Navigation


 Les publications TCAR


 Retour au forum

TIR et COLLECTION Armes Règlementaires   

Parabellum modèle 00

Baccardi | Publié mer 28 Mar - 15:24 | 1705 Vues

Historique:

Dès 1896, l'Armée suisse recherche une alternative aux anciens revolvers de cal. 10.4mm. Une commission est nommée pour étudier la question. Elle est composée notamment du col Rubin, directeur de la WF et co-créateur des fusils Schmid Rubin, M. Schenker, chef du contrôle fédéral des munition  et père de la GP11, du col von Mechel, qui avait été envoyé aux USA acheter des Peabody.

Des essais ont lieu à Thoune en 1897, mettant en concurrence plusieurs armes: des Mauser, Borchardt-Luger, Bergmann, Mannlicher... Après plusieurs séries d'essai, Borchardt-Luger et Mannlicher sont finalistes et se retrouvent dans une confrontation dès le 1er mai 1899. C'est Georges Luger lui-même qui tire, notamment le tir de vitesse: 45 coups en 28 secondes !

20 armes sont commandées et testées encore, notamment par des civils tireurs sportifs.

Le Conseil fédéral décide, suivant l'enthousisame général pour la quelité de ces armes, le 4 mai 1900, de passer commande de 5000 pièces auprès de la Deutwche Waffen- und Munitionsfabrik (DWM) à Berlin, il y en aura 5100:

- 2000 pistolet sont livrés directement à l'Administration militaire; 1500 sont fournis à la WF et 1500 expédiés en pièces détachées et assemblées à al WF. Le prix de production est de l'ordre de 225.- (ce qui est énorme).

Caractéristiques:

Calibre 7,65mm

Longueur totale: 238mm et celle du canon: 122mm

Rayures: 4 au pas de 250mm

Poids à vide: 835gr et poids du chargeur: 56gr

Capacité: 8 coups

Variations:

Elles seront nombreuses malgré le petit nombre de pièces produites et concernent de mineures adaptations. Une des particularités concerne la couleur jaunâtre de nombreuses pièces apparentes, comme l'extracteur (qui fragile a souvent été remplacé par une pièces plus solide mais noire), la détente, le levier de sûreté, la molette de démontage, le bouton/contre-bouton de libération du chargeur.

Les magasins ont un fond en bois et une pièce d'aluminium au centre des deux boutons latéreaux.

Leur numérotation s'étend de 1 à 5000, plus les fameuses séries E et A d'un nombre pas absolument sûr.




 


 







Bibliographie:

- Armes de poing suisses, éd. Häusler, 1975

- Armes individuelles du soldat suisse hier et aujourd'hui, Clément Bosson, éd. Favre, 1980

- Parabellum storia e tecnica delle luger swizzere, Vittorio Bobba, éd. Priuli & Verlucca, 2005

À propos de l'auteur