version soit par une batterie à mèche soit par une batterie à silex.

En 1862 aux USA, en pleine guerre de Sécession, un jeune homme qui se présentait comme docteur en médecine, décida de ne pas exercer son art lui préférant le commerce et la mécanique. Il se nommait Richard Jordan Gatling. Il reprit l’idée de Puckle pour créer une mitrailleuse à multi canons tirant à tour de rôle ce qui permettait un bon refroidissement et assurait une cadence respectable. Elle ne sera adoptée que quatre ans plus tard en 1866, la guerre était finie. Il faudra attendre la guerre de 1870/1871 entre la France et l’Allemagne pour voir les première Gatling en service.
Elles furent achetées à l’étranger ou construite en France. En 1880 on adaptera le principe Gatling sur des canons de marine type Nordenfeld et Gardner.
C’est en 1911 qu’elle sera mise à la retraite après avoir eu de nombreuses modifications. Le principe, revu et modernisé, sera repris par l’US Air Force au lendemain de la seconde guerre mondiale et il est toujours au goût du jour en 2008.

Il y eut aussi la Mitrailleuse de Veillard et Manceaux modèle 1867 qui fut utilisée lors de la Guerre de 1870-1871. C’était une adaptation de Gatling par deux armuriers parisiens, elle n’eut pas le retentissement nécessaire pour que l’on s’en souvienne aujourd’hui.
Cinq ans après Gatling, le 12 septembre 1867, deux armuriers belges Louis Christophe et Joseph Montigny déposent un brevet numéro 22 199, pour une arme appelée : le mitrailleur. C’est un canon à balles, du type ribaudequin ou orgue. Ce modèle est la copie conforme de l’arme secrète de l’artillerie Française que Napoléon III fait réaliser et qui sera connu sous les noms de : mitrailleuse de Meudon ou mitrailleuse de Reffye. Qui a copié l’autre ? Il n’y a pas de réponse à cette question. Ce que l’on sait c’est que Louis Christophe à travaillé en France aux ateliers de Meudon où a eu lieu la mise au point de la mitrailleuse française …
Pour ajouter à la confusion, il existait en France, dès 1833, une mitrailleuse à cinquante canons, du Capitaine Fafchamps. Elle a certainement et fortement inspirée les mitrailleuses de Reffye et Christophe.

Toutes ces diverses tentatives et parfois réussites ont conduit en 1884 un Américain établi en Angleterre Hiram Stevens Maxim à imaginer et à réaliser ce qui sera pour nous une mitrailleuse innovante et réellement automatique. Son principe est basé sur le recul, consécutif au tir, du canon. Cette action permet d’éjecter la douille et de chambrer une nouvelle cartouche. Le tir est continu tant que l’on presse la queue de détente et qu’il reste des munitions sur la bande d’alimentation.
Cette arme n’a qu’un canon et il s’échauffe très vite. Pour remédier à cela un réservoir d’eau entoure le canon sur les modèles terrestres. Sur les modèles avion, le carter entourant le canon est percé pour un refroidissement à air lié à la vitesse de l’avion.

L’armée britannique qui adoptera ce modèle en 1889 sera suivie rapidement par d’autre pays dont l’Autriche, l’Allemagne qui la copiera pour la faire renaître sous le nom Maschinengewehr M 1908 pour la mitrailleuse et pour la version FM M08-15. La Russie également copiera ce model et lui donnera le nom de Pulemyot Maxima PM 1910.

L’Angleterre fera évoluer cette mitrailleuse et l’allègera de 4 Kg pour passer de 17 Kg à 12 Kg grâce à un dénommé Vickers qui créera le modèle Vickers .303.
Le modèle Vickers .303 sera adopté par l’armée de terre et de l’air britannique en 1912.

La France, en 1897, se tournera vers Benjamin Berkeley Hotchkiss un autre Américain, dont l’entreprise est installé à Saint Denis près de Paris depuis 1875, pour étudier un nouveau modèle dérivé de la Maxime mais fonctionnant par emprunt de gaz pour éjecter les douilles et réarmer. Le procédé d’emprunt de gaz, inventé par un certain baron von Odkolek, capitaine de l'armée austro-hongroise, en 1893 avait été racheté par Hotchkiss. Ce nouveau modèle sera refroidi par air
Soucieuse de faire des économies, La France expérimentera cette mitrailleuse pendant 7 années. Cette période lui permettra de tenter de contourner le brevet Hotchkiss pour fabriquer sans réel succès un produit français en calibre 8 mm : la mitrailleuse Saint Etienne modèle 1907. Les tests comparatifs sont sans appel et en 1914 il est urgent d’avoir une mitrailleuse fiable aussi c’est le modèle Hotchkiss qui sera adopté.
Dan


------------------------

Si c'est possible,c'est déjà fait. Si c'est impossible ça se fera
Mon Forum : Armes du Paléolithique au XIXème Siècle --->   http://prehistoire-xixeme.forumactif.org/ salut

Winchester 1866
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1213
Age : 68
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 20/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: De Léonard de Vinci à Hotchkiss

Message  Baccardi le Mar 20 Nov 2012, 21:58

Bel exposé, merci

Baccardi
Administrateur

Nombre de messages : 9281
Age : 51
Localisation : Canton de l'Ours
Date d'inscription : 20/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: De Léonard de Vinci à Hotchkiss

Message  jipe le Lun 26 Nov 2012, 16:37

oui belle exposé

jipe
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 319
Age : 47
Localisation : gard
Date d'inscription : 31/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: De Léonard de Vinci à Hotchkiss

Message  CLOSDELIF le Lun 26 Nov 2012, 17:01

Winchester 1866 a écrit:De Léonard de Vinci à Hotchkiss
La mitrailleuse a complètement bouleversé la stratégie militaire lors de la Grande Guerre. Mais avant d’en arriver là, elle fut regardée avec scepticisme. On lui reprochait d’être peu fiable tant il est vrais que les incidents de tir étaient nombreux dans les premiers modèles présentés. Un autre point qui faisait frémir nos généraux, était la forte consommation de munitions. C’était également une arme lourde difficile à déplacer pour l’infanterie. Lorsque furent passées toutes les réticences face à cette arme nouvelle nos Généraux prirent conscience qu’une arme qui tire à 500 coups par minute, c’est l’équivalent de 500 fusils et ça, cela pouvait être un point dont il fallait tenir compte.
Les conséquences de l’utilisation par la France et l’Allemagne des mitrailleuses ont été une augmentation vertigineuse du nombre de morts. L’efficacité de la mitrailleuse (s’il on peut dire) étant directement proportionnelle au nombre d’assaillants. Plus il y a d’ennemis devant elle, plus il y a de morts à déplorer. Charger baïonnette au canon face à une mitrailleuse était suicidaire et irresponsable de la part du haut commandement qui fini par en prendre acte. Cela eut pour conséquence l'enlisement de la guerre des tranchées.

Qui inventa de cette arme redoutable et redoutée ? Le 14ème siècle fut fertile en réalisations de toutes sortes. Cela se passait bien entendu à une époque où la cartouche métallique n’existait pas et avant la platine à silex. De nombreux inventeurs tentèrent de trouver une solution à la question : « Comment arroser un adversaire avec le plus grand nombre de projectiles dans un temps le plus court possible ». Léonard de Vinci était de ceux là mais il n’était pas le seul. Les premiers modèles étaient des armes lourdes à plusieurs canons dont l’usage tactique sur le terrain laissait à désirer. Leurs mécanismes pour la mise en œuvre étaient compliqués.
Il fallut attendre 1715 pour que Monsieur Puckle, Notaire travaillant à Londres et spécialiste dans les documents internationaux eut l’idée de s’intéresser aux armes. Son génie le conduisit à inventer un canon revolver qu’il proposa au « Board of Ordonance » responsable de la fourniture d’armes pour l’armée et la marine. Des essais de tir furent réalisés en 1717 mais l’arme fut refusée. Puckle décida alors de se tourner vers le marcher civil et, en 1718, il déposa un brevet anglais numéro 418 pour un canon-revolver en calibre trois centimètre qu’il appela « une mitrailleuse » et qui sera rapidement surnommé « une défense ». La mise à feu était selon la version soit par une batterie à mèche soit par une batterie à silex.

En 1862 aux USA, en pleine guerre de Sécession, un jeune homme qui se présentait comme docteur en médecine, décida de ne pas exercer son art lui préférant le commerce et la mécanique. Il se nommait Richard Jordan Gatling. Il reprit l’idée de Puckle pour créer une mitrailleuse à multi canons tirant à tour de rôle ce qui permettait un bon refroidissement et assurait une cadence respectable. Elle ne sera adoptée que quatre ans plus tard en 1866, la guerre était finie. Il faudra attendre la guerre de 1870/1871 entre la France et l’Allemagne pour voir les première Gatling en service.
Elles furent achetées à l’étranger ou construite en France. En 1880 on adaptera le principe Gatling sur des canons de marine type Nordenfeld et Gardner.
C’est en 1911 qu’elle sera mise à la retraite après avoir eu de nombreuses modifications. Le principe, revu et modernisé, sera repris par l’US Air Force au lendemain de la seconde guerre mondiale et il est toujours au goût du jour en 2008.

Il y eut aussi la Mitrailleuse de Veillard et Manceaux modèle 1867 qui fut utilisée lors de la Guerre de 1870-1871. C’était une adaptation de Gatling par deux armuriers parisiens, elle n’eut pas le retentissement nécessaire pour que l’on s’en souvienne aujourd’hui.
Cinq ans après Gatling, le 12 septembre 1867, deux armuriers belges Louis Christophe et Joseph Montigny déposent un brevet numéro 22 199, pour une arme appelée : le mitrailleur. C’est un canon à balles, du type ribaudequin ou orgue. Ce modèle est la copie conforme de l’arme secrète de l’artillerie Française que Napoléon III fait réaliser et qui sera connu sous les noms de : mitrailleuse de Meudon ou mitrailleuse de Reffye. Qui a copié l’autre ? Il n’y a pas de réponse à cette question. Ce que l’on sait c’est que Louis Christophe à travaillé en France aux ateliers de Meudon où a eu lieu la mise au point de la mitrailleuse française …
Pour ajouter à la confusion, il existait en France, dès 1833, une mitrailleuse à cinquante canons, du Capitaine Fafchamps. Elle a certainement et fortement inspirée les mitrailleuses de Reffye et Christophe.

Toutes ces diverses tentatives et parfois réussites ont conduit en 1884 un Américain établi en Angleterre Hiram Stevens Maxim à imaginer et à réaliser ce qui sera pour nous une mitrailleuse innovante et réellement automatique. Son principe est basé sur le recul, consécutif au tir, du canon. Cette action permet d’éjecter la douille et de chambrer une nouvelle cartouche. Le tir est continu tant que l’on presse la queue de détente et qu’il reste des munitions sur la bande d’alimentation.
Cette arme n’a qu’un canon et il s’échauffe très vite. Pour remédier à cela un réservoir d’eau entoure le canon sur les modèles terrestres. Sur les modèles avion, le carter entourant le canon est percé pour un refroidissement à air lié à la vitesse de l’avion.

L’armée britannique qui adoptera ce modèle en 1889 sera suivie rapidement par d’autre pays dont l’Autriche, l’Allemagne qui la copiera pour la faire renaître sous le nom Maschinengewehr M 1908 pour la mitrailleuse et pour la version FM M08-15. La Russie également copiera ce model et lui donnera le nom de Pulemyot Maxima PM 1910.

L’Angleterre fera évoluer cette mitrailleuse et l’allègera de 4 Kg pour passer de 17 Kg à 12 Kg grâce à un dénommé Vickers qui créera le modèle Vickers .303.
Le modèle Vickers .303 sera adopté par l’armée de terre et de l’air britannique en 1912.

La France, en 1897, se tournera vers Benjamin Berkeley Hotchkiss un autre Américain, dont l’entreprise est installé à Saint Denis près de Paris depuis 1875, pour étudier un nouveau modèle dérivé de la Maxime mais fonctionnant par emprunt de gaz pour éjecter les douilles et réarmer. Le procédé d’emprunt de gaz, inventé par un certain baron von Odkolek, capitaine de l'armée austro-hongroise, en 1893 avait été racheté par Hotchkiss. Ce nouveau modèle sera refroidi par air
Soucieuse de faire des économies, La France expérimentera cette mitrailleuse pendant 7 années. Cette période lui permettra de tenter de contourner le brevet Hotchkiss pour fabriquer sans réel succès un produit français en calibre 8 mm : la mitrailleuse Saint Etienne modèle 1907. Les tests comparatifs sont sans appel et en 1914 il est urgent d’avoir une mitrailleuse fiable aussi c’est le modèle Hotchkiss qui sera adopté.
Dan

L'emprunt des gaz a été inventé , aussi, par JM Browning en 1889 puis breveté en 1891 et enfin produit en série dans la mitrailleuse Colt-Browning adoptée par l'armée US en 1895.... Idea

------------------------

 Verna Erikson , héroïne de l'indépendance de la Finlande   Eläköön vapaus

CLOSDELIF
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 16443
Age : 64
Localisation : 81
Date d'inscription : 03/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: De Léonard de Vinci à Hotchkiss

Message  Winchester 1866 le Lun 26 Nov 2012, 17:58

Oui, la course aux dépôts de brevets faisait rage à cette époque. Les détournements d’idées étaient un sport en vogue. Sans compter qu’un brevet était rarement déposé dans tous les pays en même temps.

------------------------

Si c'est possible,c'est déjà fait. Si c'est impossible ça se fera
Mon Forum : Armes du Paléolithique au XIXème Siècle --->   http://prehistoire-xixeme.forumactif.org/ salut

Winchester 1866
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1213
Age : 68
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 20/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: De Léonard de Vinci à Hotchkiss

Message  dédé le Lun 26 Nov 2012, 20:56

CLOSDELIF a écrit:

L'emprunt des gaz a été inventé , aussi, par JM Browning en 1889 puis breveté en 1891 et enfin produit en série dans la mitrailleuse Colt-Browning adoptée par l'armée US en 1895.... Idea
oui oui ... les français ont sournoisement copié les brevet de Browning
Browning est un grand inventeur ... mais bon ont peut quand attribué la paternité de la Hotchkiss a "Von machin" et la paternité du Chauchat a l'ami Frommer salut

nul volonté de polémique de ma pars

------------------------

nous sommes poussières et nous retourneront poussières

dédé
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 3515
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: De Léonard de Vinci à Hotchkiss

Message  CLOSDELIF le Lun 26 Nov 2012, 22:10

dédé a écrit:
CLOSDELIF a écrit:

L'emprunt des gaz a été inventé , aussi, par JM Browning en 1889 puis breveté en 1891 et enfin produit en série dans la mitrailleuse Colt-Browning adoptée par l'armée US en 1895.... Idea
oui oui ... les français ont sournoisement copié les brevet de Browning
Browning est un grand inventeur ... mais bon ont peut quand attribué la paternité de la Hotchkiss a "Von machin" et la paternité du Chauchat a l'ami Frommer salut

nul volonté de polémique de ma pars
Cela sûrement pas.... No
Mais je ne vois pas l'intérêt de relancer une vaine et stérile polémique.
Donc , on en restera là.
Merci.

------------------------

 Verna Erikson , héroïne de l'indépendance de la Finlande   Eläköön vapaus

CLOSDELIF
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 16443
Age : 64
Localisation : 81
Date d'inscription : 03/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: De Léonard de Vinci à Hotchkiss

Message  dédé le Lun 26 Nov 2012, 23:18

CLOSDELIF a écrit:


Cela sûrement pas.... No
Mais je ne vois pas l'intérêt de relancer une vaine et stérile polémique.
oui en effet
l'histoire étant un éternel recommencement ...le Vatican ayant longtemps discuté du sexe des Anges !


Toutefois je me demande souvent pourquoi ont luis refuse alors sa noble descendance et que l'ont attribue sa paternité a un autre

------------------------

nous sommes poussières et nous retourneront poussières

dédé
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 3515
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum