Maubeuge

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Tico le Ven 08 Déc 2017, 08:52

Pour

- Bonnechay 1754 assure un intérim de 6 mois en attendant le nouveau 1er contrôleur


Voir aussi BONNAY pour l'orthographe des noms qui changent ou qui sont inexactes

Wink

Tico
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 476
Age : 37
Date d'inscription : 13/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Tico le Ven 08 Déc 2017, 18:29

Très certainement aussi

BLANCHARD et DOMBRET

Tico
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 476
Age : 37
Date d'inscription : 13/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Jeppesen le Ven 08 Déc 2017, 20:36

Désolé,  "TICO" Embarassed 

salut Wink

------------------------

Tallyhoo ! Tallyhoo !



avatar
Jeppesen
Futur pilier
Futur pilier

Nombre de messages : 899
Age : 69
Localisation : Haut de Seine (92)
Date d'inscription : 27/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Rakamlerouge le Dim 10 Déc 2017, 03:48

Bonjour,

J'ai rajouté des noms des contrôleurs en second, des réviseurs et d'ouvriers...
Il reste des trous, n'hésitez pas
salut


Dernière édition par Rakamlerouge le Lun 18 Déc 2017, 10:23, édité 1 fois

Rakamlerouge
Membre averti
Membre averti

Nombre de messages : 141
Age : 61
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Rakamlerouge le Dim 10 Déc 2017, 14:14

Encore quelques modifs à la liste aujourd'hui...
Revenir en page 2 du post pour la consulter
salut

Rakamlerouge
Membre averti
Membre averti

Nombre de messages : 141
Age : 61
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Tico le Dim 10 Déc 2017, 14:46

Rakamlerouge a écrit:Encore quelques modifs à la liste aujourd'hui...
Revenir en page 2 du post pour la consulter
salut

Belle progression 

Tu peux inclure CAZAMAOU Jean Nicolas en 1814, il était contrôleur

Tico
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 476
Age : 37
Date d'inscription : 13/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Tico le Dim 10 Déc 2017, 15:17

FAVARCQ Louis était contrôleur à la fermeture

Tico
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 476
Age : 37
Date d'inscription : 13/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Rakamlerouge le Dim 10 Déc 2017, 15:18

Merci de l'info, pour Cazamajou j'ai fait le rajout aux rubriques had-hoc!
Ce Favarcq (Louis) était réviseur, je ne l'ai plus sur les listes de l'artillerie en 1837, je suppose qu'il a été radié avant.
J'ai un autre Favarcq (sans prénom) plus jeune en poste à Châtellerault sur les états de l'artillerie

salut


Dernière édition par Rakamlerouge le Dim 10 Déc 2017, 15:33, édité 1 fois

Rakamlerouge
Membre averti
Membre averti

Nombre de messages : 141
Age : 61
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Tico le Dim 10 Déc 2017, 15:25

Tu as aussi Chapuis de Maubon qui était contrôleur et qui aurait remplacé l'inspecteur DUROCHET (Explosion)

Wink

Tico
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 476
Age : 37
Date d'inscription : 13/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Rakamlerouge le Dim 10 Déc 2017, 15:41

Durochet aurait été directeur en fait depuis 1778, Chapuis en tant qu'officier n'était pas contrôleur mais inspecteur, tué lui aussi dans l'explosion, je vais modifier
salut

Rakamlerouge
Membre averti
Membre averti

Nombre de messages : 141
Age : 61
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Tico le Dim 10 Déc 2017, 17:57

Rakamlerouge a écrit:Durochet aurait été directeur en fait depuis 1778, Chapuis en tant qu'officier n'était pas contrôleur mais inspecteur, tué lui aussi dans l'explosion, je vais modifier
salut
On va s'en sortir
J'ai encore quelques pistes mais j'ai peu de temps en ce moment (Ah ces satanés cadeaux de Noël)  Wink

Tico
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 476
Age : 37
Date d'inscription : 13/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Tico le Mer 13 Déc 2017, 21:49

Contrôleurs 
- Bouyssavy de 1808 à 1816
?
- Cazamajou de 1825 à 1832, va à Châtellerault
Contrôleurs
Compas Niçaise de 1816 à 1824 (Auparavant 1er contrôleur à Saint Etienne)
puis est muté à Tulle 

Contrôleur en second 
Gaudinasse en 1816/1817 

Wink


Dernière édition par Tico le Mer 13 Déc 2017, 21:58, édité 2 fois

Tico
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 476
Age : 37
Date d'inscription : 13/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Tico le Mer 13 Déc 2017, 21:56

- Blanchard, de ? à 1836, retraité
 - Stoumon Thomas de ? à 1836, retraité
Blanchard 2nd contrôleur de 1825 à 1836 
Avant réviseur de 1813 à 1824

Stoumon Thomas
Réviseur à Mutzig jusq'en 1830
2nd contrôleur de 1830 à 1836 à Maubeuge 

Wink

Tico
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 476
Age : 37
Date d'inscription : 13/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Tico le Mer 13 Déc 2017, 22:06

L'inspecteur en 1801 et 1802 (et peut-être depuis 1797) a un nom qui commence par N 

Tu auras peut-être un résultat dans les almanachs de la République impériaux et royaux

C'est tout pour aujourd'hui 

Wink

Tico
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 476
Age : 37
Date d'inscription : 13/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Rakamlerouge le Mer 13 Déc 2017, 23:13

Liste mise à jour, merci !
On avance, on avance...
salut

Rakamlerouge
Membre averti
Membre averti

Nombre de messages : 141
Age : 61
Date d'inscription : 04/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Manufacture de Maubeuge

Message  kabourec le Jeu 14 Déc 2017, 12:05

Pour étoffer  le sujet voici deux platines de la manufacture de Maubeuge, à vous de deviner de quelles armes ces platines proviennent.






kabourec
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 203
Age : 79
Date d'inscription : 03/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Remington le Jeu 14 Déc 2017, 12:11

salut  Platine a silex gardes du corps du roi 2 ém tipe et 1816/22 Tbis
avatar
Remington
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1225
Age : 68
Localisation : chef lieu du pas de Calais 62
Date d'inscription : 05/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  kabourec le Jeu 14 Déc 2017, 12:49

Bravo Remington pour cette réponse rapide , partiellement exact.
j'attends vos autres réponses
Par ailleurs Tico publie dans ce post un texte parlant de ROUSIES .
je connais bien ce village proche de Maubeuge  et m'y rend souvent.
Lors de ma prochaine visite ,je vais enquêter à la recherche de cet atelier sur les bords de la SOLRE.
salut

kabourec
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 203
Age : 79
Date d'inscription : 03/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Remington le Jeu 14 Déc 2017, 13:59



avatar
Remington
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1225
Age : 68
Localisation : chef lieu du pas de Calais 62
Date d'inscription : 05/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Jeppesen le Jeu 14 Déc 2017, 14:16

"La Machine" se trouve juste à l'entrée de "Ferrière-la-Grande", au sud de Maubeuge.

Rousies se trouve un peu avant, et plus à l'est.

La "Sorle" traverse les deux communes Wink 


salut

------------------------

Tallyhoo ! Tallyhoo !



avatar
Jeppesen
Futur pilier
Futur pilier

Nombre de messages : 899
Age : 69
Localisation : Haut de Seine (92)
Date d'inscription : 27/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Remington le Jeu 14 Déc 2017, 14:32

Durant ce quart de siècle qui bouleversa la vieille Europe et où furent jetées les bases du monde moderne, la vie du soldat, simple grognard ou général chamarré, nous est connue…
Mais pour vaincre, pour parcourir ces pays conquis de capitale en capitale, les simples piques révolutionnaires ne suffirent pas. Pour forger les centaines de milliers d'armes qui permirent la défense de nos frontières, puis la domination du Grand Empire, à l'arrière, dans les manufactures d'armes, des ouvriers, des compagnons, « artistes », pour employer le terme alors consacré, firent ce miracle sans cesse renouvelé.
Leurs conditions de vie et de travail sont mal connues. Leur étude permet de dégager des points de vue particuliers sur la grande industrie alors naissante.
La fabrication de ces armes est définie par les règlements d'Ancien Régime, mis au point en 1777 et 1783 par le général de Gribeauval sous l'égide du comte de Saint-Germain, ministre de la Guerre.
A la veille de la Révolution, cinq manufactures royales produisent des armes : Maubeuge, Charleville, Saint-Etienne, Tulle (travaillant pour la Marine) et Klingenthal, spécialisée dans la production des armes blanches.
L'époque révolutionnaire amène une désorganisation de la production des armes. Dès le 19 août 1792, l'Assemblée Législative vote une loi visant à la réorganisation de cette production : chaque manufacture est alors régie par un conseil d'administration et soumise au contrôle des représentants du peuple, commissaires de l'Assemblée Législative, puis de la Convention.
Le libéralisme économique issu des idées prônées au XVIIIe siècle par les encyclopédistes et les physiocrates préconise l'entière liberté de l'industrie et la disparition des règles rigides héritées du colbertisme.
Dans le domaine de la production des armes, nous voyons naître de nombreux établissements : Paris et surtout Versailles, où sont confectionnées pendant vingt ans ces armes de luxe si recherchées des collectionneurs, récompenses données aux vétérans des campagnes révolutionnaires, armement des troupes d'élite et de parade, tels ces Mamelucks dont l'imagerie populaire associe la silhouette à celle de l'Empereur.
D'autres manufactures voient le jour sous la Révolution, principalement dans le centre de la France. Placées loin des frontières, elles disposent de ressources variées, tant en énergie (rivières et charbon), qu'en matières premières (métaux, bois'). La plupart n'auront qu'une existence éphémère et ne survivront pas à la période révolutionnaire: Moulins, Bergerac, Clermont-Ferrand, Roanne, Nantes, Thiers, etc… Celle de Mutzig, réorganisée sous le Consulat, sera promise à un bel avenir.
Les conquêtes révolutionnaires, puis impériales voient aussi s'organiser des établissements étrangers, alors situés en terres annexées : en Belgique, à Liège, en Italie, à Turin, aux Pays-Bas, à Culembourg.
Le détail de la fabrication des armes, le fonctionnement des manufactures d'armes, l'accroissement de la production, l'amélioration de la qualité des produits fabriqués préoccupèrent Napoléon, dès le Consulat. La preuve de ce souci nous est donnée par les nombreux rapports d'inspection conservés aux Archives Historiques de la Guerre à Vincennes. Ces rapports dressés par des officiers d'artillerie, inspecteurs généraux des manufactures, aux noms prestigieux, Eblé, d'Aboville, Devau, Sorbier, Marion, Serou, aboutissent au VIe Bureau du Ministère de la Guerre que dirige Gassendi.
Gassendi, officier d'artillerie réputé, fut le compagnon d'armes du jeune lieutenant Bonaparte au régiment de La Fère, à Auxonne et à Valence. Ses archives personnelles entrées tout récemment aux archives de Vincennes éclairent d'un jour nouveau la connaissance des techniques employées dans les manufactures d'armes.
Ces établissements sont gérés par des entrepreneurs bailleurs de fonds. Ils sont surveillés par des officiers d'artillerie, inspecteurs et capitainesadjoints. Sous leurs ordres, des contrôleurs et réviseurs assurent la surveillance technique de la fabrication.
Les rapports d'inspection, complétés par des documents provenant des archives départementales, révèlent le sort des ouvriers. La durée du travail nous est connue : douze à quatorze heures par jour, coupées de pauses longues. Le labeur garde une cadence artisanale. Les congés hebdomadaires sont respectés. Les salaires sont très variables : le régime de l'entreprise obligeant l'ouvrier au travail à la pièce, ce salaire est lié au devis établi préalablement. Il varie suivant le type de pièce fabriquée, ce qui amène une grande diversité dans le montant des sommes perçues par différents ouvriers.
Le système du devis a une autre conséquence : ces devis étant établis d'une façon préalable pour une durée pouvant atteindre jusqu'à 4 ou 5 ans, tout progrès technique est empêché.
Un exemple nous est donné par une suggestion portant sur un tout petit point de fabrication : une amélioration à apporter à la vis du chien demandée par les armuriers régimentaires :
«… Le fréquent renouvellement de la vis du chien du fusil d'infanterie provient de la facilité avec laquelle elle se brise, lorsque par inattention le soldat tire la détente avec la batterie renversée, fait désirer que cette vis soit laite en acier et non en fer ; ce changement ne produirait qu'une augmentation de 0,02 F par arme… ».
Ce fait signalé par le général Devau dans son inspection de 1808 de la manufacture de Maubeuge ne put, malgré de nombreuses démarches, amener cette amélioration technique souhaitée.
L'on comprend mieux comment l'Empereur, tributaire du passé, ne put jamais faire améliorer le système d'armement hérité de l'Ancien Régime. Non seulement les progrès techniques étaient encore à faire, mais le système économique, hérité lui aussi de la Monarchie, empêchait les perfectionnements.
avatar
Remington
Pilier du forum
Pilier du forum

Nombre de messages : 1225
Age : 68
Localisation : chef lieu du pas de Calais 62
Date d'inscription : 05/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Manufacture de Maubeuge.

Message  kabourec le Jeu 14 Déc 2017, 15:50

En complément d'information ,voici quelques données supplémentaires .




Origine :Mairie de ROUSIES.



Origine / Bulletin des lois de la République




A Maubeuge, le nombre total d'ouvriers de la manufacture d'armes est de 589 en 1802 et de 838 en 1810. Effectué en 1806, le dénombrement des ouvriers ayant plus de vingt ans de service indique un nombre de 225. 




Par ailleurs j'ai lu que la Manufacture de Maubeuge n'avait fabriqué que des armes à silex  , or,  j'ai retrouvé
un pistolet d'officier 1833 et un pistolet d'officier de gen
darmerie 1836 tous deux de la Manufacture de Maubeuge.


Pour terminer Remington a raison pour la première platine ,il s'agit bien d'un garde du corps 2ei type.
Par contre la deuxième platine est celle d'un 1816 officier transformée à percussion à partir de 1822?
Je ne voudrais pas polluer le post avec de images de ces armes .

kabourec
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 203
Age : 79
Date d'inscription : 03/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Tico le Jeu 14 Déc 2017, 16:42

Kabourec a écrit:Pour terminer Remington a raison pour la première platine ,il s'agit bien d'un garde du corps 2ei type.
Par contre la deuxième platine est celle d'un 1816 officier transformée à percussion à partir de 1822?
Je ne voudrais pas polluer le post avec de images de ces armes .

Pffff ... même pas le temps de participer Wink

Tico
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 476
Age : 37
Date d'inscription : 13/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maubeuge

Message  Tico le Jeu 14 Déc 2017, 16:50

kabourec a écrit:
Par ailleurs j'ai lu que la Manufacture de Maubeuge n'avait fabriqué que des armes à silex  , or,  j'ai retrouvé
un pistolet d'officier 1833 et un pistolet d'officier de gen
darmerie 1836 tous deux de la Manufacture de Maubeuge.


C'est parfaitement exact, Maubeuge a fabriqué les 1833 1er modèle pendant 3 à 4 ans pour Châtellerault a pris le relais


Également exact, des 1836 ont été fabriqué à Maubeuge, très peu de temps (Maintenant si tu cites en exemple, le 1836 de l'ouvrage de M Raso, il a été fabriqué par Maubeuge, 30 ans après sa fermeture (canon de mémoire 1865) ou comment illustrer un livre avec une bidouille même si la photo est de qualité). Je transcris de mémoire mais je ne crois pas me tromper.

Ou pour vous donner un autre exemple, dans ce livre, dès la deuxième page, un 1731 garde du corps à garnitures fer et pour l'illustrer par un "vulgaire" 1733 à garnitures laiton ...

Bon j'arrête, le rouge me fait mal aux yeux et je m'éloigne du sujet.


Il reste du travail pour compléter la liste


Wink


Dernière édition par Tico le Jeu 14 Déc 2017, 19:07, édité 1 fois (Raison : orthographe)

Tico
Membre confirmé
Membre confirmé

Nombre de messages : 476
Age : 37
Date d'inscription : 13/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Maubeuge

Message  Loigny 28 le Jeu 14 Déc 2017, 18:00

Bonsoir Tico,

Très intéressant ton commentaire sur le pistolet mod.1836 d'officier de  gendarmerie en photo dans le livre de M. Raso.
En fait je ne suis pas certain qu'il s'agisse d'une "bidouille".

D'abord en ce qui concerne la date inscrite sur le canon ce n'est pas 1865, mais 1845.

Ensuite, tu noteras que cette date est très proche de celle de la fermeture de la manufacture .

M. RASO AJOUTE : "En 1837 les stocks de pièces détachées seront transférées dans d'autres manufactures, comme celle de Mutzig ou Châtellerault ou d'ailleurs on retrouvera Mr.Pontchara comme directeur . la fabrication du pistolet y sera achevé.


C'est sur, c'est un cas très particulier mais qui a existé.
Je pourrais te citer pleins d'autres exceptions du même type  pour d'autres armes réglementaires.

Amicalement. Very Happy

THIERRY


Dernière édition par Loigny 28 le Jeu 14 Déc 2017, 18:59, édité 1 fois
avatar
Loigny 28
Membre averti
Membre averti

Nombre de messages : 131
Age : 55
Localisation : Au pied du monument DE SONIS A LOIGNY
Date d'inscription : 14/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum